Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Sites fouillés

Auxerre (Yonne). 5, place Saint-Pierre

Responsable d’opération : Fabrice Henrion
p. 207-208

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1C’est dans le règlement liturgique de l’évêque Aunaire, à la fin du vie s., qu’apparaît pour la première fois la Basilica Sancti Petri Apostoli, située au sud du castrum du début du ive s. On ne connaît ni la date ni les circonstances de sa fondation, mais il est possible qu’une occupation, cultuelle ou funéraire, antérieure à cette mention ait existé ; les découvertes anciennes de sarcophages dont le mobilier associé peut être daté du milieu du vie s. tendraient à le suggérer. En 1107, l’évêque Humbaud installe des chanoines réguliers de l’ordre de saint Augustin et lorsqu’au début du xiiie s., le nouveau rempart de la ville est achevé, l’église Saint-Pierre devient paroissiale. C’est alors une des plus importantes paroisses de la ville. En 1277, l’épouse du comte d’Auxerre Jean de Châlon fait une importante donation pour contribuer à la reconstruction des bâtiments de l’abbaye, en partie ruinée par les guerres et un incendie. C’est sans doute à ce chantier qu’appartient la salle capitulaire encore visible aujourd’hui. Des observations à l’occasion de travaux de restauration menés en 1991 ont confirmé que celle-ci succédait à une construction dont les joints beurrés et ferrés peuvent être attribués à la fin du xie-début du xiie s., comme d’ailleurs le chapiteau trouvé en 1846 en remploi dans un mur de l’enclos. On ne sait rien de l’évolution du site aux xive et xve s. En 1567, l’établissement est incendié et en partie détruit ; il ne sera vraiment relevé qu’au xviie s. Pendant la Révolution, l’église est sauvée de la destruction par sa transformation en atelier de salpêtre, puis est rétablie au culte après le Concordat. Avec les ventes révolutionnaires, les abords de l’église sont peu à peu transformés pour accueillir des établissements d’enseignement public, démolis en juillet 2007.

2Une opération d’archéologie préventive menée entre novembre 2006 et mars 2007 a permis de confirmer et d’illustrer l’occupation antique de ce secteur, même si les vestiges sont relativement ténus. Il s’agit bien d’une zone d’habitat ponctuellement occupée dès les ier-iie s., se structurant à partir du iiie s. autour d’un réseau viaire secondaire cohérent avec le reste de la ville connue. Les questions liées aux relations entre la ville ouverte du Haut-Empire et le castrum du Bas-Empire se trouvent un peu mieux éclairées avec les résultats de cette fouille qui permet de proposer l’hypothèse d’une progression de l’habitat vers le nord, sur la pente, au moment où des secteurs entiers de l’occupation de la plaine sont abandonnés. Il faudrait encore pouvoir disposer de données issues de l’actuel centre-ville pour mieux saisir cette évolution. Le site est trop éloigné de l’église Saint-Pierre, et surtout de la zone probable de la fondation primitive (aux abords de l’actuel chevet compte tenu des découvertes anciennes, de la topographie et d’une certaine logique de développement), pour que l’on puisse mieux comprendre l’origine de l’occupation religieuse. Un des acquis majeurs de cette campagne est de montrer la présence d’un habitat et d’une occupation précédant la fondation de l’église. Les transformations de l’environnement de l’église, en parallèle à son probable développement, sont mieux perçues, que ce soit pour ces périodes hautes ou pour le Moyen Âge et l’époque moderne. À l’ouest de la parcelle étudiée, 24 inhumations en pleine terre ou en coffrages de bois, datées des ixe-xe s., ont été reconnues : ces tombes signalent l’extension maximale du cimetière se développant autour de l’église avant que ces limites ne soient figées au sud, sans doute au xiie s. Par ailleurs, on note le maintien des orientations générales des structures depuis l’Antiquité (habitats) jusqu’à l’époque moderne (terrasses) ; l’organisation parcellaire n’est rompue qu’après la Révolution de 1789. L’étude du mobilier céramique offre d’ores et déjà un cadre typologique qui manquait pour Auxerre. La stratigraphie étant plus importante et mieux conservée à l’est de la parcelle étudiée, un fort potentiel est susceptible d’être préservé sous le secteur est, dans le secteur de l’ancien cloître et des bâtiments de l’abbaye Saint-Pierre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Henrion, « Auxerre (Yonne). 5, place Saint-Pierre », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 207-208.

Référence électronique

Fabrice Henrion, « Auxerre (Yonne). 5, place Saint-Pierre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22073

Haut de page

Auteur

Fabrice Henrion

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Henrion

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals