Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Ariège. Le haut Couserans

Responsable d’opération : Thibaut Lasnier
p. 266

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1Cette opération de prospection thématique était en 2007 dans sa deuxième année de réalisation et fait suite à une prospection inventaire commencée en 2004 et à une opération de sondage et de dégagement de bâti sur les sites castraux de Sainte-Catherine (juillet 2006) et Mirabat (août 2006).

2La zone étudiée est le haut Couserans, secteur montagneux des Pyrénées centrales formant la partie occidentale du département de l’Ariège. Après y avoir recensé les fortifications médiévales au sens large, les recherches se sont orientées vers une approche globale du bâti tout en s’appuyant en premier lieu sur deux études de cas (Sainte-Catherine et Mirabat). L’objectif était de dégager les principales caractéristiques de ces fortifications montagnardes et d’évaluer si elles pouvaient s’inscrire dans une typochronologie du bâti. Les éléments architecturaux majeurs qui distinguent les fortifications du haut Couserans de celles des secteurs de plaine limitrophes sont une extrême rusticité qui paraît due à la conjonction de contextes politiques et géographiques particuliers. Les techniques de constructions des murs et notamment le traitement sommaire des moellons dans les parements, l’omniprésence du mur plein sans ouverture de tir, ni de jour, le traitement archaïque des tours de flanquement sont autant d’éléments de distinction de l’architecture castrale de notre zone. Les tours maîtresses sont tout à fait spécifiques. Elles peuvent être classées parmi les tours-beffrois que l’on rencontre dans beaucoup d’autres régions de l’hexagone, mais elles s’en distinguent ici par un espace intérieur particulièrement réduit. Les plus petites ne dépassent pas 4 m² de surface intérieure, alors que les murs atteignent une puissance qui contraste avec cette exiguïté. Les mêmes caractéristiques se retrouvent dans le secteur voisin des hautes vallées de la Garonne (haut Comminges).

3Ces éléments architecturaux et leur évolution dans le temps sont-ils représentatifs d’une typochronologie du bâti ? La carence documentaire limite la mise en contexte de ces fortifications. En outre, les éléments de datation apportés par les études de cas menées à Sainte-Catherine et Mirabat ne suffisent pas pour élargir ces remarques à l’ensemble du haut Couserans. De ce fait, malgré les résultats satisfaisants obtenus lors de ces deux années de prospection thématique, le corpus de sites reste trop réduit en haut Couserans pour pousser l’étude plus loin. Aussi, le secteur d’étude est élargi vers les zones montagneuses proches pas encore étudiées, à savoir le canton de Massat. L’étude devrait par la suite s’étendre au reste du Couserans, c’est-à-dire à la zone de piémont vers le nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibaut Lasnier, « Ariège. Le haut Couserans », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 266.

Référence électronique

Thibaut Lasnier, « Ariège. Le haut Couserans » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/21993

Haut de page

Auteur

Thibaut Lasnier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thibaut Lasnier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals