Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II 2. – Prospections

Pyrénées-Orientales. Églises préromanes et romanes (du xie au xiiie s.) en haut et moyen Vallespir

Responsable d’opération : Morgane Gourgues
p. 234-235

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Un inventaire précis des vingt-deux églises – inscrites ou non aux Monuments historiques – construites entre le xie et le xiiie s. en haut et moyen Vallespir (région la plus méridionale du département des Pyrénées-Orientales) a été élaboré en vue de mettre à jour les données du service des Monuments historiques et de la carte archéologique du SRA, mais aussi afin de permettre un regard plus juste sur le patrimoine de ce territoire. Les questions posées touchaient : 1/ au rôle de l’environnement immédiat de ces églises rurales de moyennes montagnes, n’appartenant pas à de grands pôles religieux, sur leur structure ; 2/ subsidiairement, à l’existence d’un style architectural propre au Vallespir.

2Il apparaît que l’église représentative de cette époque et de cette région, est de forme simple en raison des contraintes topographiques. À nef unique, voûtée en berceau brisé, elle s’ouvre sur une abside semi-circulaire, orientée. Un clocher simple, mur ou tour, la signale aux alentours. Le bâti solide, aux couleurs des pierres locales (granite essentiellement), est parementé avec soin (moyen et grand appareil). Pour ce faire, les constructeurs se sont servis d’outils particuliers : des échafaudages adaptés à la déclivité de cette zone de moyenne montagne (échafaudage encastré) et des instruments spécifiques pour la taille du granite. La régularité des assises témoigne du grand savoir-faire des bâtisseurs qui se traduit aussi dans la confection des ouvertures, à double ébrasement pour les baies, et à plusieurs ressauts pour le portail. Les façades, plutôt animées de décors géométriques simples, témoignent de la pérennité de certains modèles issus du premier âge roman.

3Si cette définition vaut dans sa majorité pour les églises retenues, plusieurs s’en démarquent néanmoins. Les premières ont conservé une typologie très préromane, celles de Sainte-Cécile de Cos et de Sainte-Croix de Quercorb : de petites dimensions, elles possèdent un chevet trapézoïdal, voûté en berceau plein-cintre, tout comme leur nef ; des fenêtres à simple ébrasement extérieur viennent ajourer une pauvre maçonnerie de moellons. À côté de cela, d’autres églises apparaissent comme très novatrices : Sainte-Marie de Coustouges, avec un chœur très développé en trois parties, dont les chapelles latérales sont couvertes en voûte d’arête, est l’une des églises où le décor sculpté se fait plus présent, à la fois au chevet, avec notamment une animation murale plus importante (arcatures aveugles), et au clocher-tour, particulièrement remarquable. Elle est aussi une des rares à posséder un décor intérieur avec un portail d’entrée de nef saturé d’une décoration végétale, animale et figurée, unique en Vallespir mais aussi dans tout le Roussillon du xiie s.

4Nous ne pouvons donc pas réellement parler d’un style vallespirien à part entière. De grandes similitudes existent entre toutes ces églises, notamment sur la forme de leur portail d’entrée, mais ces ressemblances se retrouvent aussi dans d’autres églises rurales des Pyrénées-Orientales à la même période. En définitive, les églises paroissiales prises en compte sont représentatives à la fois : des modèles passés préromans, toujours d’actualité (Sainte-Cécile de Cos, Saint-Georges et Sainte-Croix), du style roman dans son plein épanouissement (Saint-Martin de Corsavy et Saint-Pierre du Riuferrer), ainsi que du style roman dans sa recherche de nouveauté (Sainte-Marie de Coustouges, ou Saint-Pierre et Saint-Félix de Calmeilles).

Façade septentrionale de l’église Saint-Pierre du Riuferrer sur la commune d’Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales). Une église du milieu du xiie s.

Façade septentrionale de l’église Saint-Pierre du Riuferrer sur la commune d’Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales). Une église du milieu du xiie s.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Façade septentrionale de l’église Saint-Pierre du Riuferrer sur la commune d’Arles-sur-Tech (Pyrénées-Orientales). Une église du milieu du xiie s.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/22337/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Morgane Gourgues, « Pyrénées-Orientales. Églises préromanes et romanes (du xie au xiiie s.) en haut et moyen Vallespir », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 234-235.

Référence électronique

Morgane Gourgues, « Pyrénées-Orientales. Églises préromanes et romanes (du xie au xiiie s.) en haut et moyen Vallespir » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22337

Haut de page

Responsable d’opération

Morgane Gourgues

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals