Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Pommeraye (La) (Calvados). Château Ganne

Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard Héricher
p. 255-256

Entrées d’index

Année de l'opération :

2005, 2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1L’année 2007 concluait un programme de trois ans portant sur la basse cour principale du château : il importait donc de mener à leur terme les études entreprises depuis 2004 et d’en tirer les conclusions. Ce programme comportait l’étude du bâti de la tour porche – encore conservée en élévation – qui donne accès à la haute cour et la fouille d’une partie de la basse cour principale. Deux secteurs de cette dernière étaient encore en cours d’étude en 2007 : au nord, le secteur 3 qui s’étend le long de la courtine, dans l’alignement de la chapelle mise en évidence en 2005 et 2006 et, au sud, le secteur 2, placé en face du précédent, le long de la courtine méridionale. En outre une tranchée d’exploration allant de la basse cour à la haute cour devait permettre de vérifier la présence d’un fossé comblé.

Fossé

2La tranchée effectuée au tractopelle a montré sans ambiguïté l’existence d’un fossé creusé dans le rocher, qui, du côté de la basse cour, présente un replat aménagé creusé de dépressions carrées à la fonction inconnue et une paroi de contrescarpe presque verticale. Du côté de la tour porche le rocher n’est pas visible, l’escarpe est constituée par un mur de grès schisteux appareillé qui s’achève, dans le prolongement du mur latéral de la tour porche, par un pilier à base quadrangulaire aux angles sculptés de godrons. Le comblement du fossé est constitué de débris de démolition très meubles qui n’ont pas permis de mettre en évidence le profil du creusement, toutefois les sondages effectués avec la pelle en ont donné la profondeur approximative. Le comblement a très probablement été réalisé à l’époque où les ruines ont été intégrées dans un parc romantique. Il ne fait aucun doute que les déblais qui encombraient la tour porche ont, à cette occasion, été évacués ne laissant dans le passage qu’une stratigraphie de très faible épaisseur. Les terres de comblement du fossé (mortier pulvérulent, blocs de pierre de très grandes dimensions) ne renfermaient presqu’aucun mobilier. La présence du fossé implique que l’accès à la tour porche devait s’effectuer par un pont. Son emplacement n’a pas été recherché pour ne pas compromettre l’accès à la haute cour, indispensable aussi bien pour son étude future que pour son entretien régulier.

Secteur 2

3Dans le secteur 2, au sud de la basse cour, les recherches se sont poursuivies dans le très vaste bâtiment de 40 m x 9 m qui borde la courtine. La fouille 2006 avait révélé son organisation interne en trois pièces inégales : A, B et C, de plus en plus petites de l’est vers l’ouest. Elle avait montré l’installation du bâtiment recoupant la base d’un rempart de terre suivi du rehaussement de celui-ci pour former une terrasse, puis la construction de la courtine maçonnée qui ceinture une grande partie du site. Elle avait enfin révélé, dans une petite partie de la pièce A fouillée jusqu’au substrat, la présence de trous de poteau creusés dans le rocher témoignant d’une occupation antérieure au rempart de terre, dont la base recouvrait certains d’entre-eux. Il convenait donc d’élargir la zone observable pour tenter de découvrir la logique d’agencement de ces poteaux et leur fonction. La moitié de la surface des pièces A et B a été dégagée. Elle a permis de mettre en évidence une saignée creusée dans le rocher, limitant la partie la plus haute et aboutissant aux traces d’un petit bâtiment sur poteaux de 5 m sur 4 m flanqué d’un foyer. Cet aménagement qui passe sous le mur de refend du bâtiment et se poursuit du côté opposé est incontestablement antérieur aux structures bâties et même au rempart de terre. Les rares fragments de céramique mis au jour permettent de le situer au xe s.

4Les abords de ce grand bâtiment ont également été étudiés. Il s’agissait de savoir comment on accédait à la terrasse qui longe la courtine. Une pente douce à la surface aménagée a été mise en évidence à l’extrémité orientale du bâtiment, un trou de poteau dans cette pente peut être la trace d’un escalier d’accès à l’étage. Il n’existait pas de dispositif similaire à son extrémité ouest qui s’achevait en cul-de-sac contre un mur perpendiculaire. En revanche, des aménagements maçonnés ont été découverts dans le prolongement de la terrasse, leur fouille n’est pas terminée et leur identification encore incertaine. Enfin, un muret dont la fonction reste à déterminer prolonge vers l’ouest le mur de façade du bâtiment.

Secteur 3

5Au nord, dans le secteur 3, la fouille du bâtiment domestique, dont le plan avait été mis en évidence en 2006, a été achevée. Dans la phase finale, deux portes s’ouvrent dans son mur de façade (mur latéral sud). La porte orientale donne sur une large pièce avec, en pignon, un vaste four. Le mur latéral nord est percé d’une ouverture permettant d’accéder à un petit couloir longeant le bâtiment pour aboutir à la fosse qui voisine avec le four. Il ne s’agit pas, comme la terre noire qui la comblait en surface le suggérait, d’une fosse cendrier, mais probablement d’un puits creusé dans le rocher. Ce puits n’était accessible, dans la dernière phase d’occupation, que depuis l’intérieur du bâtiment. Une ouverture centrale dans le plancher posé sur des lambourdes fichées dans les quatre angles de la maçonnerie permettait de puiser l’eau. La seconde pièce qui occupait l’extrémité occidentale du bâtiment était plus petite que celle que nous venons de présenter. Dans la dernière phase d’occupation, elle était divisée en deux par un refend S-N, appuyé contre le mur latéral sud et laissant un passage auprès du mur nord de la pièce. La petite pièce du fond devait servir de zone de stockage tandis que la pièce précédente, au sol jonché de débris culinaires, de débris de céramique et de d’objets métalliques, semble avoir été utilisée comme zone d’habitat et comme zone de travail. C’est à cette époque que la terrasse et la courtine semblent avoir été aménagées nécessitant la construction du couloir et du petit édicule qui protège le puits.

6La phase précédente correspond à la construction du bâtiment, déjà muni du four et possédant une issue, au nord, permettant, par l’extérieur, d’accéder au puits. Une datation 14C a permis d’en faire remonter la construction à la fin du xe s. (datation AMS ETH-34442 : probabilité que la date calibrée soit située entre 733 cal AD et 985 cal AD, 100%). Dans l’angle NO de cette pièce, un aménagement dallé plus ancien est encore en usage à cette époque. La pièce occidentale s’organise autour d’un vaste foyer préexistant au bâtiment de pierre. Ce dernier constitue semble-t-il un aménagement en dur qui vient remplacer la construction de bois préalable, tout en respectant les espaces dévolus à des fonctions bien spécifiques.

7Des aménagements sur poteaux constituent les traces des constructions des deux premières phases d’occupation, mais les éléments découverts sont trop partiels pour permettre de dégager un plan défini et de proposer une date. Un alignement de poteaux reprend le tracé du mur latéral sud et une rigole reliant deux fosses dessine un arc de cercle autour de deux foyers superposés qui correspondent aux deux premières phases d’occupation. Le premier foyer devait être abrité par une couverture reposant sur les poteaux et la rigole a de toute évidence servi a le protéger du ruissellement démontrant, d’une part, que le bâtiment devait être à claire-voie vers le nord, d’autre part qu’il existait sans doute déjà un rempart de terre provoquant le déversement des eaux de pluie vers le centre de l’enceinte. La rigole et les fosses attenantes ont livré du mobilier métallique et céramique. Il est difficile de l’attribuer à une phase particulière et c’est plutôt à l’abandon de l’activité et au comblement des structures qu’il convient de le rattacher. Enfin une série de fosses peu profondes et souvent de forme quadrangulaire s’étendaient dans la pièce orientale, elles témoignent de l’occupation primitive du site.

8La stratigraphie, le mobilier métallique et l’étude de la céramique permettent de définir quatre périodes d’occupation. La première doit se situer au début du xe s., elle se traduit par des structures creusées dans le rocher, la seconde, qui voit les premiers aménagements (renforcement ou construction du rempart de terre, premier bâtiment maçonné) tout en conservant des structures sur poteaux, correspond aux xe-xie s. La troisième voit l’édification des autres bâtiments maçonnés aux xie-xiie s. et la quatrième correspond à l’aménagement simultané de la terrasse et de la courtine au début du xiiie s.

La Pommeraye. Château Ganne, plan des structures découvertes.

La Pommeraye. Château Ganne, plan des structures découvertes.
Haut de page

Table des illustrations

Titre La Pommeraye. Château Ganne, plan des structures découvertes.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Héricher, « Pommeraye (La) (Calvados). Château Ganne », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 255-256.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, « Pommeraye (La) (Calvados). Château Ganne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21913

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals