Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Sites fouillés

Balbronn (Bas-Rhin). Elmerforst

Responsable d’opération : Boris Dottori
p. 168-169

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1La campagne de fouille programmée sur le site du village médiéval disparu d’Elmerforst a eu pour objectif principal de confirmer les données des sondages antérieurs attestant une occupation ancienne du lieu : la chapelle de 1732, actuellement en ruines, et le « pavillon de chasse », bâtiment apparaissant sur divers plans du village aux xviie et xviiie s. (Archéologie médiévale, t. 37, p. 179). Des prospections géomagnétiques menées en collaboration avec l’École et Observatoire des Sciences de la Terre de Strasbourg (EOST) ont entraîné l’ouverture d’un sondage à proximité de la chapelle.

2La chapelle, édifiée en 1732, aurait été construite, selon certains historiens du xixe s., sur les fondations d’un édifice plus ancien, détruit en 1663. La fouille réalisée le long du mur longitudinal extérieur sud a bien permis de mettre au jour une partie des fondations d’un édifice antérieur, en blocs et moellons de grès liés au mortier. Celles-ci présentent la même orientation (vers l’est) et, à peu de choses près, les mêmes dimensions dans leur section d’orientation O-E (~13 m) que la chapelle moderne. Il est dès lors tentant d’interpréter ces vestiges comme ceux de l’ancienne église du village. Plusieurs indices (orientation, proximité de sépultures) spatiaux (deux ensembles distincts sont apparus, assimilables à une nef et un chœur) et techniques (utilisation de la pierre de taille) vont en ce sens. Néanmoins, en l’absence d’un plan complet de l’édifice – la partie restante devrait se trouver sous le sol, inaccessible, à l’intérieur de la chapelle –, on ne peut encore certifier qu’il s’agit de l’église médiévale. En outre, les niveaux conservés qui lui sont associés sont fort rares (ils ont été balayés par le chantier de construction de la chapelle moderne), de sorte qu’aucun indice de datation pertinent n’en est ressorti. Seul un carreau d’arbalète fiché dans l’un des murs permet d’affirmer que l’édifice existait au xive s. au moins.

3Le « pavillon de chasse » a fait l’objet d’un élargissement des sondages antérieurs. étaient apparues les arases d’un bâtiment en grès, peut-être la maison forestière représentée sur des cartes et plans des xvie-xviiie s. Compte tenu des difficultés liées au milieu forestier, seule une partie réduite de la surface totale a pu être décapée. Le mur pignon du bâtiment a une longueur de 9,60 m, tandis que le mur gouttereau n’a été dégagé que sur 15 m. Tous deux sont réalisés en grès et liés au mortier. Deux espaces ont été observés à l’intérieur du bâtiment, le long du mur gouttereau, séparés par une fondation en grès s’appuyant sur ce dernier et sur laquelle reposait peut-être à l’origine un pan-de-bois. Le premier espace présente les restes d’un dallage en grès et occupe la majeure partie de l’espace ; l’autre, au sol d’argile, forme une pièce relativement étroite. La faible quantité de mobilier recueilli dans les couches d’occupation ne permet pas d’attribuer une fonction précise à ces deux espaces, aux fonctions économiques (grange et étable) plutôt que résidentielles. Sous le dallage, un remblai avait été mis en place lors de la construction, et les éléments céramiques qui y ont été recueillis permettent de dater cette construction de la seconde moitié du xvie s. Son abandon définitif se situerait fin xviiie-début xixe s., puisqu’il apparaît encore sur des plans de 1785, mais plus sur le cadastre de 1828.

4Un troisième secteur a été ouvert à quelques mètres au NE de la chapelle au vu des prospections géomagnétiques et électriques menées en mars 2007. Il a livré une abondante quantité de céramique, tuiles, moellons et blocs de grès, témoignage d’un remblai mis en place au xvie s., vraisemblablement pour accueillir le niveau de sol d’une habitation occupée jusqu’aux environs du xviiie s. Des blocs de grès alignés sous ce remblai permettent d’envisager un éventuel état antérieur du bâtiment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Dottori, « Balbronn (Bas-Rhin). Elmerforst », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 168-169.

Référence électronique

Boris Dottori, « Balbronn (Bas-Rhin). Elmerforst » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 05 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22440

Haut de page

Auteur

Boris Dottori

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Boris Dottori

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals