Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Cluny (Saône-et-Loire). Ancienne abbaye, rempart, courtine sud de la tour Buteveaux au Farinier

Responsable d’opération : Emmanuel Laborier
p. 243

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Cette opération archéologique portant sur une partie du mur d’enceinte de l’abbaye de Cluny s’intègre dans le suivi régulier des travaux Monuments historiques réalisés depuis plusieurs années sur le site. Après la restauration du secteur de la tour du Moulin et du Farinier, le programme actuel, mis en place sous la direction de Frédéric Didier, touche une longue portion de courtine rejoignant la tour Buteveaux, sur le côté SE du site et bordant l’ancien quartier des Tanneries. Ce grand tracé de 127 m se partage en deux segments : le premier de 104 m globalement orienté O-E (à partir du Farinier) et le second de 23 m qui marque un changement d’orientation vers le NE (jusqu’à la tour Buteveaux). Dans son état actuel, le mur présente une élévation comprise entre 6,50 m et 8 m de haut.

2Le SRA Bourgogne ayant préconisé un enregistrement photographique de l’ensemble des parements et des relevés partiels d’élévations, des orthophotographies ont été réalisées, donnant la vision d’une partie importante des élévations du rempart au 1/50. Il s’agit des parements intérieur et extérieur de la portion accessible du rempart, entre le Farinier et la tour Buteveaux. Les relevés pierre à pierre se sont concentrés sur quatre zones : une bande de 4 m de large environ sur l’ensemble de l’élévation hors-sol, située en partie est du segment nord (parement extérieur) ; deux bandes de 3 à 4 m de large sur l’ensemble de l’élévation de part et d’autre de l’angle formé par les deux segments ouest et nord (parement extérieur) ; une bande de 15 m de long sur environ 1 m de haut, située au sommet de la partie ouest du segment ouest (parement extérieur) ; une petite portion, de 3,50 m de long sur 1,50 m de haut, du parement intérieur du segment nord au niveau de la tour Buteveaux.

3Les élévations du mur médiéval présentent un appareil composé de moellons calcaires équarris, dont l’épaisseur varie entre 8 et 20 cm avec plus rarement quelques blocs atteignant 25 cm et d’autres descendants à 6 cm. Les moellons sont disposés en assises relativement régulières mais pas toujours réglées. Ces variations, en partie dues à la grande longueur de la construction, sont compensées par la mise en place d’assises de réglage destinées à rattraper les différences de niveau et les changements de modules. On note la présence de chandelles destinées à décaler les moellons pour éviter de superposer les joints d’une assise à l’autre. Le mortier, visible dans les joints et à l’intérieur du mur, semble identique partout. Le mortier semble utiliser des sables provenant des rivières voisines, peut-être celui de la Grosne toute proche. La hauteur totale du mur d’enceinte a pu être évaluée à 8,35 m hors couronnement et fondation et sa largeur oscille entre 0,90 et 0,95 m.

4Un repérage des trous de boulin a été réalisé sur l’ensemble des élévations visibles. Ils sont maçonnés, avec une ouverture quadrangulaire composée de moellons d’assise, avec parfois une sélection particulière dans le choix des modules. Les ouvertures mesurées lors des relevés pierre à pierre donnent une largeur variant entre 12 cm et 20 cm pour une hauteur entre 14 cm et 20 cm. Ces trous de boulins sont de type traversant avec des fourreaux relativement rectilignes. On notera cependant 2 trous à fourreau oblique. La hauteur moyenne entre les différents niveaux de boulins est d’1,30 m.

5Les éléments significatifs du mur d’enceinte se trouvent au sommet de l’élévation. Il s’agit du système de crénelage dont il subsiste quelques portions. Sur l’ensemble du segment ouest du mur d’enceinte, 13 merlons sont suffisamment conservés pour être nettement identifiés, y compris celui apparaissant dans le pignon du Farinier, auxquels s’ajoutent 4 emplacements possibles, soit 17 merlons attestés pour 104 m de longueur de mur. Leur hauteur est comprise entre 0,90 m et 1,08 m. La largeur observée d’un merlon ou d’un créneau étant de 1,05 m, il y avait probablement 50 merlons et 49 créneaux sur cette partie du mur d’enceinte. Ce crénelage est installé sur un muret de faible hauteur (0,15 à 0,20 m) réduisant de 0,95 à 0,45 m de large l’arase du mur, ce qui rend la circulation en tête du mur pratiquement impossible. Le seul autre élément venant compléter ce dispositif d’aménagement sommital du mur correspond à la dernière ligne de trous de boulin (28 sur 104 m) située directement sous l’arase. Ces trous non rebouchés ont pu être utilisés pour la mise en place de supports associés à un platelage en bois permettant de circuler à l’arrière du crénelage. Le segment nord du mur d’enceinte présente les mêmes caractéristiques que le segment précédent avec 6 merlons partiellement conservés et 6 emplacements de créneaux identifiés. Ce dispositif sommital composé de merlons et créneaux, d’une longueur de 1,05 m chacun, permet de placer 11 merlons et 11 créneaux sur les 23 m de longueur conservés. Ces aménagements appartenant au premier état du mur d’enceinte ont été quelque peu modifiés par des aménagements postérieurs avec l’étage de la tour Buteveaux et la mise en place d’un muret continu au sommet du mur.

6Concernant la chronologie, l’ensemble des données recueillies lors de cette intervention montre que le mur d’enceinte, entre le bâtiment du Farinier et la tour Buteveaux, est une construction homogène où seule une rupture a pu être observée dans le parement intérieur du segment ouest. Cette rupture nette et bien localisée ne modifie pas l’aspect général de la construction. Il s’agit probablement d’un arrêt de chantier lié au rythme saisonnier du travail en extérieur. Cependant, aucun élément interne au mur d’enceinte lui-même ne permet une datation absolue de cette construction. L’étude des bâtiments médiévaux adjacents confirme son existence dès le milieu du xiiie s. dans le secteur du Farinier, voire dès le début du xiiie s. près de la tour ronde. De fait, l’hypothèse historique plaçant la réalisation de ce rempart dans le dernier quart du xiie s. à l’initiative de Thibaud de Vermandois reste envisageable et n’est pas contredite par l’aspect formel de la construction en référence avec d’autres constructions médiévales comme le rempart du bourg et certains bâtiments du château en cours d’étude sur le site de Brancion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Laborier, « Cluny (Saône-et-Loire). Ancienne abbaye, rempart, courtine sud de la tour Buteveaux au Farinier », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 243.

Référence électronique

Emmanuel Laborier, « Cluny (Saône-et-Loire). Ancienne abbaye, rempart, courtine sud de la tour Buteveaux au Farinier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21793

Haut de page

Auteur

Emmanuel Laborier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Laborier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals