Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Projets collectifs de recherche

Périgueux (Dordogne). Porte de Mars

Responsable d’opération : Hervé Gaillard
p. 272-273

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1Depuis l’automne 2005, le PCR sur la Porte de Mars s’attache à explorer l’entrée monumentale dans la ville de Périgueux au Bas-Empire, dont d’imposants vestiges en grand appareil subsistent dans des jardins privés du quartier de la Cité. La problématique définie par notre groupe intègre également l’évolution du site depuis le fonctionnement du passage public jusqu’à sa fermeture et son abandon. Les sondages pratiqués en 2006 au pied des deux passages charretier et piétonnier dissociés ont permis de saisir le rythme général des grandes étapes de la circulation. En 2007, l’examen du bâti médiéval greffé au monument antique, ainsi que deux sondages pratiqués au sommet de la porte, l’un sur l’arase d’une tour, l’autre au dessus du passage charretier, ont apporté des précisions appréciables sur la chronologie relative des transformations.

2Dans une première phase du Moyen Âge, l’étage – ou les étages – de la porte romaine aurait disparu (effondrement, destruction). Il faut souligner que dans la partie haute de la tour sud, l’analyse architecturale (J.-P. Fourdrin) a mis en évidence l’amorce d’au moins un étage sur la porte du ive s. Deux assises au sommet marquent en effet la poursuite de l’élévation et du décor en grand appareil. Dans le dégagement du sommet actuel de la tour sud, le lit d’attente a été découvert au niveau de l’entablement comportant de larges joints ouverts.

3Parallèlement, le sondage réalisé au-dessus du passage charretier a rencontré des niveaux de sol datés approximativement, à partir d’un faible lot céramique, du haut Moyen Âge. Les sols s’appuient contre une paroi disparue, à l’origine calée sur le revers de l’arc de la baie charretière antique. Le niveau altimétrique de ces sols surprend, puisqu’ils se situent trop bas par rapport à un extrados de voûte restitué au-dessus du passage antique. La seule hypothèse envisagée pour l’instant est celle d’un effondrement de la voûte, condamnant de fait le passage, effondrement dont les matériaux accumulés auraient servi de support à l’occupation et à la circulation. Ce serait alors une étape importante dans la réaffectation du site, puisqu’elle ferait se déplacer définitivement au nord l’entrée dans la ville.

4Au cours d’une seconde phase, la fermeture du passage charretier antique par un épais mur de moellons (large d’1,50 m), disposé en avant des tours, a été entreprise. Il subsiste aujourd’hui, accolé au cylindre des tours, jusqu’au sommet arasé de la porte antique. Le mur devait s’élever pourtant au-delà, sur les tours même, à partir du niveau arasé lors de la phase précédente. Il est percé de deux embrasures étroites disposées à deux hauteurs différentes, destinées à fournir un éclairage sur un réduit à l’intérieur de la porte.

5L’étude de bâti (A. Marin et J.-L. Piat) a démontré le caractère atypique et précoce de cette construction, datée pour l’instant des alentours de l’an Mil. Les concepteurs semblent en effet ignorants des procédés de construction modulaire et de chaînage.

6Les trous de boulin, échelonnés toutes les cinq assises, révèlent un certain soin dans l’élaboration et un souci de solidité évidente dans la construction. En parement, les arêtes des moellons sont masquées de joints couvrants, talochés. Le mortier utilisé, de couleur brun orangé, est très dur avec une forte proportion de graviers. La part du remploi antique est conséquente. Dans la fondation, on relève des blocs architectoniques antiques tels que tambours de colonne, architrave, tandis que l’élévation est ponctuée d’éléments retaillés, insérés dans la maçonnerie. Cette muraille comporte un plan en ligne brisée dont les deux pans reprennent l’orientation des courtines antiques situées de part et d’autre. Elle est disposée comme un ouvrage défensif venant renforcer la clôture de la ville, pour assurer probablement la défense d’un point faible de l’enceinte. Le plan, comme la technique de montage, sont communs aux édifices castraux primitifs, observés par exemple à Bisqueytan à Saint-Quentin-de-Baron (Gironde). En revanche, la technique utilisée n’a été observée en aucun autre point de l’enceinte urbaine antique malgré d’assez bonnes conditions de conservation de la muraille de Périgueux et de ses réaménagements médiévaux (château Barrière, maison Romane, courtine du Centre national de Préhistoire).

7Une troisième phase d’aménagement de l’édifice antique voit l’édification d’une tour maîtresse à contreforts plats, venant flanquer le revers ouest et sud de la porte, sans doute passablement épierrée. Cette tour vient s’ancrer directement sur les restes des tours antiques. C’est une réalisation d’époque romane, que l’on attribue traditionnellement à la seconde moitié du xie-début du xiie s. L’articulation entre les maçonneries de la seconde et de la troisième phase – mur de fermeture sur la face est et constructions flanquantes sur les autres faces – reste en revanche inconnue. Il faut supposer que le mur de fermeture en moellons représentait un élément suffisamment résistant et élevé pour être conservé au cours de la restauration d’époque romane.

8En sondage, un épais niveau de travail au revers de l’arc antique a été rencontré. Il doit correspondre à la fortification de la porte de cette phase. Ce niveau a fourni un mobilier céramique du Moyen Âge central.

9La tour-maîtresse de la Porte de Mars correspondrait ainsi à la mise en place d’un site fortifié sur la ligne des remparts, à l’emplacement symbolique de l’ancienne porte de ville devenue bastion. La porte subit là un véritable enchâtellement au travers duquel on devine l’émergence de la clientèle comtale, avec le nom récurrent de la famille éponyme des Périgueux. La mention d’une relation directe entre le site et la famille n’est connue que bien tard (1314), mais il ne fait pas de doute que la famille est ancienne (1104 première mention) et pourvue de droits cédés par le comte de Périgord, y compris en ce qui concerne le contrôle des passages publics.

10La dernière phase de la fin du Moyen Âge ou du début de l’époque moderne correspond à une période de récupération, sur la partie haute de l’arc, de blocs de grand appareil antique. La tour-maîtresse conserverait néanmoins sa fonction défensive et symbolique. La résidence castrale est sans doute à l’époque déportée sur le pan de courtine au nord, formant un logis au contact d’un pont-levis édifié peu avant 1347 dans l’axe de la rue de la Cité. La maison actuelle, reconstruite au xixe s., située à l’emplacement du logis, conserve encore d’épais murs (largeur 1,25 m) sur les faces sud et ouest. Ce logis est au xve s. la résidence du sénéchal du Périgord, Arnaud de Bourdeille, avant de passer, lors du rachat de la baronnie de Bourdeille en 1720, dans le patrimoine de la riche et influente famille Bertin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Gaillard, « Périgueux (Dordogne). Porte de Mars », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 272-273.

Référence électronique

Hervé Gaillard, « Périgueux (Dordogne). Porte de Mars » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22045

Haut de page

Responsable d’opération

Hervé Gaillard

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals