Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Grand-Pressigny (Le) (Indre-et-Loire). Château, chemise du donjon

Responsable d’opération : Marie-Christine Lacroix
p. 249

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1La forteresse du Grand-Pressigny, au sud du département, est bâtie sur un rebord de plateau. En contrebas, vers le SE, s’est développé le bourg au travers duquel coule la Claize. L’entrée principale de la forteresse donne sur la cour des communs, séparée de la cour d’honneur par une grande galerie, vestige d’un important logis Renaissance. Auparavant, les deux cours étaient séparées par un large fossé, désormais transformé en caves. Le donjon et sa chemise se localisent à l’extrémité NE du site. Un profond fossé, des courtines et des tours assuraient la défense côté plateau. Côté village, l’abrupt naturel, renforcé d’une courtine ponctuée de tours, rendait la forteresse imprenable. Cet ensemble défensif s’articulait avec la chemise du donjon selon des modalités encore mal connues.

2En 2007, un projet de restauration des Monuments historiques a entraîné l’étude préventive de la chemise du donjon (constitué de l’ensemble tour maîtresse – enceinte). C’est après l’achèvement du donjon et, vraisemblablement, de son avant-corps, que l’édifice a été entouré d’une première chemise bâtie avec un mortier pauvre en chaux, selon un tracé similaire au tracé actuel. Au moins trois portions de ces maçonneries ont été identifiées, englobées dans la chemise postérieure. Une tour circulaire, ultérieurement rechemisée, flanque l’angle nord. Dans la cour d’honneur, un fossé barre l’accès à la place forte qu’un pont, constitué de deux piles, permet de franchir vers l’ouest. Lors d’une deuxième phase de travaux, et toujours sur le même tracé, des portions de chemise ont été refaites. Dans l’angle ouest, une tour polygonale et ses nouvelles courtines sont venues se greffer sur les anciennes maçonneries. À l’est, un autre tronçon a été également édifié.

3Au cours d’une troisième phase, l’entrée directe au donjon par l’avant-corps a été condamnée au profit d’un nouvel accès en chicane au sud. Une imposante maçonnerie, consolidée par trois contreforts et comportant un redent, est venue barrer l’avant-corps. À l’ouest elle est greffée sur la chemise de la tour polygonale. À l’est, elle fonctionne certainement avec un pan de maçonnerie perpendiculaire. À la jonction (détruite) de ces deux tronçons de chemise est édifié le nouvel ouvrage d’entrée au donjon, adossé au talus interne.

4Ces importants travaux pourraient être associés à la construction d’une tour semi-circulaire (située à l’angle est), ainsi que ses deux pans de chemise. Le tronçon sud, flanqué d’une petite tour-contrefort talutée, venait se raccorder au nouvel ouvrage d’entrée évoqué plus haut (hypothèse, jonction détruite) et à la grande enceinte du site.

5Peut-être à la suite d’une destruction, une nouvelle tour semi-circulaire est édifiée entre les tours des angles nord et est. Les vestiges de cette tour, seulement connus par une opération archéologique réalisée en 1997, sont actuellement enfouis.

6La tour de l’angle nord étant endommagée, elle a été entièrement chemisée par une nouvelle maçonnerie semi-circulaire. En bordure du fossé à l’ouest, une nouvelle tour est édifiée. L’interprétation de cet ouvrage, totalement isolé et malheureusement sans aucune relation stratigraphique conservée, est difficile.

7Le phasage présenté ci-dessus est provisoire. Si certaines relations stratigraphiques ont pu être établies avec certitude, plusieurs ensembles de maçonneries restent difficiles à situer en chronologie relative. En outre, tous ces travaux paraissent avoir été effectués dans une fourchette chronologique serrée, entre la seconde moitié du xiie s. et le début du xiiie s. L’analyse physico-chimique des mortiers et quelques datations 14C réalisées sur des charbons de bois permettront prochainement d’affiner les données de terrain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Lacroix, « Grand-Pressigny (Le) (Indre-et-Loire). Château, chemise du donjon », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 249.

Référence électronique

Marie-Christine Lacroix, « Grand-Pressigny (Le) (Indre-et-Loire). Château, chemise du donjon » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21845

Haut de page

Auteur

Marie-Christine Lacroix

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Christine Lacroix

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals