Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Sites fouillés

Saint-André-de-Rosans (Hautes-Alpes). Prieuré : église prieurale et cellier

Responsable d’opération : Marie-Pierre Estienne
p. 231

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Dans le cadre de la restauration du prieuré de Saint-André-de-Rosans, classé Monument historique, et de la présentation, dans l’aile occidentale, des pavements de mosaïques découverts dans l’église prieurale en 1986-1987, une surveillance archéologique avait été effectuée parallèlement à l’enlèvement de remblais archéologiques situés contre le mur septentrional de l’église. Suite à un décaissement intempestif à la pelle mécanique, réalisé sans surveillance, contre le mur nord de l’église prieurale, une opération de sauvetage s’est déroulée avec un double objectif. Premièrement (zone « Prieuré nord »), il convenait de rassembler les données obtenues lors du décaissement, d’effectuer les relevés d’une partie du mur nord de l’église prieurale, ainsi que le nettoyage et le levé de la coupe (face interne entre la 3e et la 4e travée) et, enfin, d’examiner les remblais transportés hors du site afin de récupérer les moellons et autres pierres de taille qui s’y trouvaient. Deuxièmement (extrémité sud de l’aile occidentale), une surveillance de la tranchée pratiquée à l’emplacement du cellier et de la cave cuisine a permis la réalisation d’un levé stratigraphique de part et d’autre du mur édifié après la ruine partielle.

2Le parement externe du mur nord a été ainsi mis à nu sur plus de 2,50 m d’élévation (1re et 2e travée) jusqu’à l’angle NO de la façade occidentale. Son analyse a révélé la présence d’un parement de petits moellons bien assisés, construit dans la tradition du xie s. La base et l’arrachement d’un pilastre engagé jouant le rôle de contrefort, destiné à l’origine à recevoir l’arcade en saillie externe, ont été observés ; ces éléments doivent être mis en relation avec les constats réalisés par Guy Barruol sur l’élévation sud de l’église prieurale, côté cloître, et sur la façade ouest (éléments effacés par la restauration MH). Leur édification s’inscrivait, à la fin du xie s., dans le projet de voûtement de l’église prieurale charpentée, projet avorté avant la construction, au xiie s., de la voûte en berceau semi-brisé. « Les contreforts extérieurs ont bien été construits au sud, reliés par des arcs en plein-cintre ; arcs et contreforts ont disparu mais leurs arrachements sont bien visibles ».

3La berme artificielle du remblai laissé lors du creusement effectué au niveau du 2e pilier interne du xiie s. a permis quelques observations. Un niveau de pierres plates, bien disposées à plat sur un niveau non fouillé, a été mis au jour. Ces pierres présentent des traces de rubéfaction et correspondent à un niveau de sol composé d’un pavement de carreaux taillés dans le grès qui a subi un incendie. Bien qu’étrangement situé dans un espace jusque là interprété comme extérieur à l’église, elles sont très semblables à celles retrouvées dans la 2e travée et fouillées dans la partie méridionale de la nef.

4Au-dessus de ce sol, un remblais de 0,80 m d’épaisseur contient des ossements humains, des fragments de tegulae et de verre très fins, un fragment de céramique commune grise. L’ensemble était recouvert par des remblais successifs (destruction, stockage de pierres, et niveau de chantier de restauration).

5La pièce aménagée dans l’aile ouest, vaste vaisseau couvert d’une voûte en berceau semi-brisée, abritait les cave, cellier et cuisine du prieuré ; elle fut reconvertie en mairie et école, à la Révolution. L’arrachement d’une voûte rappelle que l’espace aujourd’hui en extérieur correspondait alors à un espace intérieur, le mur sud, médiéval, s’alignant plus au sud sur le mur méridional du réfectoire.

6La stratigraphie relevée dans la tranchée a permis de retrouver, à environ 1 m de profondeur, le niveau de sol du cellier. Au-dessus de cette US, se succèdent des couches signalant la destruction puis le remblaiement de cet espace avant l’aménagement d’une calade au-devant d’un seuil (xviie-xviiie s.) avant l’abandon définitif. Un niveau de pavement composé de carreaux de terre cuite marque la dernière phase d’occupation de l’aile sud ; ce pavement est posé sur un remblai contenant divers matériaux.

7Cette intervention a démontré le potentiel archéologique que renferme le sous-sol de cet édifice et la nécessité d’assurer une surveillance archéologique systématique des travaux liés à une étude du bâti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Pierre Estienne, « Saint-André-de-Rosans (Hautes-Alpes). Prieuré : église prieurale et cellier », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 231.

Référence électronique

Marie-Pierre Estienne, « Saint-André-de-Rosans (Hautes-Alpes). Prieuré : église prieurale et cellier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22313

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Estienne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Pierre Estienne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals