Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Langoiran (Gironde). Le Castéra

Responsable d’opération : Sylvie Faravel
p. 250-251

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre du projet élaboré depuis 2004 autour du site du Castéra, l’année 2007 a vu la poursuite des recherches visant à replacer le site dans son contexte naturel et humain médiéval et a été marquée par le début des fouilles. Les données obtenues en 2006 par la prospection électrique ont permis d’ouvrir une « fenêtre » de 300 m2 destinée à préciser l’organisation de la fortification et la chronologie du site. La fouille, qui n’a pas remis en cause l’interprétation de l’ensemble, a cependant permis d’apporter certaines corrections et précisions. Le mur d’enceinte, large de 1,50 m, qui apparaissait comme un élément résistant à la prospection électrique, se présente non comme une construction de pierre mais comme un type de construction très original, résultat probable du coffrage d’un mélange de grave alluviale et de sable. Le fossé, localisé en prospection électrique au contact de l’enceinte, est en fait distant de 2 m de celle-ci. Sa trace avait bien été repérée mais interprétée à tort comme un glacis. Cette erreur s’explique par la nature de son comblement incluant en surface une densité assez forte de graviers probablement liée à la démolition du mur d’enceinte et apparaît en prospection électrique comme un élément plus résistant que son environnement. Le fossé, comblé avec le même type de sédiment argileux que celui dans lequel il a été creusé, se distingue très difficilement, sa largeur moyenne est de 7 à 8 m sur l’emprise de la fouille et sa profondeur minimum est de 2 m. La difficulté de sa fouille et les problèmes de sécurité n’ont pas permis de connaître son profil, ni sa profondeur maximale. Cette question sera reprise en 2008. Un empierrement constitué d’un amoncellement de blocs calcaires, non repéré en prospection géophysique, pourrait enfin avoir renforcé la base d’un talus aménagé à l’extérieur du fossé. À l’intérieur de l’enceinte, la fouille a porté sur une zone de cour qui a révélé une sédimentation importante dont l’amplitude chronologique est pour l’instant limitée. Les derniers niveaux d’occupation épargnés par les labours correspondent au milieu du xiiie s. et les plus anciens remontent pour l’instant à la fin du xiie s. La fouille de ce secteur n’a pas pu être achevée. La question de l’identification du site du Castéra comme premier castrum de Langoiran reste donc pour l’instant en suspens.

Langoiran. Le Castéra.

Langoiran. Le Castéra.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Langoiran. Le Castéra.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Faravel, « Langoiran (Gironde). Le Castéra », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 250-251.

Référence électronique

Sylvie Faravel, « Langoiran (Gironde). Le Castéra » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21873

Haut de page

Auteur

Sylvie Faravel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Faravel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals