Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Sites fouillés

Souvigny (Allier). Priorale Saint-Pierre, étude archéologique de la nef (2e tranche)

Responsable d’opération : Pascale Chevalier
p. 229-231

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Comme en 2006, l’opération archéologique accompagnait la réfection intérieure de la nef de la priorale clunisienne, portée par la CRMH d’Auvergne. La campagne 2007 a consisté en un décapage mécanique sur 0,25-0,30 m et poursuivi à la main, du haut vaisseau ; et en l’implantation de sondages profonds à trois emplacements limités. Le premier de ces sondages était une tranchée traversant le vaisseau médian au niveau de la 1re paire de supports, le deuxième couvrait les 2e et 3e travées du collatéral externe sud, le troisième suivait les vérifications autour du tombeau des saints abbés dans la 7e travée. À cet endroit, les 3 piles romanes limitant le transept ont été reprises au béton armé par les MH dans les années 1930-1950, générant deux profondes fosses séparées par un lambeau de stratigraphie en place (l. env. 1 m), dans l’axe longitudinal ; deux de leurs parois ont offert des coupes d’un intérêt capital, sur une puissance maximale d’1,70 m.

2Des vestiges d’une phase inattendue de l’église, édifiée sous l’abbé Mayeul (954-994) ont été mis au jour : des segments du gouttereau sud en petit appareil, doté d’une porte à son extrémité est, et les fondations d’un mur transversal percé d’une large ouverture qui constituait la façade originelle. En rapprochant ces maçonneries de deux murs découverts en 2006, on obtient une nef charpentée de 32 x 15,20/15,80 m, antérieure à l’an Mil. D’autres éléments plus ténus ont été observés en coupe dans les fosses MH. On associe à cette campagne de construction 3 fours à chaux circulaires, implantés en enfilade NO/SE, juste au-delà de la ligne de la façade ouest (datation 14C : 910-950). Le four sud prend appui sur les fondations d’un mur en petit appareil parallèle à 5 m au sud du gouttereau primitif. Repris au xiie s. dans le gouttereau sud, ce mur des bâtiments monastiques du xe s., est conservé sur 2 m d’élévation ; son tracé a déterminé la largeur des bas-côtés externes. Le cloître ne s’étendait alors et jusqu’au xiie s. que sur la moitié est du flanc sud de la nef. Sous l’abbé Odilon (994-1049) on reconstruit la nef, en avançant la façade de 13,70 m vers l’ouest afin de créer une avant-nef. Le vaisseau fut rapidement soumis à un incendie (datation 14C : 890-1000 ± 40 ans), puis rapidement rénové il accueillit, peut-être en 1063, le sarcophage de saint Odilon et le premier monument funéraire, avant sa tripartition dans le 3e quart du xie s.

3Nous avons affiné en 2007 les observations autour du tombeau des abbés et la chronologie relative des évolutions ayant affecté le premier monument. On remania très vite la barrière trapézoïdale qui encadrait le sarcophage, primitivement exposé à la hauteur du sol, au moment de l’implantation des deux files de piles composites créant trois vaisseaux dans la nef, en arasant la moitié ouest de ses longs côtés pour ménager vers le sarcophage deux accès, au moins visuels. Le stylobate de la façade ouest du chœur liturgique vint s’appuyer à l’est, entre les piles séparant la 6e et la 7e travée du vaisseau médian. Deux portillons étaient ménagés entre les piles et les angles du monument, où quelque temps plus tard, on installa les quatre poteaux d’un ciborium en bois. Un muret isolait la 6e travée du collatéral paroissial nord de la zone autour du tombeau. Un autel fut ensuite édifié 5 m à l’est dans le chœur liturgique, juste à la limite de la croisée du transept dans l’axe de la nef. Le baldaquin du tombeau brûla sans doute dans le 4e quart du xie s. Cet incendie localisé imposa une restauration du sépulcre et l’abandon de la première barrière de chancel. Une nouvelle façade de chœur, maçonnée, fut aménagée 3 m plus à l’est. Étonnamment, elle ne présente pas d’accès visible, l’axe longitudinal étant même occupé par un emmarchement au revers du socle. C’est en 1095, après ces travaux, qu’eut lieu le transfert des reliques de saint Mayeul dans le tombeau rénové.

4Au tournant du xiie s., la nef fut élargie d’abord au nord puis au sud – on perça dans le gouttereau sud du xie s. une série de 6 grandes arcades. On créa 6 piles quadrilobées plus régulières et mieux pensées qu’au nord à partir de tronçons du gouttereau, l’ancien contrefort extérieur étant inclus au sud dans un large dosseret à colonne engagée. Le nouveau gouttereau sud récupère sur deux travées le mur du xe s. cité supra et comporte au niveau de la 3e travée un exutoire voûté pour un drain, qui évacuait les eaux vers le cloître. Ces travaux furent suivis d’un rehaussement général du sol. Dans la 7e travée, on créa alors un nouveau dispositif de chœur liturgique. On isola le vaisseau médian des collatéraux nord par une fine barrière faisant retour vers le sud au milieu de la 7e travée. La nouvelle façade du chœur était de forme inédite : elle comportait un accès central (0,6 m) bordé par 2 autels (dimensions restituées : 1,60 x 1 m). Vers le sud, après un segment de barrière mince, prenait place un massif maçonné (l. 1,38 m), puis au-delà d’un accès ouvrant sur le collatéral interne sud, la barrière faisait un décrochement vers l’est et fermait le bas-côté externe, pour protéger l’accès des religieux vers le cloître. Comme le deuxième chancel et le monument funéraire, cette troisième barrière était ornée d’enduits peints imitant des placages de marbre. Une refonte complète du tombeau et des aménagements liturgiques eut lieu dans les années 1170. On substitua au premier monument un caveau surmonté par un sépulcre monumental et on ramena la façade du chœur au niveau du premier chancel. Cette quatrième barrière, mesurant 2,50-2,70 m de hauteur, était couronnée par une frise sculptée ; deux accès permettaient aux moines de circuler autour de la tombe sainte. À peine 1 m à l’est, on aménagea alors dans le chœur une plateforme mesurant 4 x 4 m, légèrement convexe à l’ouest, sur laquelle on implanta à l’aplomb du précédent le socle maçonné d’un nouvel autel (l. E-O 1,04 m), en avant de la croisée du transept. La plateforme désaffectée fut recouverte d’une couche de glaise indurée au xiiie s., lors de l’ultime réfection du tombeau des saints abbés qui fut alors doté de gisants et encadré par deux autels bloquant les entrées ouest du chœur ; l’autel d’axe resta en usage jusqu’à une date inconnue.

5Le sondage mené dans le bas-côté externe sud avait pour objectif premier de documenter deux chapelles funéraires gothiques de la fin du xive s., séparées par un mur-bahut ; la chapelle ouest dite de Chéry (2e travée) était isolée de la même manière de celle qui occupait la travée d’angle SO, par une maçonnerie reposant sur un four à chaux du xe s. La chapelle de Chéry était occupée par trois à quatre nappes de sépultures gothiques et modernes, d’hommes, de femmes et d’enfants. La 3e travée ouvrant sur la galerie est du cloître du xve s., les inhumations y étaient moins denses ; un défunt y a été enterré avec une bulle de Clément VII (1378-1394). Les deux sépultures les plus anciennes étaient alignées au pied du gouttereau sud du xie s., notamment une cuve monoxyle remployée sans couvercle.

6Le décapage du vaisseau médian a révélé de multiples trous de poteau des échafaudages et des fosses correspondant aux campagnes de construction de l’édifice. Située dans l’axe dans la 4e travée, une empreinte rectangulaire correspondrait à l’autel de la Sainte-Croix (xie-xiiie s). Une seule sépulture privilégiée, bas-médiévale, celle d’une femme, est apparue dans l’axe du haut vaisseau dans la 5e travée, à l’ouest du tombeau des saints abbés. Les aménagements hydrauliques internes ont été signalés en 2006. Nous avons mis au jour en 2007 le reste du drain du xvie s. qui collectait les eaux de pluie au nord ; il traversait la nef et récupérait l’exutoire (xiie s.) qui traverse les fondations du gouttereau sud pour évacuer les eaux dans le cloître. Les restaurateurs du xixe s. ont repris cette sortie pour aménager un drain oblique collectant les eaux du parvis ; sa large tranchée, traversant les travées fouillées en profondeur du collatéral externe, a bouleversé la stratigraphie et les tombes jusqu’au substrat.

7L’ensemble des données collectées est en cours d’étude ; une exposition verra le jour en 2009 au Musée des pays de Souvigny, après l’achèvement de l’examen en 2008 du caveau du bâtard de Bourbon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Chevalier, « Souvigny (Allier). Priorale Saint-Pierre, étude archéologique de la nef (2e tranche) », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 229-231.

Référence électronique

Pascale Chevalier, « Souvigny (Allier). Priorale Saint-Pierre, étude archéologique de la nef (2e tranche) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22297

Haut de page

Responsable d’opération

Pascale Chevalier

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals