Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Projets collectifs de recherche

Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolutions et fonctions des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges

Responsable d’opération : Florence Guillot
p. 267

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Notes de la rédaction

Les rapports du programme sont téléchargeables sur le site : http://www.chateaux09.fr/

Texte intégral

1Les trois premières années de recherches ont regroupé une quinzaine de chercheurs sur la question des fortifications médiévales dans les trois comtés pyrénéens de Foix, Couserans et Comminges (portion orientale). Il s’agit de rassembler les recherches sur ce secteur afin de comparer entre eux les sites, leurs fonctions, le paysage qui les entoure et les situations géopolitiques. Des rapprochements et des divergences pourront ainsi apparaître. L’objectif est d’évaluer s’il y a véritablement des architectures différentes entre ouvrages de fonction et d’origine semblables. Le principal souci est aussi de replacer les ouvrages fortifiés dans une dynamique historique, géopolitique et sociale.

2Du point de vue des pouvoirs, à partir du xiie s., cette zone est partagée en deux grands secteurs d’influence : le comté de Comminges et le comté de Foix. Après une étape de construction des secteurs politiques au xiie s., les frontières véritablement linéaires de ces espaces se précisent au xiiie s. Leur cadre géographique, lié au réseau des vallées, est constitué de secteurs allant de la haute montagne au piémont aval. Situées hors du contexte des opérations militaires de la grande Guerre méridionale, ces entités politiques n’en subissent pas moins les conséquences de l’expansion du domaine royal aux xiiie et xive s. Dès le second quart du xiiis., les pouvoirs locaux seigneuriaux tendent à être concurrencés par des structures consulaires franchisées dont les plus puissantes sont souvent situées en aval, révélant le glissement du dynamisme économique vers les piémonts. Privilégiée par un pouvoir resté puissant et parfois quasi autonome, mais aussi par une localisation à l’arrière des grands axes de communication, cette région subit moins les conséquences de la guerre de Cent Ans que d’autres zones du SO de la France.

3En 2007, le PCR s’est d’abord attaché à réaliser un colloque reprenant exactement le sujet du programme. Celui-ci a eu lieu à Seix (Ariège) en octobre et sa publication est prévue pour 2008. Les membres du programme ont aussi poursuivi l’analyse architecturale globale des caractères des fortifications sur le secteur étudié. Cette étude, dont l’objectif est de conceptualiser le bâti et les bâtiments, intervient dans un second temps, après une enquête sur la géopolitique et avant un travail qui permettra de replacer les ouvrages fortifiés dans les dynamiques de l’occupation du sol.

4Après avoir mené une vaste enquête sur les tours maîtresses, les membres du programme ont étudié les plans généraux et la morphologie des sites. Le poids des espaces politiques et culturels est marqué et permet de distinguer un espace plus languedocien, celui du comté de Foix, et une zone plus gasconne, celles des comtés de Couserans et Comminges. On observe, dans cette dernière et pas seulement pour le Moyen Âge central, une plus grande diffusion de tours maîtresses uniquement symboliques, du type tour-beffroi. Dans les deux secteurs, l’entrée dans la mouvance française est clairement repérable sur l’architecture mais s’étale sur plus de 100 ans, entre le xive s. et le début du xve s : elle se matérialise par l’adaptation de plans de type philippien et par l’apparition de tours rondes, tours maîtresses ou tours flanquantes.

5Si la très grande majorité des sites sont construits sur des reliefs naturels, ces reliefs n’en sont pas moins toujours considérablement remaniés, taillés, remblayés. Les plans des fortifications ne s’adaptent donc que peu à des reliefs naturels pourtant parfois très vigoureux mais à l’inverse, on adapte le terrain à la construction. Sur ces reliefs rien n’indique, même dans les monuments les plus anciens, que le gros œuvre n’a pas été en pierre, sauf dans le secteur nord, proche du toulousain où la terre crue a pu être utilisée. Les mottes fossoyées sont plus nombreuses en plaine qu’en montagne. Mais elles ne sont pas absentes des zones de reliefs où on les rencontre préférentiellement sous la forme de sommets emmottés, par exemple en haut Couserans.

6Au cours des xiiie et xive s., on observe, sur toute la zone étudiée, une rationalisation des plans. Si les anciens donjons paraissent avoir été toujours conservés, les plans des bâtiments et des enceintes situés au pied des tours maîtresses tendent à s’affranchir du relief pour être plus souvent rectilignes. Cette évolution semble liée à l’amélioration des qualités résidentielles des sites et intervient avant l’irruption des plans de type philippien. En même temps, les voies de communication sont de plus en plus attractives dans le choix des sites.

7Enfin, toujours en 2007, les membres du programme ont construit une fiche pour l’étude des parements des murs qui doit être menée au début de l’année 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florence Guillot, « Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolutions et fonctions des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 267.

Référence électronique

Florence Guillot, « Ariège et Haute-Garonne. Naissance, évolutions et fonctions des fortifications médiévales dans les comtés de Foix, Couserans et Comminges » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22017

Haut de page

Auteur

Florence Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Florence Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals