Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II 1. – Sites fouillésTours (Indre-et-Loire). Marmoutier

Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1. – Sites fouillés

Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier

Responsable d’opération : Elisabeth Lorans
p. 232

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1En 2007, le travail de terrain conduit sur le site de Marmoutier a porté sur trois secteurs de l’enceinte monastique et a associé fouilles, étude architecturale et prospections géophysiques.

2Dans l’emprise de l’ancienne église abbatiale gothique, fouillée dans les années 70 et au début des années 80, les principaux apports concernent d’une part l’analyse des accès à la crypte romane, élément le plus ancien de cette église, et leurs relations avec le chevet de l’édifice antérieur, partiellement conservé dans un premier temps, d’autre part, les traces laissées par l’utilisation de cette église édifiée aux abords de l’an Mil (niveaux de sol et fosses diverses), et enfin, un bâtiment de plan quadrangulaire partiellement mis au jour, qui a connu de multiples états. Aucun élément ne permet d’y reconnaître un lieu de culte, le compartimentage de l’espace intérieur réalisé en cours d’utilisation suggérant plutôt un usage civil : on a sans doute affaire à un bâtiment communautaire, dont la construction soignée et l’entretien régulier sont attestés par les sols successifs de carreaux de terre cuite et de béton rose. L’origine de ce bâtiment, abandonné dans le courant du ixe s., pourrait remonter à l’Antiquité tardive mais les niveaux les plus anciens n’ont pas encore été examinés.

3Dans la partie NO de l’enclos, l’étude de l’ancienne hôtellerie médiévale, détruite aux deux tiers au début du xixe s., associe l’analyse architecturale de l’extrémité occidentale, conservée, à la fouille. La construction d’origine, édifiée en moyen appareil de tuffeau et scandée par de puissants contreforts, comportait deux niveaux d’élévation : un rez-de-chaussée probablement voûté sur toute sa surface, à fonction de stockage, surmonté d’un vaste étage sous charpente, éclairé par des fenêtres de type varié : géminées au nord et en lancette au sud alors que le pignon occidental était aveugle. L’examen des maçonneries a également révélé, à l’étage, dans la partie occidentale du mur sud, les vestiges d’une porte dont la situation implique la présence d’une structure en bois en encorbellement (galerie ou balcon ?) appuyée contre la façade. Sur le plan structurel, le changement majeur consista en la subdivision en trois niveaux du grand volume sous charpente de l’état primitif ce qui entraîna l’adjonction de plusieurs baies dont la forme varie selon les niveaux et les faces du bâtiment. Cette transformation doit résulter du changement fonctionnel du bâtiment, qui devint la résidence du Grand Prieur à la fin du xviie s., dans le cadre de la réforme engagée par la congrégation de Saint-Maur. La fouille, partielle et encore inachevée, de ce qui fut détruit au xixe s. a porté, à l’intérieur de l’édifice, sur des niveaux modernes et de la fin du Moyen Âge présentant une alternance de remblais et de couches d’occupation. À l’extérieur, l’occupation est radicalement différente de part et d’autre du bâtiment. Au sud, la stratification, toujours d’époque moderne, prend la forme d’une succession de couches de tuffeau, à la surface piétinée, percées d’innombrables trous de piquet auxquels il est difficile de donner une interprétation fonctionnelle. Au nord, en revanche, a été découverte une aire d’inhumation, dont les quelques tombes observées sont alignées sur l’hôtellerie et peuvent être datées, par la céramique qu’elles contenaient, des xiie-xiiie s. On a certainement affaire à un cimetière de laïcs établi à proximité de ce vaste bâtiment d’accueil, dont la construction, attribuée par les sources écrites aux années 1180, a créé une sorte d’avant-cour entre l’enceinte à l’ouest, l’église majeure à l’est et le coteau au nord.

4Un autre volet de l’enquête a été abordé, celui qui concerne les relations du monastère avec la Loire qui le longe au sud. Des sources textuelles modernes mentionnant la présence d’un cours d’eau traversant l’enclos, des carottages géologiques puis une prospection géophysique ont été exécutés dans la partie SE de l’ancienne emprise monastique, à l’écart des constructions médiévales et modernes connues, afin de détecter la présence éventuelle d’un paléochenal. Les informations obtenues ont fourni des indices mais pas de preuve suffisante d’un tel tracé, de sorte que des carottages supplémentaires seront nécessaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Lorans, « Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier »Archéologie médiévale, 38 | 2008, 232.

Référence électronique

Elisabeth Lorans, « Tours (Indre-et-Loire). Marmoutier » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 24 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.22325

Haut de page

Auteur

Elisabeth Lorans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Elisabeth Lorans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search