Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon : donjon du Coudray, rempart est du château du Milieu, fort Saint-Georges, PCR « le château et la ville »

Responsable d’opération : Bruno Dufaÿ
p. 242

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1L’année 2007 a constitué la deuxième année de ce PCR dirigé par Bruno Dufaÿ. Le travail s’est poursuivi dans la continuité, avec une activité de terrain et de recherches historiques, tant sur la forteresse que sur la ville. Le travail sur la documentation a également commencé sérieusement. L’équipe est restée globalement stable (21 chercheurs contre 20 l’an dernier).

2Concernant la forteresse, deux grands chantiers ont fait l’objet d’efforts particuliers : l’étude des logis royaux, menée par Bastien Lefebvre et Solveig Bourocher, et la poursuite de fouilles au fort Saint-Georges. D’autres chantiers ont été poursuivis : étude de la céramique, des matériaux de construction, compléments sur le rempart E du château du Milieu, poursuite du MNT (modèle numérique de terrain) du site castral, étude du lapidaire de la chapelle Saint-Georges. Ces travaux ont mis en évidence l’histoire mouvementée des logis royaux, avec des propositions de datation et de phasage qui en bouleversent l’idée initiale, et une étude des charpentes du xve s. à l’aide des traces qu’elles ont laissées. Sur le fort Saint-Georges, l’extrémité occidentale a livré son lot de nouveautés. C’est ainsi qu’une occupation structurée de La Tène finale a été repérée pour la première fois (enclos et une sépulture de guerrier), ainsi que la porte médiévale ouest du fort, qui était jusque là totalement inconnue. Sur le front oriental du château du Milieu, on signalera une datation 14C qui ferait remonter la première enceinte à l’époque carolingienne, ainsi que la découverte d’un très important boulevard d’artillerie construit au droit de la tour de l’Échauguette au xvie s.

3Les autres travaux s’inscrivent dans la continuité : l’étude de nouveaux lots céramiques confirme l’image d’un fort Saint-Georges occupé par l’élite seulement aux xiie-xiiie s. et tombant peu à peu au rang d’une annexe rustique par la suite. L’étude du lapidaire de la chapelle confirme qu’il s’agissait bien du décor originel dont la datation ne peut évidemment pas être établie avec précision sur des critères stylistiques. La sculpture, provenant d’ateliers locaux, comporte des traits archaïsants mais annonce déjà le gothique, elle peut dater des dernières décennies du xiie s. comme du tout début du xiiie : cela ne nous aide donc pas à décider si cet édifice est une fondation plantagenêt ou capétienne. Enfin, la poursuite du MNT a permis de commencer à réfléchir avec plus de pertinence aux avantages stratégiques du site et à ses accès.

4Concernant la ville de Chinon, on notera l’étude préliminaire sur la chapelle Saint-Jean, la poursuite de l’étude du couvent des Augustins, et le début d’études sur la topographie ancienne grâce à l’analyse des documents iconographiques. Ce dernier point a seulement débuté, mais les résultats sont prometteurs : d’ores et déjà une partie du tracé de l’enceinte urbaine au bord de la Vienne a pu être précisée et des vestiges identifiés. Portant sur l’iconographie de la ville et du château, une base de données qui comporte plusieurs centaines de référence est en cours de constitution. Une première approche des carrières de pierre de la ville a permis un certain nombre d’observations sur leur chronologie et leur rôle dans la construction du château.

5L’étude de la chapelle Saint-Jean n’avait jamais été sérieusement entreprise. Les résultats acquis ont permis de la dater avec certitude du dernier tiers du xve s. (par dendrochronologie) et de relativiser la tradition locale qui envisageait sa reconstruction complète au xviie s., alors que la charpente est encore pour l’essentiel médiévale. Enfin, les compléments apportés à la connaissance du couvent des Augustins, dans le cadre des travaux de restauration des façades du cloître, ont permis d’ajouter quelques détails à l’histoire de cet édifice, et surtout de faire regretter qu’une ample étude de bâti n’ait pu être mise en place.

6L’année 2007 a vu également la mise en place d’un programme de datations absolues. Huit datations 14C ont été réalisées : trois sur des charbons de bois pris dans le mortier de diverses phases de maçonnerie, et cinq sur les squelettes découverts au fort Saint-Georges. Deux analyses dendrochronologiques ont été effectuées : l’une au château (latrine des logis royaux) et l’autre à la chapelle Saint-Jean. La petite nécropole à inhumations du fort Saint-Georges est maintenant bien calée dans l’Antiquité tardive et le début de la période mérovingienne (fourchette maximale : 134-595).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Dufaÿ, « Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon : donjon du Coudray, rempart est du château du Milieu, fort Saint-Georges, PCR « le château et la ville » », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 242.

Référence électronique

Bruno Dufaÿ, « Chinon (Indre-et-Loire). Château de Chinon : donjon du Coudray, rempart est du château du Milieu, fort Saint-Georges, PCR « le château et la ville » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21789

Haut de page

Auteur

Bruno Dufaÿ

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bruno Dufaÿ

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals