Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
IV. – Sépultures et nécropoles
IV 1. – Sites fouillés

Thouars (Deux-Sèvres). Place Saint-Médard

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 289-290

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1La ville de Thouars est assise sur un promontoire rocheux découpé par une boucle de la vallée du Thouet. Au-delà de l’occupation médiévale qui se manifeste encore de nos jours tant par le parcellaire que par le bâti conservé (églises Saint-Médard, Saint-Laon, église des Cordeliers, enceinte de ville, etc.), les observations archéologiques menées très partiellement au cours du xixe s. font état d’une installation sur le site dès la période antique.

2La ville de Thouars envisage de réaménager l’îlot Saint-Médard, siège d’une paroisse mentionnée dès le début du xiie s. L’église, dont la façade romane est partiellement conservée, bénéficie d’une campagne de restauration qui doit s’achever en 2009. Le réaménagement de l’actuelle place Saint-Médard (près de 880 m²), au nord de l’église, s’intègre dans cette revalorisation du quartier, tout comme l’îlot situé à l’est de cet espace. Des halles y sont mentionnées à la fin du xve s.

3Deux tranchées de diagnostic sur l’actuelle place Saint-Médard, et une troisième au SE de l’ancien îlot des Halles (place Aristide Briand) ont pu être réalisées. Sur la place Saint-Médard, elles confirment la présence d’un cimetière paroissial préservé sous la mince dalle goudronnée et le radier de cailloux associé (0,20 m). Celui-ci semble s’étendre sur l’ensemble de la place dont les contours sont probablement issus du parcellaire médiéval. Cinq niveaux de sépultures ont été observés tant au nord qu’au sud de la place, toutefois toute la stratigraphie du cimetière n’a pu être appréhendée. Les trois premiers niveaux présentent des inhumations en cercueils (bois) reconnus essentiellement à partir du xiiie s. Par ailleurs, la plupart des sépultures des deux derniers niveaux montrent des individus revêtus de linceuls. Cet usage funéraire se développe surtout à partir du xve s. L’apparition de coffrages en pierre se révèle essentiellement à partir du 5e niveau.

4La partie méridionale du cimetière est perturbée par quatre massifs de maçonnerie. À l’exception d’un imposant pilier rectangulaire, l’ensemble des murs observés est perpendiculaire à l’église Saint-Médard. Ils participent à la fondation de bâtiments dont l’organisation est conditionnée par un parcellaire parallèle à l’église. Les quelques informations issues principalement des rares documents iconographiques suggèrent la présence d’échoppes. L’absence de niveau de sol associé à ces édifices limite leur interprétation.

5Au SE de l’ancien îlot des Halles, le sondage confirme la présence de bâtiments installés le long de la voirie actuelle. Deux phases d’aménagement ont pu être distinguées. L’une précède l’aménagement actuel de l’îlot, l’autre appartient plus vraisemblablement à des caves comblées massivement.

6Les différentes tranchées du diagnostic ont permis d’appréhender l’espace funéraire qui se développait au nord de l’église de Thouars. L’ensemble sépulcral propre au cimetière paroissial semble bénéficier d’une bonne conservation depuis la fondation de la paroisse au début du xiie s. Les derniers niveaux de sépulture apparaissent sous le mince radier de pose du goudron (0,15 m à 0,20 m), ce qui implique une réelle menace pour la conservation de cette ultime phase d’occupation funéraire.

7Par ailleurs, il apparaît que la topographie du cimetière fut amputée aux abords de l’église au bénéfice de la construction de probables échoppes qui semblent surtout se développer à la fin du Moyen Âge autour d’une halle.

8Toute la puissance stratigraphique du cimetière n’a malheureusement pas pu être appréhendée eu égard à la nature des travaux envisagés. Toutefois, quelques fragments de mobilier céramique mêlés au sédiment du cimetière suggèrent une datation antérieure au Moyen Âge et semblent confirmer la présence d’une occupation antique sur cette partie centrale de l’éperon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Thouars (Deux-Sèvres). Place Saint-Médard », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 289-290.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Thouars (Deux-Sèvres). Place Saint-Médard » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21682

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals