Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain

Introduction à la rubrique

Danièle Alexandre-Bidon et Françoise Piponnier

Texte intégral

1Avec près de soixante-dix sites et plusieurs programmes de prospection à l’échelle régionale, soit un corpus en augmentation sensible, les fouilles ont permis d’examiner une grande variété d’habitats civils : manoirs aristocratiques, maisons urbaines, fermes, granges, habitat troglodytique. Des situations peu usuelles ont été découvertes en matière d’habitat mérovingien, avec par exemple coexistence d’un village et de sa nécropole (Vaudes) ou, au contraire, habitation isolée (Ostheim). Les fouilles programmées demeurant marginales, l’exiguité de la surface fouillée ne permet pas toujours de dater les occupations autrement qu’en les qualifiant de « médiévales », montrant toutes les limites des diagnostics… Une datation dite « du Moyen Âge » est quelquefois la seule à pouvoir être proposée. Les sites datables seulement du haut Moyen Âge sont cette année minoritaires (1/7 du corpus), et aussi nombreux sont ceux qui vont de l’Antiquité à l’époque carolingienne, voire au-delà ; si l’époque carolingienne n’est que peu abordée, le Moyen Âge central n’a jamais été si bien représenté (13 sites des xe-xiie s.) et le bas Moyen Âge l’emporte largement (plus d’1/3 du corpus). Enfin, de plus en plus nombreux sont les sites modernes, allant jusqu’au xviiie siècle avec les habitations serviles de Sainte-Anne, en Martinique.

2Comme l’année précédente, on observe un recul très net des études de bâti, qui ne confirment pas la percée effectuée en 2000-2002. Les prospections-inventaires retiennent désormais davantage l’attention des archéologues. Les thématiques retenues sont d’un intérêt remarquable : des troglodytes (Hautes-Alpes) aux habitants des manoirs antérieurs au xve siècle (Anjou), toute la gamme des habitats est ainsi balayée, et l’habitation rurale n’a donc jamais été aussi bien repérée que par ce type de recherches. Si le milieu urbain est aujourd’hui moins l’objet de fouilles que le monde rural, du moins à en croire les notices (15 contre 52), il est le support d’intéressantes réflexions sur les limites urbaines. L’on s’est ainsi attaché à reconnaître le bourg castral primitif, avec ses palissades et ses fortifications de bois (Laval), à rechercher le lien entre le château et son castrum (Dijon), à mieux dater les remparts d’une ville (Rouen), à repérer les fortifications de pierre des monuments urbains pendant la guerre de Cent Ans (basilique de Saint-Denis).

3Si le réseau routier et la voierie, ainsi que le parcellaire, apparaissaient, l’année précédente, comme des thématiques fortes, les fouilles de l’année 2007 ont été plutôt sensibles à d’autres centres d’intérêt : les relations entre l’habitat et les lieux d’inhumations, en ville comme à la campagne, et notamment les inhumations animales, qui n’ont jamais été si présentes, témoignant d’épizooties qui ont manifestement frappé les campagnes surtout à l’orée des temps modernes (Bourogne, Évreux, Mâcon, Matzenheim) ; les artisanats, au nombre desquels s’imposent les métiers du fer, avec des scories dans nombre de sites du premier Moyen Âge, et l’artisanat du bronze (fonte de cloche et four de bronzier de Laval), mais aussi ceux du textile (Douai, Villepinte), de la tabletterie (Marnay), du bâtiment (fosses d’extraction de l’argile pour la construction en briques crues, à Marlenheim) et surtout la distillation de la poix (Le Castellet) dont une des utilisations est démontrée par la fouille du souterrain de Saint-Cirgues-la-Loutre, enduit de cette matière pour mieux le tenir au sec. Mais le domaine auquel les fouilles sont cette année le plus sensibles est l’ensilage. La question de la conservation des aliments tient le haut du pavé : 17 notices s’y attachent, évoquant les batteries de silos (Villepinte), les fosses à clayonnage (Passel) et, en ville, les caves (Besançon, Lagny, Louvres, Mâcon). L’étude de locaux dévolus au stockage (grange, comme en Côte-d’Or, et souterrain, à Saint-Cirgues) va dans le même sens. Parallèlement, la préparation et la cuisson des aliments sont renseignés par les fours (dans 8 notices), soit domestiques soit communautaires (aire collective de cuisson du pain de Gellainville, four banal de Saint-Avold), aux dimensions parfois impressionnantes (10 m² à Saint-Martin-du-Mont).

4Les « trésors » découverts au cours des fouilles d’habitats civils n’ont rien de spectaculaire. Cette année, les trésors ne sont pas monétaires, mais ils ont tout pour satisfaire le spécialiste de la culture matérielle, avec une attention peu commune portée au mobilier lithique (lampes, meules et jeux d’Alleyrac, Pont-sur-Seine, Marnay), un trésor d’outil à Hiers-Brouage et la peau d’auroch de Courchapon – témoignage archéologique le plus tardif de cet animal à ce jour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Alexandre-Bidon et Françoise Piponnier, « Introduction à la rubrique », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 25 avril 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22384

Haut de page

Auteurs

Danièle Alexandre-Bidon

Articles du même auteur

Françoise Piponnier

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals