Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Saumur (Maine-et-Loire). Château

Responsable d’opération : Emmanuel Litoux
p. 259-261

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Le suivi archéologique des travaux de restauration du château de Saumur faisant suite à l’effondrement du front nord de la citadelle, survenu en 2001, a permis d’affiner les connaissances sur différentes périodes clés de l’histoire du site.

2De nouvelles parties de la tour maîtresse romane, identifiée en 1994, ont été dégagées en sondage. Ce bâtiment de 19,5 m x 17,4 m, hors œuvre, aux murs épais de près de 3 m, a été rasé au xive s. et sa partie inférieure transformée en cave. Deux étroites fenêtres mises en évidence sur le mur NE permettent de restituer un niveau inférieur haut d’au moins 10 m, sans doute dévolu au stockage. L’analyse des techniques de mise en œuvre, en particulier le traitement des pierres de taille de parement, oriente la datation de cet édifice sur le xie s.

3Vraisemblablement dans le courant du xiie s., une motte est adossée contre la tour, côté sud. La plateforme sommitale domine les terrains environnants d’environ 7 m. Sans doute en relation avec cet exhaussement du sol aux abords de la tour, les ouvertures du niveau bas sont soigneusement bouchées. Un escalier droit, large d’1,55 m, percé dans le mur SO de la tour, permet de descendre depuis le sommet de la motte vers le niveau inférieur de la tour.

4La construction de la forteresse du xiiie s. est traditionnellement associée à l’intégration du Saumurois et plus largement de l’Anjou dans le domaine capétien. Le château vient ceindre la motte ainsi que la tour romane qui, située au centre du nouveau dispositif, conserve vraisemblablement son statut de tour maîtresse. Les quatre tours à base talutée, reliées par des courtines également talutées, dessinent un plan trapézoïdal. Les maçonneries très homogènes suggèrent un chantier mené relativement rapidement. Si l’état d’achèvement de la tour ouest reste incertain, il semble en revanche qu’au moins les deux tours nord et est ont comporté, au-dessus des pièces en rez-de-cour, au moins un étage supplémentaire en pierre couronné de hourds et couvert par une charpente, soit en tout quatre niveaux. D’autre part, les traces de plusieurs bâtiments en pierre et en pan-de-bois, adossés aux courtines NE et SO, ont été mises en évidence. Les séquences stratigraphiques observées révèlent une superposition de niveaux qui témoigne d’une occupation durable du site aux xiiie et xive s.

5Une portion du mur qui ceignait l’extrémité du promontoire, sans doute dès le xe s., a été découverte au pied de la tour nord, contre laquelle elle prend appui. D’autres segments de mur appartenant à la même enceinte mais construits à différentes époques (xiiie-xve s.) ont également été mis au jour.

6L’accès de la forteresse semble s’être toujours effectué depuis le sud. Un chaînage de calcaire coquillier pourrait constituer le seul vestige de la porte d’entrée du xiiie s. Cependant, les modifications apportées à ce secteur viennent considérablement réduire les possibilités d’observation. Le châtelet construit à la fin du xive s. prend appui sur les murs arasés d’un bâtiment primitif, de plan trapézoïdal, dont le flanc ouest comportait une poterne et deux étroites ouvertures.

7De très importants travaux sont engagés dans le dernier tiers du xive s. par les ducs d’Anjou afin d’édifier un palais sur les murs de la forteresse du xiiie s. La réalisation de sondages et l’analyse archéologique des élévations ont fourni des résultats qui, croisés avec les comptes décrivant la construction de l’aile NE dans les années 1368-1376, permettent de suivre assez précisément l’avancement des travaux. La tour romane, au centre de la cour, est temporairement conservée. Contrairement à ce qui est habituellement admis, le chantier de l’aile NO et de la tour ouest n’a pu commencer qu’après celui de l’aile SE, soit vers 1380. Se rattachent également à cette campagne de travaux la démolition partielle de la tour romane, la construction de la voûte qui en couvre la partie inférieure, et l’édification de l’escalier d’honneur ainsi que de la galerie NE. Les vestiges inachevés d’une tour avec poterne en avant de la courtine SO suggèrent de restituer un dispositif d’entrée antérieur au châtelet représenté sur l’enluminure des Très riches heures du duc de Berry. Les troisième et quatrième campagnes correspondent respectivement à la construction des ailes SE et SO, cette dernière étant strictement contemporaine du châtelet. Les travaux s’achèvent au plus tard au tout début du xve s. L’étude des parties conservées en élévation, enrichie des données de la fouille et de l’exploitation des sources d’archives, nous permet de mieux appréhender la qualité de ce programme architectural exceptionnel (techniques de mise en œuvre de la pierre, sculpture, pavements, voûtes lambrissées, couvertures…). Des sondages pratiqués dans la cour du château ont livré des éléments suffisamment précis pour pouvoir restituer les niveaux de sol de la fin du Moyen Âge.

8La tour nord semble en très mauvais état à la fin du xvie s. L’aile NO, également ruinée, disparaît dans la seconde moitié du xviie s. Un procès-verbal donne approximativement la date (1605) à laquelle fut refaite l’étanchéité de la voûte couvrant la salle basse, sous la cour. La dépose d’une partie du pavage de la cour a entraîné la mise au jour des fondations des bâtiments reconstruits entre 1811 et 1813 à l’emplacement de l’aile NO, dans le cadre des aménagements pénitentiaires.

9La construction du front NO de la citadelle date des années 1590-1593. Toutefois, le croisement entre l’analyse archéologique et les documents d’archives montre que la tranchée de fondation intérieure n’a été qu’à moitié comblée. Il semble enfin que les casemates de tir datent seulement du milieu du xviis.

Saumur. Château.

Saumur. Château.

Coupe de la cour du château en avant de l’aile NE. La tour maîtresse romane (en gris) est rasée vers 1380 afin de permettre l’édification de l’aile NO, de l’escalier d’honneur et de la galerie adossée à l’aile NE. Les investigations archéologiques ont révélé l’existence d’une liaison entre l’escalier en vis et la partie inférieure de la tour, alors utilisée comme cave. L’étanchéité de la voûte, située sous la cour, a été refaite au tout début du xviie s.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saumur. Château.
Légende Coupe de la cour du château en avant de l’aile NE. La tour maîtresse romane (en gris) est rasée vers 1380 afin de permettre l’édification de l’aile NO, de l’escalier d’honneur et de la galerie adossée à l’aile NE. Les investigations archéologiques ont révélé l’existence d’une liaison entre l’escalier en vis et la partie inférieure de la tour, alors utilisée comme cave. L’étanchéité de la voûte, située sous la cour, a été refaite au tout début du xviie s.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Litoux, « Saumur (Maine-et-Loire). Château », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 259-261.

Référence électronique

Emmanuel Litoux, « Saumur (Maine-et-Loire). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21937

Haut de page

Auteur

Emmanuel Litoux

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Litoux

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals