Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Projets collectifs de recherche

Limousin. Morphologies et mutations du castrum – l’exemple du Limousin, xe-xive s. (Corrèze, Creuse, Haute-Vienne)

Responsable d’opération : Christian Rémy
p. 271-272

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Dans la continuité de celui de 2005, ce PCR ambitionne de mieux connaître les réalités castrales régionales antérieures à la guerre de Cent Ans, à partir d’exemples pris sur la bordure NO du Massif Central (Corrèze, Creuse, Haute-Vienne), afin de mettre en évidence un faciès éventuellement particulier, dans la France médiane, écartelée entre les modèles paradigmatiques du château à motte et baile de la France du nord d’une part, et du castrum populatum du Midi. La multiplication d’études monographiques devrait permettre, à terme, de dégager des caractères particuliers pour les structures castrales du NO du Massif Central. Au delà de la simple réflexion morphologique, le questionnement vise à documenter l’organisation de l’habitat (système d’enclos, parcellaire, caractéristiques structurelles et monumentales de l’habitat castral), mais aussi la gestion des pouvoirs seigneuriaux (avec notamment la question de la coseigneurie), l’emprise de la milicia sur l’espace du castrum (avec la question de la concentration ou de la dissémination des hôtels nobiliaires) et plus largement l’organisation sociale au sein du castrum.

2La fourchette chronologique embrasse la genèse du phénomène, pour le moment cantonné au xe s., mais qui méritera d’être précisé, et s’étend – en principe – jusqu’à la guerre de Cent Ans, qui correspond, pour la région, à un basculement morphologique et sociologique (l’éclatement des mesnies castrales) modifiant radicalement la structure des sites. Malgré ce cadre chronologique défini a priori, les sources écrites des xve et xvie s. sont largement sollicitées et l’objectif reste de capturer le phénomène castral dans sa phase de maturité.

3Le programme 2005 avait mis l’accent sur quatre castra et commencé la constitution d’un listing général des sites de la région, adossé à des fiches de renseignements embryonnaires. Depuis lors, les trois aspects de la recherche ont pu être avancés : le listing général a pu être complété ce qui amène le total des sites étudiables à plus d’une centaine. En outre, de nouvelles fiches ont été documentées. Enfin, nous proposons cette année plusieurs dossiers monographiques. Ces études abordent neuf cas. Aixe, Merle, Pompadour et Ségur entrent parfaitement dans ce qui avait été mis en évidence en 2005, à savoir de vastes sites où l’enclos aristocratique ou du moins l’emplacement des hôtels de la milicia castri sont encore perceptibles. Il s’agit là de castra aboutis (ou complets), avec une autorité seigneuriale forte, servie par une milicia castri bien organisée, qui ont engendré la formation d’une véritable agglomération. Le cas d’Aixe, en particulier, a permis d’aborder précisément la question du « verteil », terme ancien désignant l’enclos, dont plusieurs occurrences ont pu être repérées ailleurs dans le Centre-Ouest de la France. Pour Mortemart, les choses apparaissent moins nettement et nous avons peut-être affaire à une organisation différente, quoique centre de châtellenie. Quant au Mazaubrun, à La Porcherie ou à La Roche-Nozil, il s’agit manifestement de cas avortés, où le processus de « castralisation » n’a pu être mené à son terme : La Roche-Nozil a périclité pour des raisons encore obscures ; La Porcherie ne s’est manifestement pas relevé du démantèlement de 1216 mais fournit encore des vestiges intéressants d’une organisation ancienne ; Le Mazaubrun semble constituer un bel exemple de castrum à mottes multiples, déclassé assez tôt en simple arrière-fief. Saint-Germain, enfin, nous permet d’aborder un autre type de site, celui des enclos simples, d’origine mal documentée, sans véritable milicia mais indéniablement centres de peuplement et d’une autorité seigneuriale, d’ailleurs souvent associés à une église-noyau. Ce dernier cas nous entraîne sur un terrain légèrement en marge du sujet annoncé (celui des forts villageois) mais il nous a semblé utile de tester cette piste sans a priori.

4Ce corpus enrichi permet d’ores et déjà de mettre en évidence une variété certaine entre des sites dont le processus castral est parvenu à son terme (structuration par enclos double ou triple, implantation d’une milice castrale, noyau de peuplement proto-urbain) et d’autres dont le projet s’est soldé plus ou moins rapidement par un échec, illustré par un abandon, du moins par un déclassement. D’autres sites, peut-être moins anciens, ne sont parvenus qu’à former modestement un pôle d’habitat, peut-être autour d’une église plus ancienne dont l’autorité seigneuriale a vampirisé le périmètre sacré et orchestré la mise en défense ; dans ces cas, l’implantation d’une milicia est restée modeste sinon nulle.

5D’autres dossiers ont été ouverts et aboutiront rapidement à de nouvelles monographies documentées (synthèses générales en gestation pour Aixe, Châlus, Montbrun, Noblat ; études plus ponctuelles pour Carbonnières, Couzage, Lastours). Ils ne manqueront d’abonder ou d’amender certaines des conclusions énoncées ci-dessus et renforceront, en tout état de cause, le caractère représentatif de ce programme de recherche.

Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne), plan général de l’enclos castral appelé « verteil ».

Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne), plan général de l’enclos castral appelé « verteil ».

P. Conte del., PCR castrum, 2007

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne), plan général de l’enclos castral appelé « verteil ».
Crédits P. Conte del., PCR castrum, 2007
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/22037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Rémy, « Limousin. Morphologies et mutations du castrum – l’exemple du Limousin, xe-xive s. (Corrèze, Creuse, Haute-Vienne) », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 271-272.

Référence électronique

Christian Rémy, « Limousin. Morphologies et mutations du castrum – l’exemple du Limousin, xe-xive s. (Corrèze, Creuse, Haute-Vienne) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22037

Haut de page

Responsable d’opération

Christian Rémy

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals