Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. – Prospections

Saint-André-des-Eaux (Côtes-d’Armor). Ancienne église Saint-André

Responsable d’opération : Mathias Dupuis
p. 233

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Les ruines de l’ancienne église paroissiale de Saint-André-des-Eaux se dressent aux abords de l’étang de Bétineuc, à une centaine de mètres à l’écart du bourg, environ 10 km au SE de Dinan. L’église n’est pas mentionnée dans les textes avant le xvie s., mais sa construction remonte manifestement à la période romane. Des incertitudes demeurent quant à son statut d’origine (église paroissiale ou chapelle). Elle est abandonnée à la fin du xixe s. et partiellement détruite par la suite. L’édifice est classé au titre des Monuments historiques en 1990. Son intérêt majeur réside dans la richesse de son décor peint, bien que celui-ci ait pratiquement disparu. Il nous est heureusement bien connu par un ensemble de documents photographiques et de relevés aquarellés réalisés vers 1916 pour le compte du Musée des monuments français. L’objectif du projet de prospection thématique mené en 2007 visait à réaliser une étude archéologique du bâti de l’église, en mettant l’accent sur l’étude de ses revêtements muraux. Les résultats font état d’une première phase de construction homogène, à laquelle ne succéderont que peu de remaniements. Le bâtiment d’origine s’inscrit bien dans les usages de l’architecture romane bretonne. Il s’organise selon un plan simple n’excédant pas 19 m de long hors-œuvre, formé d’une nef rectangulaire sans bas-côté à laquelle est accolé un chœur de plan grossièrement carré, séparé de la nef par un arc triomphal. L’entrée principale est située sur le gouttereau sud de la nef et l’éclairage est assuré par une série de baies hautes, élancées et fortement ébrasées vers l’intérieur. Le choix des matériaux de construction témoigne de l’adaptation aux contraintes environnementales locales (présence de calcaire, récupération de briques, appareillage de moellons, etc.). Par comparaison, la construction de l’église peut être placée entre l’extrême fin du xe s. et la première moitié du xiie s. Cette date devrait pouvoir être affinée par une datation au radiocarbone effectuée sur des charbons contenus dans les mortiers de construction. L’étude stratigraphique des revêtements muraux laisse percevoir au minimum quatre phases décoratives. La plus ancienne est contemporaine de la construction de l’église et consiste en un décor ornemental dont les motifs reproduisent en peinture les effets habituellement obtenus par les appareillages décoratifs romans (appareil réticulé, dents de scie, opus spicatum, etc.). La nature de ce décor, ainsi que sa parfaite adéquation avec l’architecture en font un ensemble qui ne trouve pas, à première vue, de comparaison et dont l’analyse s’avère extrêmement précieuse pour la compréhension des enjeux de la peinture ornementale romane. La seconde campagne concerne la réalisation d’une grande Crucifixion, entièrement disparue, qui figurait au sud de l’arc triomphal et dont les caractéristiques stylistiques, proches d’œuvres similaires de la vallée de la Loire invitent à la placer à la fin xiie/début xiiie s. Les parois de l’église sont ensuite couvertes par un décor de faux-appareil gothique, puis par plusieurs badigeons et décors ornementaux modernes.

Saint-André-des-Eaux, ancienne église Saint-André. Décor peint.

Saint-André-des-Eaux, ancienne église Saint-André. Décor peint.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-André-des-Eaux, ancienne église Saint-André. Décor peint.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/22333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Dupuis, « Saint-André-des-Eaux (Côtes-d’Armor). Ancienne église Saint-André », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 233.

Référence électronique

Mathias Dupuis, « Saint-André-des-Eaux (Côtes-d’Armor). Ancienne église Saint-André » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22333

Haut de page

Auteur

Mathias Dupuis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mathias Dupuis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals