Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Génicourt-sur-Meuse (Meuse). Rue du Château

Responsable d’opération : Sébastien Jeandemange
p. 248-249

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1L’intervention archéologique a été justifiée par la création d’un ensemble de logements locatifs situés sur l’emprise d’une annexe du château médiéval de Génicourt.

2Le fief de Génicourt, qui appartient du xiie à la fin du xve à la famille de ce nom, passe vers 1400 à une branche collatérale de la puissante famille d’Apremont. D’après un dénombrement du xvie s., la maison forte, déjà mentionnée au xive s., se composait d’une grosse tour carrée habitable, en pierre de taille, appelée le « donjon », entourée de plusieurs autres bâtiments (colombier, écuries, maison de ferme) disposés suivant un polygone régulier et reliés entre eux par un mur haut et épais, flanqué de tours à ses angles NE, NO et SO. Du milieu du xvie s. à nos jours, le site a subi de nombreuses modifications.

3Le diagnostic archéologique a été effectué dans le quart NE de l’ancienne maison forte de Génicourt, site fortifié maintes fois remanié ; les témoignages architecturaux des époques anciennes sont totalement défigurés ou ont disparu. De ce fait, les observations archéologiques se sont révélées très peu fructueuses et l’organisation des bâtiments composant la maison forte « originelle » reste inconnue. Les principales découvertes consistent en deux caves et en couches de remblai.

4Les caves sont taillées en grande partie dans la roche calcaire ; l’absence de mobilier archéologique ou de techniques de construction caractéristique ne permet aucune datation précise.

5Des couches de remblai ont été observées dans un sondage proche de l’actuelle mairie-école. Elles sont certainement à mettre en relation avec la destruction du manoir médiéval au profit d’un château plus moderne, encore visible aujourd’hui. En effet, la construction de ce nouveau château au début du xviiie s. a nécessité un remblaiement du site afin d’asseoir les fondations. Ce remblai doit provenir en grande partie des ruines du château d’origine médiévale. Toutefois, en l’absence de mobilier archéologique dans les remblais, il n’est pas possible d’étayer cette hypothèse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Jeandemange, « Génicourt-sur-Meuse (Meuse). Rue du Château », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 248-249.

Référence électronique

Sébastien Jeandemange, « Génicourt-sur-Meuse (Meuse). Rue du Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21841

Haut de page

Auteur

Sébastien Jeandemange

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sébastien Jeandemange

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals