Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Nucourt (Val-d’Oise). Éperon barré du Camp de César

Responsable d’opération : Christophe Toupet et Céline Blondeau
p. 254

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1La campagne de fouille 2007, orientée sur la compréhension fine des systèmes d’extraction, a validé la plupart des hypothèses proposées en 2006 et nous permet aujourd’hui d’avoir une vision globale des différentes étapes de reconstruction du rempart de l’éperon barré du Camp de César de Nucourt. Au cours des cinq phases qui suivent la phase primitive celtique du vie s. avant notre ère, l’extraction de la pierre dans le fossé de l’éperon barré s’effectue exclusivement au marteau taillant : hache bipenne à lame droite. Ces phases se distinguent entre-elles par le mode d’exploitation et les gabarits des blocs extraits, encore perceptibles sur le fond des fossés exploités en carrière par les tranchées d’extraction résiduelles. Une chronologie relative provisoire de ces phases successives d’extraction et de construction peut être proposée.

2La plus ancienne de ces cinq phases voit le recreusement du fossé primitif en un fossé profond à profil en V prononcé, produisant dans le sous-sol calcaire des blocs parallélépipédiques (50 cm x 40 cm x 20 cm). Dans la phase suivante les parois obliques du tronçon nord du fossé à profil en V sont entaillées profondément et verticalement formant, cette fois-ci, un fossé à profil en U. Dans cette carrière est organisé un système orthonormé et prédéterminé d’extraction de blocs de section et de plan trapézoïdaux de grande dimension (110 cm x 70 cm x 20 cm). En fait, l’extraction de la pierre au marteau taillant provoque de profondes tranchées à section en V et de forme trapézoïdale et engendre des blocs à section et à plan trapézoïdaux. Ces grands blocs trapézoïdaux ont été employés bruts vraisemblablement en parements externes pour une reconstruction globale de grande ampleur de la fortification. Cette étape majeure de reconstruction du rempart est associée à un bourrage interne de très gros et lourds blocs de grès noduleux géologiquement présents à l’extérieur du site.

3À cette phase semble succéder une extraction locale de la paroi occidentale du fossé central en V exploitée en trois paliers à front curviligne produisant chacun des blocs à faces courbes, très épais et durs. Peut-être pour constituer les parements courbes d’une construction de type flanquement autour de l’interruption nord ? Puis, toujours dans le fossé central, la paroi orientale a été entamée en exploitant le système naturel de fissurations géologiques. Les blocs extraits alors ont été disposés en boutisse dans la condamnation probable de l’entrée monumentale sud d’un rempart nouvellement reconstruit.

4Enfin, après un abandon et des récupérations majeures des parements trapézoïdaux de grande dimension, le fossé nord est de nouveau exploité en carrière, cette fois-ci avec un module trapézoïdal plus petit (80 cm x 70 cm x 20 cm), reprenant le réseau d’extraction antérieur des blocs trapézoïdaux de grand module. Cette ultime et unique phase de reconstruction, où les blocs de parements externes sont liés en façade dans le rempart par un mortier rose de chaux, a été reliée en 2007 à l’incendie spectaculaire reconnu dans l’extrémité sud du fossé central (provoqué par l’aménagement d’un four à chaux utilisé à plusieurs reprises). Le matériel céramique retrouvé associé à la mise en place de ce four à chaux cale chronologiquement l’ensemble dans la deuxième moitié du xie s. La mise au jour de ce four à chaux vient compléter les découvertes récentes d’une aire de broyage de tuiles gallo-romaines récupérées et d’une aire de gâchage de mortier rose, exploitant ainsi la chaux produite dans le fossé central et le broyat des tuiles.

5Les cinq dernières phases de constructions, qui semblent se suivre de près, paraissent toutes antérieures à la fin du xie s. Elles sont peut-être à mettre en relation avec une volonté des comtes du Vexin de maintenir une forteresse d’appoint au cœur du Vexin français, à proximité de la frontière franco-normande de l’Epte qui, depuis le traité carolingien de Saint-Clair sur Epte de 911, divise le Vexin en deux ?

Nucourt. Éperon barré du Camp de César, interruption nord.

Nucourt. Éperon barré du Camp de César, interruption nord.

Vue cavalière du nord au premier plan du fossé nord en U, avec l’extraction prédéterminée orthonormée de blocs trapézoïdaux de grandes puis de petites dimensions. Au second plan, le fossé central à profil en V avec l’extraction curviligne à l’ouest et l’extraction exploitant les fissures à l’est. Au-dessus, le plancher d’un blockhaüs de la seconde guerre mondiale détruit partiellement lors du bombardement du site.

Ch. Toupet, SDAVO

Haut de page

Table des illustrations

Titre Nucourt. Éperon barré du Camp de César, interruption nord.
Légende Vue cavalière du nord au premier plan du fossé nord en U, avec l’extraction prédéterminée orthonormée de blocs trapézoïdaux de grandes puis de petites dimensions. Au second plan, le fossé central à profil en V avec l’extraction curviligne à l’ouest et l’extraction exploitant les fissures à l’est. Au-dessus, le plancher d’un blockhaüs de la seconde guerre mondiale détruit partiellement lors du bombardement du site.
Crédits Ch. Toupet, SDAVO
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Toupet et Céline Blondeau, « Nucourt (Val-d’Oise). Éperon barré du Camp de César », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 254.

Référence électronique

Christophe Toupet, Céline Blondeau, « Nucourt (Val-d’Oise). Éperon barré du Camp de César » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21905

Haut de page

Auteurs

Christophe Toupet

Articles du même auteur

Céline Blondeau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Christophe Toupet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Céline Blondeau

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals