Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Sites fouillés

Cabariot (Charente-Maritime). Candé

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 209

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1L’actuelle maison de retraite de Candé est située au sein d’un logis largement rénové au cours d’une période récente. La plupart des ouvertures furent réaménagées ou entièrement créées lors de la réhabilitation du bâti. Celui-ci peut être mis en relation avec un autre logis qui lui fait face, situé à la limite de plateau sur la parcelle voisine. Ce dernier logis était le siège du fief de Candé qui relevait de la seigneurie de Tonnay-Charente. Il apparaît dans les textes à la fin du xive s. Le château se composait en 1719 d’une avant-cour flanquée de pavillons et de tours. Une tour maîtresse cantonnée de tourelles cylindriques se dressait encore à cette date. L’ensemble du domaine, à l’exception du petit bourg situé à l’est de l’ancienne église paroissiale de Candé, s’insère dans une même clôture maçonnée encore nettement visible de nos jours.

2Seul le mur gouttereau sud de l’ancienne église paroissiale, détruite au cours du siècle dernier, est partiellement conservé. Il laisse apparaître une architecture romane (xiie s.) remodelée au cours de la période gothique par l’ajout d’imposants contreforts d’angle.

3Le projet d’extension se situe dans un espace actuellement ouvert cerné par les deux logis et l’ancienne église paroissiale. La conservation de vestiges associés aux périodes médiévale et moderne était très probable. Elle fut confirmée par les découvertes effectuées dans les différentes tranchées du diagnostic archéologique. Celles-ci rendent compte de trois occupations distinctes :

  • une occupation, datée du ve s. grâce à un abondant mobilier céramique, est présente au sein de la cour du logis sous la forme de bâtiments et d’espaces ouverts (jardins). Si la nature de cette occupation n’a pu être précisée, la conservation de lambeaux de sols de béton suggère la présence d’un espace résidentiel associé à des structures plus légères (jardins, cabanes…).
  • une occupation médiévale (xe-xive s.) a été observée essentiellement dans la partie orientale de l’emprise de fouille aux abords de l’ancienne église paroissiale. Les maçonneries mises au jour sont très arasées et semblent obéir à une orientation proche de l’ancienne église à l’exception d’un bâtiment observé à proximité du logis orienté NE-SO. Les niveaux d’occupation découverts au contact de ces différentes structures semblent davantage appartenir à des espaces ouverts ou semi-ouverts.
  • la dernière occupation, étroitement associée à la réhabilitation des lieux durant la période moderne, a été observée essentiellement aux abords du logis où se concentrent d’abondants niveaux de démolition. De nombreuses fosses altérant la lecture des occupations plus anciennes ont été aperçues au gré des différents sondages.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Cabariot (Charente-Maritime). Candé », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 209.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Cabariot (Charente-Maritime). Candé » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22089

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals