Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Sites fouillés

Brienne-la-Vieille (Aube). Église Saint-Pierre-ès-Liens

Responsable d’opération : Fabrice Henrion
p. 208-209

Entrées d’index

Année de l'opération :

2006, 2007
Haut de page

Texte intégral

1L’église Saint-Pierre-ès-Liens fait l’objet depuis 2006 d’une étude archéologique programmée. en 1995, la découverte de blocs antiques appartenant à une colonne votive, remployés dans les fondations aux abords de la façade, avait relancé l’intérêt pour cette église qui apparaît au xiie s. sur une terre mentionnée dès le ve s. ; de nombreuses fouilles et découvertes archéologiques attestent la présence d’une agglomération antique. Si l’étude des élévations de la nef a montré que celle-ci renvoyait à un chantier datable des ixe-xe s., l’ouverture d’un sondage dans la nef a mis en évidence quatre phases d’occupation avant celle-ci. L’occupation la plus ancienne est matérialisée par un niveau argileux grisâtre contenant un mobilier céramique des ier-iie s. et recoupé par la construction de maçonneries pouvant appartenir à un habitat daté du ive s., entre autres par une monnaie de Constantin trouvée dans la fondation. Cette construction est modifiée puis reprise avec le développement vers le sud, sous l’actuel cimetière, d’une nouvelle construction dont la fonction nous échappe mais qui peut être contemporaine du sarcophage (type dit « bourguignon-champenois ») mis au jour plus à l’est. Cette construction est intégrée à l’église carolingienne pour n’être supprimée qu’au xvie s. On ne connaît pas le chevet contemporain de la nef. Un sondage ouvert dans la croisée du transept a mis au jour le mur sud de la travée droite sous le clocher et le départ de l’abside, l’ensemble appartenant au milieu du xiie s. comme en témoignent en particulier les techniques de mise en œuvre et l’emploi du taillant droit, et la baie géminée retrouvée sur l’élévation nord du premier état du clocher. La façade de l’église appartient à cette même période et l’hypothèse qu’elle puisse provenir de l’abbaye proche de Basse-Fontaine et remployée là au xviiie s. doit être abandonnée. L’étude archéologique de la façade montre bien par ailleurs la cohérence parfaite entre le portail et le pignon qui se raccroche harmonieusement à la nef antérieure. Portail, pignon, clocher et abside semblent bien appartenir à un même chantier, contemporain de l’apparition de la paroisse dans les textes. Quant aux blocs antiques, ils peuvent avoir été remployés lors de la construction de la façade au xiie s. et il n’est donc pas certain qu’il y en ait d’autres dans les fondations de la nef antérieure. La campagne 2008, qui verra la réouverture de la tranchée de drainage de 1995, au NO de la nef, et un sondage plus à l’est devraient permettre de le vérifier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Henrion, « Brienne-la-Vieille (Aube). Église Saint-Pierre-ès-Liens », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 208-209.

Référence électronique

Fabrice Henrion, « Brienne-la-Vieille (Aube). Église Saint-Pierre-ès-Liens » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 16 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22085

Haut de page

Auteur

Fabrice Henrion

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Henrion

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals