Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Sites fouillés

Cherbourg-Octeville (Manche). Abbaye Notre-Dame-du-Voeu

Responsable d’opération : Éric Broine
p. 210-211

Entrées d’index

Année de l'opération :

2005
Haut de page

Texte intégral

1Un diagnostic archéologique de l’espace du chœur et du sanctuaire de l’ancienne église abbatiale, sur lequel a été construit le « pavillon carré », a été entrepris en octobre 2005. Les observations recueillies avaient pour but d’évaluer la sensibilité du patrimoine encore présent dans le sous-sol, d’orienter d’éventuelles investigations archéologiques et historiques complémentaires, de conditionner les choix des restaurations à venir pour l’utilisation du site.

2La surface ouverte à l’intérieur du « pavillon carré » couvre 21 % de la superficie totale du bâtiment. Les vestiges observés sont compris entre 9,64 et 7,80 m NGF. Deux tranchées, conditionnées par la topographie des lieux, ont été implantées. Elles représentent une superficie de 51,5 m2 et un volume de 44,50 m3. Elles se répartissent de la manière suivante :

  • l’une a été réalisée selon un axe orienté NO-SE, au centre du chœur supposé, c’est-à-dire dans le couloir de circulation central du « pavillon carré ». Ses dimensions sont de 16,50 x 2,90 m ;
  • l’autre a été réalisée perpendiculairement à ce premier axe ; elle mesure 6 x 1,80 m. Elle part de la tranchée centrale, à hauteur de l’ancienne cage d’escalier jouxtant les salles de bains, et se dirige vers le NE.

3Les vestiges mis au jour s’inscrivent chronologiquement entre le bas Moyen Âge et l’époque contemporaine. Environ vingt-cinq structures ont été mises en évidence (murs, canalisations, égouts, fosses sépulcrales, aménagements liturgiques, dépotoirs). Elles ont livré quelques kg de mobilier archéologique qui se répartissent entre éléments de terre cuite (vaisselle, pavés décorés, briques de construction, pipes), ossements animaux (déchets de consommation alimentaire), ossements humains (trois sépultures primaires dont une avec des traces de linceul, quelques os dispersés dans des remblais) et des éléments lapidaires (calcaire, schiste).

4Le diagnostic archéologique du chœur et du sanctuaire de l’église abbatiale a permis de reconnaître deux grandes étapes d’occupation des lieux : l’une concerne l’ancienne abbaye, l’autre, l’établissement militaire de l’époque contemporaine.

5Au centre du « pavillon carré », un tronçon de mur, orienté selon un axe NE-SO et correspondant à l’extrémité orientale de l’ancienne église abbatiale, a été reconnu. Sa fondation, épaisse d’1,10 m, repose sur un remblai de schiste très compact formant terrasse. À l’intérieur de l’édifice (à l’ouest de ce mur), la construction d’un emmarchement d’autel, accolé au mur, a été mise en évidence ; quelques traces d’enduits subsistent. Quatre mètres plus à l’ouest, toujours dans le sanctuaire abbatial, un autre massif de pierres et de mortier, également parallèle au chevet plat, marque sans doute un réaménagement du sanctuaire : cette structure est interprétée comme la fondation du maître-autel avancé en direction du chœur. Il s’agit de vestiges importants de l’édifice médiéval (xiie-xve s.) qui n’ont pas été détruits par les grands travaux réalisés à la fin de l’époque moderne. À l’est du chevet, des fragments de verre plat, unis, et des éléments de plomb indiquent l’existence d’une verrière dans le mur pignon du chevet, à l’aplomb de l’ancien maître-autel.

6Dans le chœur, le sol de l’édifice religieux (dans ses différents états) est marqué, par endroits, par la présence d’un mortier de pose, recouvrant une couche de limon argileux (épaisse de 0,20 m environ). À 1,30 m de profondeur, un individu inhumé dans l’axe central de l’abbatiale a été fouillé dans le remblai de schiste. Les principaux os longs encore conservés étaient recouverts des fragments d’un tissu, probablement un linceul. À l’extérieur du chevet de l’église abbatiale, plusieurs inhumations ont été observées ; elles témoignent de la présence d’un cimetière dont les limites restent à reconnaître.

7Enfin, la période contemporaine est marquée, à partir de la fin du xviiie s., par la construction du « pavillon carré » dont les fondations coupent partiellement les vestiges médiévaux et modernes. La grande profondeur des fondations est liée à l’élévation importante des murs. De plus, un système de canalisation, de mur de soutènement et d’égout demeure encore en parfait état de conservation. Quelques dépotoirs attestent de la présence militaire aux xviiie et xixe s. (éperon en fer, pipe en terre cuite).

Cherbourg-Octeville. Abbaye Notre-Dame-du-Voeu.

Cherbourg-Octeville. Abbaye Notre-Dame-du-Voeu.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Cherbourg-Octeville. Abbaye Notre-Dame-du-Voeu.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/22113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Broine, « Cherbourg-Octeville (Manche). Abbaye Notre-Dame-du-Voeu », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 210-211.

Référence électronique

Éric Broine, « Cherbourg-Octeville (Manche). Abbaye Notre-Dame-du-Voeu » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22113

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Broine

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals