Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Sites fouillés

Cannes (Alpes-Maritimes). Île Saint-Honorat de Lérins, Chapelle Saint-Sauveur

Responsable d’opération : Yann Codou
p. 209-210

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1L’île Saint-Honorat de Lérins constitue l’un des tout premiers établissements monastiques d’Occident. Outre le centre monastique formé par l’ensemble abbatial et la tour, sept chapelles délimitent l’espace insulaire. Les élévations de la chapelle Saint-Sauveur sont difficiles à analyser du fait de l’enduit qui la recouvre. C’est un lieu de culte qui a déjà attiré l’attention en raison de son plan centré, original parmi le corpus des édifices médiévaux conservés en Provence. Extérieurement, l’édifice forme un octogone, d’environ 8 m de diamètre, doté d’un chevet semi-circulaire. Intérieurement, les pans de l’octogone sont pourvus de niches semi-circulaires. Le pan oriental a reçu une abside qui fait face à l’entrée pratiquée dans la partie occidentale. La singularité de ce plan ne permet pas d’avancer d’arguments fondant une datation satisfaisante.

2Les travaux archéologiques, qui ont touché l’intérieur de l’édifice, se sont avérés éclairant pour ce qui est des origines de la chapelle. Dans la partie méridionale sont apparus les restes d’un lieu de culte de petite dimension, au plan simple composé d’une nef unique terminée par une abside semi-circulaire dont la partie septentrionale est conservée. Le reste a été endommagé à l’est, au sud et à l’ouest par la construction de l’édifice actuel qui est fondé sur les murs du premier lieu de culte. La longueur interne est de 6,60 m au moins ; nous ne connaissons pas l’emplacement de la façade occidentale, qui doit se trouver sous le mur de façade de l’église actuelle. La largeur interne de la nef est de 3 m. À l’est, l’abside est surélevée par rapport à la nef. Une fosse circulaire, localisée dans la partie centrale, correspond à la base du support d’autel dont l’emmarchement peut être restitué à l’avant du chœur. Dans la nef, plusieurs sols successifs sont identifiables. Le dernier sol en usage – terre battue – était en contact au nord avec des sols en béton antérieurs. Ces sols sont conservés sur une faible largeur, le long de l’emplacement du mur gouttereau nord, aujourd’hui disparu. Dans l’état actuel, on observe une succession de trois sols différents. Vers le nord, la tranchée de fondation du mur gouttereau de l’église ainsi que de l’abside est apparue. Ce mur a été presque totalement démantelé. Seul un lambeau de fondation reste lisible à son extrémité ouest dans le substrat argileux. Au-delà, en plusieurs points, les négatifs qui nous sont parvenus permettent de représenter les moellons utilisés dans les fondations. La largeur de la tranchée, 0,82 m, conduit à restituer un mur d’une épaisseur importante au regard des dimensions générales du bâtiment. Les murs – mur gouttereau et mur de l’abside – étaient en continuité, sans décrochement. Intérieurement, la base d’un pilastre qui soutenait l’arc triomphal est bien lisible. À la lecture de son négatif, le parement extérieur du mur gouttereau comportait des décrochements qui permettent de restituer des pilastres méplats ou lésènes. Un de ceux-ci est identifiable très précisément sur le mur gouttereau nord. La présence d’un second est restituable au droit du pilastre de l’arc triomphal.

3Si nous ne pouvons pas encore avancer de datation précise, il semble probable que l’édifice retrouvé est antérieur à l’an Mil. Ces premiers résultats de la fouille de Saint-Sauveur offrent, pour la première fois dans l’étude archéologique de l’île Saint-Honorat, des informations remarquables sur l’occupation monastique du haut Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Codou, « Cannes (Alpes-Maritimes). Île Saint-Honorat de Lérins, Chapelle Saint-Sauveur », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 209-210.

Référence électronique

Yann Codou, « Cannes (Alpes-Maritimes). Île Saint-Honorat de Lérins, Chapelle Saint-Sauveur » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 17 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22093

Haut de page

Responsable d’opération

Yann Codou

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals