Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Sites fouillés

Alleyrac (Haute-Loire). Le Choumazel

Responsable d’opération : Jean-Louis Voruz
Notice rédigée avec Marie-Caroline Kurzaj et Élise Nectoux
p. 166-167

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Alleyrac est située à environ 30 km au SE du Puy, à une altitude de 1 050 m. En 2006, d’importants travaux d’assainissement durent être stoppés en raison de la découverte d’une cavité, creusée entre 1 et 3 m de profondeur sous la route. Un grand nombre de souterrains sont connus en Velay, dont certains fouillés il y a une vingtaine d’années. La mise au jour de vestiges mobiliers en surface a motivé la mise en place d’une opération de sauvetage en avril 2007.

2Le secteur A (fig.) ne renferme pas de couche d’occupation mais un éboulement, dans une cavité inachevée. À l’extrémité est de la salle B, un gros bloc de basalte obstrue l’accès par le plafond. Un foyer en place consiste en une pierre au centre, une couche de cendre gris-blanc, une couche de charbon compacte, elle-même recouverte par des petits blocs de 5 à 10 cm de diamètre. Les parois de cette salle, très régulières, comportent de petites cavités se faisant face, laissant entre chacune d’elles une distance de 3,50 m. Le couloir C était complètement fermé, d’abord par un blocage, puis par un escalier et une sorte de muret. La couche d’occupation qui tapisse la zone D, épaisse de 10 cm, est plus riche en mobilier que les secteurs B et C, et comprend un foyer flanqué de nombreux déchets de faune. Les parois comportent quelques aménagements, dont un placard creusé dans la paroi SE, probablement fermé par une porte puisque des trous de charnière ont été relevés. Une banquette de 0,50 m de hauteur est aménagée dans le rocher. Cette partie du souterrain avait peut-être pour vocation la stabulation d’animaux et le stockage de denrées (présence de céréales de seigle carbonisées).

3Alors que l’ouest des salles B et D fait apparaître une hauteur de plafond de plus de 2 m, le secteur E, de 1,5 m, était entièrement comblé par la couche d’occupation, par deux assises de blocs et une couche de terre fine. Une porte comportait deux systèmes de fermeture, marqués par des creusements dans les élévations. Le sondage delta a permis, grâce à la pelle mécanique, la mise en évidence d’une falaise d’axe N-S. Deux niches F et G s’ouvrent dans la falaise, dont seule la zone G a été en partie fouillée, et quatre trous de poteau taillés dans la pouzzolane ont été relevés sur la paroi. 4 m2, très riches en mobilier archéologique, ont été fouillés au pied de la falaise, avec une puissance stratigraphique de 1,3 m, mais le fond n’a pas été atteint (s’agit-il d’un puits ?). La cavité G est formée de trois salles au minimum, disposées sur plusieurs niveaux.

4Le mobilier archéologique, abondant, n’a pas encore été analysé. Il comprend, outre des charbons et des céréales carbonisées, quelques rares traces de bois esclouffis, de la lignite, des noyaux de pêche, des fragments de verre, vingt objets métalliques, cinq fusaïoles en pierre, trente-cinq pièces lithiques en basalte (lampes, molettes, meules, quatre fragments de jeux : un pendu et un « charret », ou jeu du moulin, ainsi que les pions noirs ou blancs), de la faune et une abondante céramique. Le pendu et le charret sont des jeux courants au xive s., souvent pratiqués par des maçons. De manière générale, ces éléments sont datables des xive-xvie s.

5L’essentiel de la documentation provient des salles BCDE, correspondant à un dépotoir… Les quatre entrées de ces souterrains-refuges ne sont peut-être pas synchrones. Les foyers, les traces de travail au plafond et dans les parois ainsi que les stratigraphies doivent être étudiés de près. Le comblement du souterrain pourrait être lié à l’apparition d’une maladie (peste ou choléra) obligeant les gens à reconstruire différemment. Le passage du chemin reliant Mailhac et Alleyrac, juste au-dessus des souterrains, irait également dans ce sens.

Plan d’ensemble des souterrains, d’après le relevé topographique de S. Couteau et J. Bois-Gerets et les observations en cours de fouille. La zone F, les 4 m2 extérieurs et la fin de la salle G restent à fouiller.

Plan d’ensemble des souterrains, d’après le relevé topographique de S. Couteau et J. Bois-Gerets et les observations en cours de fouille. La zone F, les 4 m2 extérieurs et la fin de la salle G restent à fouiller.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan d’ensemble des souterrains, d’après le relevé topographique de S. Couteau et J. Bois-Gerets et les observations en cours de fouille. La zone F, les 4 m2 extérieurs et la fin de la salle G restent à fouiller.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/22396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 319k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Caroline Kurzaj, Élise Nectoux et Jean-Louis Voruz, « Alleyrac (Haute-Loire). Le Choumazel », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 166-167.

Référence électronique

Jean-Louis Voruz, Marie-Caroline Kurzaj et Élise Nectoux, « Alleyrac (Haute-Loire). Le Choumazel » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22396

Haut de page

Auteurs

Marie-Caroline Kurzaj

Élise Nectoux

Articles du même auteur

Jean-Louis Voruz

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Louis Voruz

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals