Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Vaucouleurs (Meuse). 1, rue des Tanneries

Responsable d’opération : Sébastien Jeandemange
p. 263

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Les sondages effectués à l’emplacement du futur projet de maison médicale au 1, rue des Tanneries ont révélé des vestiges archéologiques d’une densité plus ou moins importante selon que nous nous situons extra-muros ou intra-muros.

2Les vestiges extra-muros, observés dans les sondages 1, 2 et 4, correspondent à l’emplacement des anciens fossés situés devant l’enceinte urbaine d’origine médiévale. Le but des sondages était de mettre en évidence les caractéristiques du fossé (largeur, profondeur, description du creusement et des couches de comblements…). Le diagnostic archéologique a permis de démontrer qu’il ne s’agissait pas d’un fossé stricto sensu mais plutôt d’une zone marécageuse se développant au moins sur 35 m vers le nord, une limite ayant été repérée dans le sondage 4. Les couches les plus profondes (phase 1) sont des alluvions liées à la proximité de l’actuel cours d’eau canalisé « La Vaise », et contenant parfois du mobilier céramique du bronze final (sondages 2 et 3). À l’époque moderne, la zone marécageuse a été comblée par des remblais de limon argileux brun (phase 2).

3Les vestiges intra-muros, observés dans les sondages 3 et 5, sont beaucoup plus riches. Le sondage 3 a permis la mise au jour d’un petit tronçon de l’enceinte urbaine d’origine médiévale et d’un habitat intra-muros accolé à cette dernière. L’enceinte apparaît à moins de 0,60 m de profondeur sous un niveau de démolition et de terre végétale. Large de 1,70 m, elle est conservée sur plus de 1,50 m d’épaisseur et semble avoir fait l’objet de multiples reprises au fil des siècles. L’implantation de l’enceinte s’est faite sur des niveaux d’aménagement et d’occupations antérieurs (phase 2), le tout reposant sur des alluvions contenant du mobilier céramique protohistorique et des charbons de bois (phase 1). Le substrat, qui apparaît à 2,50 m de profondeur, est de l’argile bleu-vert, compacte. Aucune datation absolue n’a pu être envisagée faute d’éléments archéologiques bien datés.

4Le sondage 5 a révélé des niveaux d’occupation successifs dont la datation relative apparaît difficile faute de fossiles-directeurs suffisants. Le phénomène alluvionnaire observable dans la totalité des sondages a été retrouvé ici (phase 1). Juste au-dessus, des niveaux d’assainissement et de sol se succèdent sur moins de 0,50 m, avec notamment un mur récupéré fondé sur un pieu de chêne. Ce dernier n’a pu être daté par dendrochronologie faute de cernes suffisants. Certains niveaux de sol (couches 7 et 24), riches en charbons et en macrorestes végétaux, ont livré des informations sur la vie quotidienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Jeandemange, « Vaucouleurs (Meuse). 1, rue des Tanneries », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 263.

Référence électronique

Sébastien Jeandemange, « Vaucouleurs (Meuse). 1, rue des Tanneries » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21969

Haut de page

Auteur

Sébastien Jeandemange

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sébastien Jeandemange

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals