Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Projets collectifs de recherche

Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie

Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard Héricher
Notice rédigée avec Bruno Lepeuple, Thomas Guérin, Magali Heppe, Daniel Étienne, Gilles Deshayes, Sébastien Lefèvre et Jimmy Mouchard
p. 268-271

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Le PCR entrepris depuis 2004 s’est poursuivi en 2007 avec l’exploration de dix nouveaux sites. La fiche d’enregistrement a été légèrement modifiée : sa présentation est désormais plus compacte et il a été décidé d’y ajouter l’indication du matériel de topographie utilisé, combien de stations ont été nécessaires et combien de points ont été pris. Ces détails techniques mettent en effet en évidence la précision des relevés, obtenue à la fois par l’utilisation d’un tachéomètre performant et par un semis de points serré. Enfin, le rendu des plans a pu être automatisé grâce à l’utilisation du logiciel Covadis-Autocad.

Bois-Jérôme-Saint-Ouen (Eure). La Ferme de Bois-Jérôme

2La fortification est placée au contact de la forêt de Vernon, à la limite nord du village, les reliefs sont très érodés ou effacés par les constructions environnantes. L’ensemble est constitué d’une motte, de 4 m de hauteur pour une base de 35 m avec un fossé de 10 m d’ouverture, et d’une basse cour de 80 m de diamètre dont le fossé a été partiellement repris par un chemin. L’angle d’un bâtiment accolé au flanc sud de la motte est partiellement visible, un glacis en grand appareil et muni de fentes d’écoulement sert de base à un bâtiment de 7 m de largeur pour 11 m de longueur au moins, dont le sol devait communiquer de plain-pied avec la plateforme. La basse cour rassemble quelques témoins modernes de la résidence seigneuriale : colombier (daté de 1728), four et logis. L’origine du site est liée à une activité d’essartage mentionnée en 1186, le site peut être plus ancien d’un siècle tout au plus. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Breteuil-sur-Iton (Eure). Château de Breteuil

3Le complexe castral de Breteuil est un site de grande ampleur, bâti vers 1054 sous l’impulsion du duc Guillaume II le Bâtard. Le relief naturel a été remodelé afin de créer un large tertre ovalaire (80 m de diamètre) légèrement surhaussé, associé à une enceinte trapézoïdale (80 m x 122 m). L’ensemble est défendu au nord par de larges fossés (25 m à l’ouverture) initialement drainés et doublés d’un talus de contrescarpe. Les fronts ouest et sud sont baignés par un étang artificiel captant les eaux de l’Iton. Enfin, la partie est du château est accolée à la ville de Breteuil dont elle est isolée par un bras détourné de la rivière. L’installation d’ateliers sidérurgiques à proximité dès 1480 et la transformation du site en parc romantique au tournant des xixe et xxe s. ont considérablement accéléré l’oblitération des micro reliefs. En outre le démantèlement de la fortification à partir de 1378 et son utilisation comme carrière durant l’époque moderne ont conduit à la disparition de la plupart des vestiges maçonnés. Seuls d’imposants blocs renversés parsèment encore le site.

4Le relevé a permis de mettre en évidence des traces du siège de Jean II le Bon (1356) notamment la tentative d’assaut avortée au moyen d’un puissant beffroi mobile. Les terrassements conçus pour acheminer la machine de guerre jusqu’aux murs de la forteresse sont perceptibles, notamment une rampe d’accès aux fossés et le percement mal réparé du talus de la contrescarpe. L’abandon rapide du site après cet événement a sans doute contribué à la fossilisation de ces structures qu’il est rare d’observer. (Relevé et étude : Thomas Guérin, Magali Heppe.)

Breteuil-sur-Iton. Château de Breteuil.

Breteuil-sur-Iton. Château de Breteuil.

DAO : T. Guérin

Brionne (Eure). Le Vieux Château

5Entre 1831 et 2001, les ruines du donjon de Brionne ont fait l’objet de multiples études historiques et archéologiques. En 2007, un relevé topographique de la fortification et de ses environs immédiats est venu compléter ces travaux.

6Intégré dans le domaine des premiers comtes normands, Brionne, érigé en comté, est donné en apanage à Geoffroy (fils de Richard Ier) qui le transmet à son fils Godefroy vers 980. Le site où sera construit le donjon est certainement lié, d’abord au blocus du château primitif situé sur un îlot entre deux bras de la Risle, en 1047, qui a nécessité la mise en place de deux contre-châteaux, puis au siège de 1090 dont les événements sont relatés par Guillaume de Jumièges et Guillaume de Poitiers. Après avoir reçu Brionne en échange du château d’Ivry dont il avait la charge, Robert Ier de Meulan ( † 1118), fils de Roger, fit probablement construire un donjon quadrangulaire sur le site d’un des contre-châteaux de 1047. Le site domine le bourg actuel ; il comporte une levée de terre en arc-de-cercle, entourée d’un fossé peu profond et plus marqué au nord. Ce talus qui atteint 102 m NGF est surélevé de 3 m par rapport à la plateforme sous-jacente et présente une longueur maximale de 38,55 m et une largeur maximale de 12,8 m. Assez bien conservé, le fossé sec en U présente une profondeur maximale de 5 m, ainsi qu’une largeur maximale au fond de 8,35 m ; il se referme au NO au contact d’un petit massif maçonné et, à l’extrémité est, pourrait avoir fonctionné avec le fossé conservé au sud. Les caractéristiques de cet ouvrage de terre font écho à la fortification relevée et sondée de l’autre côté de la vallée, au lieu-dit La Côte du Vigneron. Le donjon – qui ne constituait pas l’objet de notre étude – a conservé moins de la moitié de ses maçonneries en plan mais une élévation sans doute proche de la hauteur initiale (env. 17 m). Les dernières datations dendrochronologiques situeraient sa mise en place dans le premier quart du xiie s., entre 1107 et 1122, à l’initiative de Robert de Meulan ou de son fils Galeran, peu avant la révolte de 1123-1124. Maintes fois étudié, le site fortifié du vieux donjon souffre toujours d’approches partielles et non abouties. Néanmoins, la chronologie relative de la mise en place de cet ensemble fortifié se précise. La date de l’édification du donjon quadrangulaire, encore incertaine, reste un des éléments clés pour l’interprétation du site. Le plan topographique et les représentations anciennes (gravures, croquis et cartes postales) permettent de constater un nivellement général de l’assise du donjon au cours du xxs. (Relevé et étude : Gilles Deshayes, Sébastien Lefèvre, Jimmy Mouchard.)

Guiseniers (Eure). La Bucaille, La Butte

7Le château de La Bucaille est situé sur un plateau limoneux, à 8 km à l’est des Andelys ; le site prend place à l’ouest d’une cour de ferme qu’il domine légèrement. L’ensemble est composé d’un grand tertre auquel est ajouté un petit ouvrage vers l’ouest. L’ouvrage principal forme une plateforme ovale de 47 m de longueur, haute de 4 m, ceinturée par un fossé aussi profond avec une ouverture de 14 m. Sur la périphérie, un léger relief coïncide avec une grande densité de silex, témoin probable d’une défense maçonnée. Le second élément, une demi-lune de 25 m de diamètre dont le fossé ne communique pas avec l’enceinte principale, s’apparente à une barbacane. La fortification est mentionnée en 1144, dans une liste de places fortes du Vexin cédées par Geoffroi Plantagenêt au roi de France Louis VII. Des précisions concernant la chronologie seront apportées après l’étude de la chapelle Saint-Jean dont les vestiges s’élèvent à 100 m du château. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Guiseniers (Eure). La Bucaille, Le Bois de Vieville

8La fortification du Bois de Vieville se situe à l’est du hameau de La Bucaille, dans une mince bande boisée qui correspond à un affleurement d’argile. C’est une petite enceinte de 40 m de diamètre aux reliefs faibles : la levée de terre n’excède pas 2 m de hauteur avec un fossé d’environ 10 m. Vers l’est, l’ouvrage a été récemment tronqué lors de la coupe d’une protubérance forestière qui marquait la saillie du site sur une lisière rectiligne. Les premiers labours montraient parfaitement la bande argileuse utilisée pour l’espace du fossé et du remblai. Aucune source ne mentionne le site qui apparaît lié à la fortification de La Bucaille, les deux points sont en communication visuelle. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Neaufles-Saint-Martin (Eure). Le Bois de la Tour

9Le château de Neaufles-Saint-Martin est intégré au réseau castral de la vallée de l’Epte dont il domine la confluence avec la Lévrière, à 3 km des fortifications de Dangu et de Gisors. Le site occupe plus de 3 ha, il présente une demi-ellipse fossoyée de 270 m de diamètre adossée à une pente abrupte. Au centre se dresse un tertre portant une tour circulaire et muni d’un mur de soutènement vers le nord. Vers l’ouest, l’enceinte a fait l’objet d’un cloisonnement qui en a isolé un quart de la surface. Le relevé topographique a permis d’identifier plusieurs phases d’une occupation longue, dont le tertre central porte les principaux témoins. Une première enceinte en forme de fer à cheval, de 85 m de diamètre et munie d’un fossé de 25 m d’ouverture, peut être mise en relation avec l’installation de Guillaume Crespin, vers 1050. Implantée au centre de cette enceinte, la tour, probablement la turris mentionnée en 1184, a ensuite été emmottée sur le premier de ses quatre niveaux, ce qui a nécessité la construction du mur de soutènement. Le schéma d’aménagement a été répété lors de la partition de la grande enceinte où un fort remblai issu du doublement du fossé est amené au-dessus de l’abrupt. Cette dernière phase de travaux, que quelques témoins permettent de situer dans le second quart du xive s., a occasionné des réfections à la tour : la transformation d’un premier niveau en cave, la reprise des ouvertures et de la chambre de latrine située au dernier niveau. (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Neufchâtel-en-Bray (Seine-Maritime). Le Vieux Château

10Neufchâtel-en-Bray, à une cinquantaine de kilomètres au NE de Rouen, est réputée tirer son nom du château qu’Henri Ier Beauclerc aurait édifié au sommet du coteau dominant la ville. Le site, connu sous le nom de Vieux Château, a été totalement démantelé au début du xviie s. et plusieurs fois remanié depuis. Il en subsiste aujourd’hui : une portion de fossé bien conservé, l’enceinte du château aménagée sur le rebord de coteau et un tertre, à l’extérieur du fossé.

11La portion conservée, au nord, montre le fossé après la dernière phase de recreusement, dans les années 1620. Il présente un fond plat d’une dizaine de mètres, une ouverture en surface de 30 m et une profondeur de 8 m. L’enceinte, rognée sur ses pentes par l’urbanisation, a aujourd’hui un plan triangulaire, de 100 m de longueur pour 50 m de hauteur, et surplombe le relief immédiat d’une dizaine de mètres. Le tertre, situé à l’ouest de l’enceinte à l’extérieur du tracé du fossé, est de petites dimensions (moins de 5 m d’élévation et 5 m de diamètre sommital). Il correspond plutôt au cône d’effondrement d’une tour liée à la défense d’une porte qu’à une motte du château. L’étude du cadastre ancien et des sources écrites permet de discerner à Neufchâtel (primitivement Drincourt) plusieurs phases d’agrandissement et de fortification. L’occupation humaine débute au haut Moyen Âge et la fortification de la ville, peut-être d’époque franque, est attestée en 1040. Un château (castellum), qui est peut-être l’œuvre d’Henri ier Beauclerc, est plusieurs fois mentionné à Drincourt au cours du xiie s., mais l’expression novum castellum n’apparaît qu’à la fin du xiie voire au début du xiiie s. La construction du Vieux Château n’est donc pas à mettre au compte d’Henri Ier Beauclerc. L’aménagement du « Neuf Chastel » et l’accroissement conjoint de la ville forte sont soit l’œuvre des rois Plantagenêt, soit celle de Philippe Auguste. Neufchâtel-en-Bray a ensuite connu deux châteaux distincts : un château primitif au chevet de l’église Notre-Dame, englobé par la ville et à vocation résidentielle ; un château neuf au sommet du coteau, surplombant la ville et à vocation défensive. Les deux châteaux perdurent jusqu’aux guerres de Religion avant de disparaître, le premier par manque d’entretien au milieu du xvie s. et le second par décision royale au début du xviie s. (Relevé et étude : Daniel Étienne.)

Neuf-Marché (Seine-Maritime). Château

12Le château de Neuf-Marché occupe un promontoire formé par la falaise de Bray, là où elle est entaillée par la vallée de l’Epte, sur les franges de la forêt de Lyons. Les ruines d’un puissant château de pierre marquent la limite d’une haute cour, de 80 m de diamètre, dont le niveau se situe 4 à 6 m au-dessus du terrain environnant. Cet espace est défendu par deux fossés qui barrent l’éperon vers l’ouest, tandis qu’une basse cour s’étend vers l’est jusqu’aux îlots bâtis. Les maçonneries sont principalement constituées par un puissant arc de 100 m de développement venu s’appuyer sur une levée de terre antérieure. Cet ensemble, tourné vers l’ouest, montre une tour au plan en amande et une succession de flanquements dont au moins deux sont des tourelles d’escalier associées à des bâtiments appuyés au dos de l’enceinte. Un sondage mené en 1983 permet d’ajouter une tour d’angle orientale à ce dispositif et d’évaluer les dimensions du château de pierre organisé autour d’une cour carrée de 60 m de côté à l’exception d’un angle arrondi, formant presque un quart de cercle. Des opérations antérieures ont fourni une collection de 80 pavés glaçurés attribuables aux xiiie-xive s. Leur présence, associée à l’observation des maçonneries, tendrait à rapprocher le dernier état du château de la résidence commandée par Philippe le Bel au début du xive s. Les reliefs de terre antérieurs qui ont contraint le plan des maçonneries sont reliés à une mention du château vers 1050 lorsque Guillaume le Bâtard prend le contrôle de la forteresse et en expulse « l’héritier naturel ». (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Sainte-Geneviève-Les-Gasny (Eure). Malassy

13Placée sur le sommet d’un coteau, la fortification domine la vallée de l’Epte et le village de Gasny. C’est afin d’assiéger ce dernier qu’elle a été érigée en 1118 par Henri Ier Beauclerc face aux troupes de Louis VI le Gros. C’est une fortification de terre classique, de type motte avec basse cour. La plateforme sommitale de la motte mesure 17 m de diamètre pour une hauteur d’environ 4 m, elle est entièrement ceinturée d’un fossé large de 9 m et profond de 2 m, qui la sépare de la basse cour. Celle-ci, de 90 m de diamètre, est constituée d’une levée de terre et d’un fossé interrompus au SO pour laisser un accès vers l’intérieur de l’ouvrage. Dans le quart septentrional de l’ensemble, une légère saignée du sol épouse la silhouette des creusements précédents, trace d’un doublement du fossé abandonné en cours. Le château, détruit par les Français l’année même de sa construction, a été par eux nommé « Malassis », ce qui correspond au plan du site, mal agencé et inachevé. Une nouvelle lecture des textes et du terrain permet de revoir le contexte du siège de Gasny en privilégiant maintenant l’hypothèse, pour le site de « Bellevue », commune de Gommecourt (Yvelines), d’un château de surveillance construit en 1118 par le roi de France et non par les Normands, comme cela était envisagé (cf. Archéologie Médiévale, t. 36, 2006, p. 321-322). (Relevé et étude : Bruno Lepeuple.)

Saint-Samson-de-la-Roque (Eure), Tinnetot

14La fortification désignée sous le nom de Prémanoir de Tinnetot dans les inventaires du xixe s. s’élève sur le rebord du versant de la vallée de la Risle à moins de 6 km de Pont-Audemer. Elle se place à l’extrémité d’un éperon formé par deux petits vallons secs qui entament le coteau, assez large, qui domine d’environ 90 m la vallée. Ce site, très bien conservé, correspond d’un point de vue typologique à une petite enceinte ovalaire (35 m x 25 m) délimitée par un rempart de terre protégé extérieurement par un fossé sec. Une échancrure dans le talus, ouverte au NE, large d’environ 4,50 m, placée devant une interruption du fossé, constitue selon toute vraisemblance l’accès primitif du site. La situation topographique de cette fortification lui confère une position stratégique évidente (poste de surveillance ?). D’après l’inventaire des fortifications de la région, c’est le site le plus en aval du versant nord de la vallée de la Risle. L’absence de source écrite se rapportant à l’édification de la fortification rend difficile toute tentative de datation. Ce domaine constituait encore en 1540 une terre noble comme l’attestent le rôle des fiefs de la vicomté de Pont-Audemer (Tynetot, quart de fief de haubert) et la présence d’un moulin à vent (bien qu’il soit ruiné) représenté sur la carte de Cassini (xviiie s.). Le type de cette fortification et sa position géographique amènent à la comparer au site de Corneville-sur-Risle établi sur la limite de l’honneur de Pont-Audemer et relevé en 2006 (cf. Archéologie Médiévale, t. 37, 2007, p. 284). (Relevé et étude : Gilles Deshayes, Sébastien Lefèvre et Jimmy Mouchard.)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Breteuil-sur-Iton. Château de Breteuil.
Crédits DAO : T. Guérin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/22021/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Lepeuple, Thomas Guérin, Magali Heppe, Daniel Étienne, Gilles Deshayes, Sébastien Lefèvre et Jimmy Mouchard, « Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 268-271.

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, Bruno Lepeuple, Thomas Guérin, Magali Heppe, Daniel Étienne, Gilles Deshayes, Sébastien Lefèvre et Jimmy Mouchard, « Haute-Normandie. Étude microtopographique des fortifications de terre de Haute-Normandie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22021

Haut de page

Auteurs

Bruno Lepeuple

Articles du même auteur

Thomas Guérin

Articles du même auteur

Magali Heppe

Daniel Étienne

Articles du même auteur

Gilles Deshayes

Articles du même auteur

Sébastien Lefèvre

Articles du même auteur

Jimmy Mouchard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Marie Flambard Héricher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals