Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Sites fouillés

Saint-Julien-en-Beauchêne (Hautes-Alpes). Chartreuse de Durbon

Responsable d’opération : Nathalie Nicolas
p. 225

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1La fouille de la maison haute de la chartreuse de Durbon s’inscrit dans une étude globale sur les ordres érémitiques du Dauphiné. Cette chartreuse, fondée en 1116, abandonnée en 1790, a été relativement préservée d’aménagements parasites. Les opérations de terrain ont commencé en 2002. L’année 2007 fut une année sans fouille archéologique : on a privilégié l’avancement des relevés d’élévation des vestiges de l’église et de son parvis. Parallèlement, un inventaire des pierres collectées sur le site depuis une dizaine d’années a été réalisé. Au sein de cet ensemble principalement constitué de moulures, de piédroits de portes, de claveaux, de linteaux et de corbeaux, deux groupes se dessinent : l’un appartenant à la chartreuse médiévale, l’autre à la chartreuse largement réaménagée au cours du xviie s. De magnifiques fûts de colonnes cylindriques et torsadées provenant du chœur ont également été récupérés.

2Les sondages et les fouilles antérieurs ont montré l’importance scientifique du site tant par la variété de ces vestiges que par la qualité des élévations conservées. C’est ce que laisse entrevoir le dégagement du mur gouttereau nord de l’église Notre-Dame qui fut consacrée en 1121 et reconstruite au bas Moyen Âge et dont on voyait encore en 1880 la naissance des voûtes d’ogives qui reposaient sur des colonnes engagées polygonales ou cylindriques.

3Le mur gouttereau nord de l’église a été dessiné au 1/20e sur environ 11,40 m de long, depuis la façade jusqu’à la naissance d’un ressaut délimitant l’abside d’une chapelle latérale. Il s’agit donc d’un mur intérieur dont quelques assises seulement ont été dégagées lors du décapage de la zone. D’une manière générale, les parements sont assez réguliers, bien que non réglés : les assises les plus hautes atteignent 0,32 m à l’est. De nombreuses ouvertures animent ce mur, d’est en ouest : la première, large de 0,94 m, a été rebouchée sommairement avec des pierres de blocage. Pour l’heure, il est impossible de dire s’il s’agit d’une porte, d’une niche ou d’une fenêtre. On note que cette ouverture est située légèrement plus haut que l’archivolte de la porte décrite ci-après. Plus loin se trouve également une niche assez grande (l : 1,12 m) dont l’allège est faite de pierres de taille extrêmement soignées. Il semble que cette niche soit aménagée au-dessus d’une autre ouverture dont les piédroits sont espacés de 0,97 m. Enfin, l’archivolte d’une petite porte en plein-cintre a été dégagée. Dans la nef de l’église, il existe d’ailleurs une autre porte d’un module identique à l’est. Elle est percée dans le parement sud de ce même mur gouttereau mais elle n’apparaît pas encore sur le côté nord. Outre la poursuite du dégagement de ce mur, un important travail de caractérisation de la pierre sera mené en 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Nicolas, « Saint-Julien-en-Beauchêne (Hautes-Alpes). Chartreuse de Durbon », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 225.

Référence électronique

Nathalie Nicolas, « Saint-Julien-en-Beauchêne (Hautes-Alpes). Chartreuse de Durbon » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22249

Haut de page

Auteur

Nathalie Nicolas

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Nicolas

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals