Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Sites fouillés

Jumièges (Seine-Maritime). Maisons civiles de l’abbaye

Responsable d’opération : Gilles Deshayes
p. 212

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Quelques sondages archéologiques ont été effectués dans deux maisons civiles de l’abbaye, construites contre la façade de l’hôtellerie. La maison nord est dotée d’une salle basse semi-enterrée de trois travées voûtées de croisées d’ogives sur culots polygonaux et d’une salle haute avec cheminée, ces deux niveaux étaient éclairés l’un de baies étroites, l’autre de baies à meneaux cruciformes. Un sondage réalisé dans la travée sud de la salle basse a mis au jour l’escalier d’approvisionnement de ce cellier ainsi que les niveaux de sol médiévaux riches en mobilier : céramique normande et francilienne, grès bas-normand et du Beauvaisis ; déchets alimentaires (en particulier poisson, coquillages et œufs). L’absence de craie damée le long du mur gouttereau est suggérait la présence de chantiers de bois supportant une rangée de tonneaux. Cette maison du xive s. pourrait être celle du receveur des moines, officier laïc logé dans l’enceinte de l’abbaye. Il aurait utilisé ce cellier de près de 50 m² pour stocker les revenus en nature de sa charge monastique jusqu’au xvie s. Au xvie s., la salle basse servait de dépotoir puis fut remblayée. Les niveaux correspondant aux xviie et xviiie s. ont disparu sous l’effet des « nettoyages » de l’époque contemporaine, des plans montrent qu’à cette époque la salle basse faisait office de cellier puis de fruitier.

2La seconde maison (maison sud) a été élevée au xiiie ou xive s. contre la façade occidentale de l’ancienne hôtellerie, au sud de son porche. Sa salle basse, semi-enterrée, à deux travées voûtées de croisées d’ogives sur pilastres, était surmontée de deux étages avec cheminées. Lors des consolidations réalisées en 1968, un pavage complet a été mis au jour par l’entreprise Lanfry dans la travée sud de la salle basse. Un sondage en 2007 a permis d’en vérifier la nature. Ce carrelage est constitué de carreaux de terre cuite glaçurés de 12 cm de côté, monochromes ou historiés (animaux, blasons de seigneurs laïcs dont les familles d’Harcourt et d’Ivry), datables du xive s., ici en position secondaire. Ce remploi, dans ce qui devait être une cuisine, est un exemple supplémentaire de la mutation fonctionnelle des multiples celliers médiévaux des abbayes à l’époque moderne. Louée à un particulier après la Révolution, cette maison a été détruite en 1799, écrasée par la chute du pignon de la bibliothèque. Enfin, un carrotage à la tarière dans la travée nord a révélé la présence d’un niveau de sol de craie damée dans la stratigraphie fossilisée, suggérant l’utilisation temporaire de cette salle basse comme cellier.

3Le réfectoire, bâti au xiiie ou xive s. au sud du cloître et contre le mur sud de l’hôtellerie, s’est vu doté au xive s. d’une cave à 26 cellules latérales construite en fosse. Un premier pavage de carreaux de terre cuite glaçurés en très grande partie monochromes semble avoir été posé de manière anarchique, à la suite de ces travaux, ce qui pourrait suggérer une dépose avant construction du cellier sous-jacent, suivie d’une nouvelle pose désordonnée. Au cours du même siècle, le mur pignon ouest aurait été percé d’une large baie gothique en tiers-point, découpé de meneaux et d’un remplage moulurés. Les sondages effectués ont révélé la réfection partielle du bâtiment au xvie s., la pose des remblais de démolition sur le premier pavage, puis celle d’un second carrelage, et l’ouverture de soupiraux d’aération pour la cave. Ces travaux de la Renaissance coïncident avec l’introduction à Jumièges de la réforme de Chézal-Benoît en 1515-1516 et l’installation de nouveaux religieux dans les chambres fraîchement construites à l’étage de l’édifice, dans l’attente d’un nouveau dortoir. La stratigraphie conservée contre les murs gouttereaux a permis de retrouver, entre les deux pavages, des fragments de moulures et de peintures qui autorisent quelques restitutions du réfectoire du xiiie ou xive s. : ses murs étaient recouverts d’un décor couvrant imitant un faux appareil de pierres jaunes, jointoyées d’une bande blanche au centre de laquelle passait un filet rouge ; certaines moulures de ses baies étaient ornées d’un chevronné de rouge et jaune. Un fragment laisse imaginer l’existence de fleurs de lys réalisées à la feuille d’or sur fond azur. Le mobilier archéologique (céramique, ossements animaux et monnaies) est actuellement en cours d’étude.

Jumièges. Maisons civiles de l’abbaye. Plan partiel des ruines et localisation des sondages.

Jumièges. Maisons civiles de l’abbaye. Plan partiel des ruines et localisation des sondages.

G. Lanfry, 1954 / G. Deshayes, 2007

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jumièges. Maisons civiles de l’abbaye. Plan partiel des ruines et localisation des sondages.
Crédits G. Lanfry, 1954 / G. Deshayes, 2007
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/22145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Deshayes, « Jumièges (Seine-Maritime). Maisons civiles de l’abbaye », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 212.

Référence électronique

Gilles Deshayes, « Jumièges (Seine-Maritime). Maisons civiles de l’abbaye » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22145

Haut de page

Auteur

Gilles Deshayes

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Deshayes

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals