Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Strasbourg (Bas-Rhin). Boulevard Wilson

Responsable d’opération : Yves Henigfeld
p. 261-262

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Cette opération d’archéologie préventive, réalisée en raison d’un projet immobilier prévoyant la construction d’un parking souterrain, a porté sur l’enceinte protégeant le faubourg NO de la ville médiévale. Outre la découverte d’une fosse attribuée au ier s. de notre ère, la fouille a révélé l’existence d’un fossé défensif médiéval antérieur à l’enceinte maçonnée. Cet aménagement est peut-être à mettre en relation avec la construction, en 1369, de la porte de Cronenbourg ou de Saverne, localisée à quelques mètres du site (rue Wodli).

2Orientée selon un axe SO-NE, l’enceinte maçonnée, qui se développe parallèlement au boulevard Wilson, a été étudiée sur une longueur de 67 m et une hauteur maximale de 3,75 m. Le mur, rencontré à une profondeur de 0,40 m, fait 1,50 m d’épaisseur dans sa partie supérieure et 1,85 m à sa base. Son parement externe, fondé sur un système de pilotis en bois, est installé entre 1402 et 1407, soit une quinzaine d’années après la fourchette chronologique habituellement retenue pour la mise en place du système défensif (1374-1390). Cette proposition de datation repose sur les résultats d’une expertise dendrochronologique effectuée sur quatre échantillons de chêne, dont deux avec aubier, prélevés à la base du mur. La fondation en bois supporte quatre assises de pierres à bossage en grès rose assemblées à joints vifs, surmontées par des briques liées au mortier de chaux, dont les joints sont soulignés au fer. Le noyau du mur et son parement interne sont, quant à eux, principalement composés de briques maçonnées à joints creux ou beurrés. Les différences observées dans le module, la nature et la mise en œuvre de ces matériaux de construction laissent supposer que le parement en briques externe a fait l’objet d’une réfection à l’époque moderne. La maçonnerie, qui servait de mur d’escarpe, était bordée par un fossé en eau à fond plat dont la largeur, qui s’étendait au-delà de la zone prescrite, n’a pas pu être précisée.

3Outre le mur de courtine, la fouille a permis d’étudier trois ouvrages greffés sur le mur d’enceinte. Le premier, édifié à l’arrière du mur, correspond à une construction maçonnée en brique de plan rectangulaire (7,55 m x 1,80 m) permettant d’accéder à trois ouvertures (poternes ?) aménagées à la base du mur et donnant sur le fossé. Cette structure a apparemment servi de dépotoir dans le courant du xvie s. avant d’être condamnée par un mur non jointoyé composé de briques et de dalles en grès récupérées et utilisées en réemploi. Le second ouvrage correspond à une tourelle octogonale d’environ 4 m de large, composée, à sa base (côté fossé), de quatre assises de blocs à bossage en grès rose, surmontées de pierres de taille lisses associées à des briques. La troisième construction se présente sous la forme d’un mur orienté SE-NO, épais de 1,55 m et se développant sur une longueur minimale de 6,80 m. Il correspond à un flanc du bastion protégeant la porte de Saverne. Cette maçonnerie, vraisemblablement construite au xviie s., est peut-être contemporaine des murs de fondation observés, intra-muros, à proximité du dispositif d’entrée.

4Après les bombardements de 1870, le système défensif est démantelé sur décision de l’administration allemande. Inscrits à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques à la suite des diagnostics archéologiques réalisés en 1999 et 2000, les vestiges défensifs feront l’objet d’une mise en valeur dans le cadre du projet d’aménagement.

Vue du mur d’enceinte et de la tourelle mis au jour sur le site du boulevard Wilson à Strasbourg.

Vue du mur d’enceinte et de la tourelle mis au jour sur le site du boulevard Wilson à Strasbourg.

Cl. Y. Henigfeld – INRAP

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue du mur d’enceinte et de la tourelle mis au jour sur le site du boulevard Wilson à Strasbourg.
Crédits Cl. Y. Henigfeld – INRAP
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/21949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 479k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Henigfeld, « Strasbourg (Bas-Rhin). Boulevard Wilson », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 261-262.

Référence électronique

Yves Henigfeld, « Strasbourg (Bas-Rhin). Boulevard Wilson » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21949

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals