Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Auzat (Ariège). Montréal-de-Sos

Responsable d’opération : Florence Guillot
p. 237-238

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006
Haut de page

Texte intégral

1La fortification de Montréal-de-Sos est située sur un promontoire rocheux calcaire dominant de plus de 250 m la vallée montagnarde habitée du Vicdessos, affluent de l’Ariège. Sur le versant nord des Pyrénées, cet ouvrage s’inscrit dans un espace limitrophe des vallées andorranes et catalanes. Il s’agit d’un ouvrage majeur dans la géopolitique des comtes de Foix au xiiie s. Il formait – avec trois ou quatre autres castra – le cœur d’un ensemble défensif imposant.

2L’éperon de Montréal-de-Sos comporte deux parties distinctes, étagées, qui pourraient correspondre à un village et à un caput castri. Les vestiges de constructions visibles étaient rares avant la fouille. Des grottes éparses sur les flancs comportent des vestiges de structures dont certaines ont été déjà fouillées clandestinement. Des peintures liées au catharisme ont été conservées sur les parois de deux baumes.

3De 2001 à 2003, des sondages dans la partie supérieure du castrum ont montré la complexité du site du point de vue du bâti et de la densité des occupations. Depuis 2004, l’espace situé autour de la tour maîtresse est l’objet de fouilles programmées. La fouille 2006 a permis de confirmer le phasage du bâti : outre l’occupation médiévale documentée dans les actes, du matériel antique et quelques tessons protohistoriques dispersés pourraient être les vestiges d’une utilisation de type cultuel.

4Le premier ouvrage, une fortification antérieure au début du xiiie s., est un castrum comtal doté d’une défense originale. Le donjon fut érigé à la périphérie du plateau sommital sur un tertre qui constitue la première « motte » repérée en haute vallée de l’Ariège. Cette grosse tour était plutôt l’élément fort de la défense de l’accès à la basse cour. Dès le début du xiiie s., on bâtit un grand mur d’enceinte qui masquait en grande partie le tertre artificiel portant le donjon. Au milieu du xive s. eut lieu un remaniement du quartier situé au pied du donjon. Il fut réalisé à moindres frais mais bouleversa totalement les espaces. Sur trois faces, la motte fut décaissée et partout les espaces furent morcelés par l’ajout de nombreux refends. Le bâti se fit encore plus régulier et rationnel. On ajouta un grand bâtiment aristocratique à fonction résidentielle. Placée à proximité d’un lieu d’extraction majeur, la mine de Rancié, la fortification servait alors de point fort à une politique comtale très interventionniste dans le domaine de la fabrication et du commerce du fer. Ce remaniement créa, au pied du donjon, un quartier bâti dont la fouille a montré la densité et le caractère aristocratique.

5Les fouilles ont révélé aussi un arasement complet du site à la fin du xive s. ou au tout début du xve s., époque marquée par le tournant de la succession du comte Gaston III dit Febus et par la « francisation » de la politique comtale.

Auzat. Montréal-de-Sos : vue en plan.

Auzat. Montréal-de-Sos : vue en plan.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Auzat. Montréal-de-Sos : vue en plan.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21757/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Guillot, « Auzat (Ariège). Montréal-de-Sos », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 237-238.

Référence électronique

Florence Guillot, « Auzat (Ariège). Montréal-de-Sos » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21757

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals