Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Vic-sur-Seille (Moselle). Avenue Mesny, porte de l’ancien château des évêques

Responsable d’opération : Jean-Denis Laffite
p. 264-265

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Une fouille a été effectuée sur 490 m2, à l’occasion des travaux de restauration de la porte du château réalisés par la commune et les Monuments historiques (restitution des niveaux supérieurs des deux tours et du châtelet, du pont-levis, de l’ancienne voirie, recreusement partiel des fossés).

2Les comblements, tant des fossés situés à l’avant de la porte du châtelet xve-xvie s. que de la fosse du pont-levis, ont été partiellement déblayés. Le secteur arrière du châtelet a été décapé pour permettre la fouille des vestiges arasés de la porte encadrée de deux tours du xiiie s. Trois états de constructions défensives et les niveaux d’occupation correspondants ont été mis en évidence. Ils couvrent la période allant du xiie au début du xixs. Une entrée de type tour-porte de plan carré, liée à une courtine primitive antérieure, a été découverte sous les fondations des tours xiiie s. Les murs de fondation maçonnés en calcaire ont une épaisseur de 1,6 m à 1,8 m ; les dimensions externes de la tour-porte sont de 12,5 m dans l’axe central, sur 10,3 m de largeur. Cette découverte inédite semble confirmer l’existence du château de l’évêque Bertram (bâti à Vic vers la fin du xiie s.), et sa reconstruction par ses successeurs au début du xiiie s. La porte médiévale était alors raccordée à la courtine rebâtie en blocs de moyen appareil régulier, assisés (grès gris local). La largeur du mur d’enceinte atteint 2 m à la base. Cette porte possède un passage étroit (3 m sur 12 m), elle est encadrée par deux tours prolongées à l’arrière par deux bâtiments massifs rectangulaires. Les tours à plan en U ont un diamètre de 8 m (fondations de 2,4 m à 2,8 m). La porte était couverte par un niveau supérieur fortifié qui défendait le passage, que l’on peut observer sur un dessin d’I. Silvestre de 1665. Aux xive et xve s., le château a subi des réfections et des aménagements sous les évêques Thierry et Conrad Bayer de Boppard. Les progrès de l’artillerie ont nécessité des travaux de renforcement des fortifications, avec la création de canonnières, de remparts et de fausses-braies au pied des tours et des murs médiévaux. La porte a été alors renforcée par la création d’un nouveau passage fortifié, la suppression de l’ancien pont-levis et du pont en bois. Pour protéger l’ancienne porte, un châtelet avec deux tourelles (4,6 m de diamètre), un passage pavé protégé latéralement par deux murs relais et un système novateur de porte muni d’un pont-levis à bascule, avec un accès en pierre, ont été élevés. Les fixations en fer et les crapaudines de l’axe du pont-levis ont pu être dégagées au pied des piles de la porte xve s. La porte cochère servant de pont (4 m de haut sur 2,7 m) possédait à l’arrière un panneau doublé de 2,7 m de long qui faisait office de contrepoids pour actionner le basculement de l’ensemble sur l’axe. La porte principale est doublée d’une porte piétonne qui possédait les mêmes caractéristiques techniques. Le mobilier céramique découvert est abondant dans le contexte d’un dépotoir du xvie s. Seuls quelques tessons médiévaux sont présents dans les remblais de fondation du xiiie s. Enfin le fond d’une citerne remblayé à la fin de l’occupation du château (caserne napoléonienne), informe sur la vaisselle utilisée à la fin du xviiie s. Quelques pierres à fusil, boucles et boutons d’uniforme rappellent la présence militaire de cette époque. Peu d’éléments architecturaux ont été récoltés, car les pierres de taille ont été récupérées lors du démantèlement de la ruine ; par contre les matériaux de couverture des toitures sont abondants (tuiles plates et tuiles canal à crochet, ardoises taillées en écaille à l’allemande). Seules trois monnaies ont été découvertes : un double denier de Lorraine de Charles IV, frappé à Nancy, vers 1661-1670 ; un liard de Lorraine de Léopold ier (1726) ; un sol constitutionnel de Louis XVI (1792).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Denis Laffite, « Vic-sur-Seille (Moselle). Avenue Mesny, porte de l’ancien château des évêques », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 264-265.

Référence électronique

Jean-Denis Laffite, « Vic-sur-Seille (Moselle). Avenue Mesny, porte de l’ancien château des évêques » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21977

Haut de page

Auteur

Jean-Denis Laffite

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Denis Laffite

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals