Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Sites fouillés

Besançon (Doubs). 85 bis, rue Battant

Responsable d’opération : Christophe Gaston
p. 170

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce secteur situé aux marges de la ville romaine, le peuplement de la partie supérieure du quartier de Battant ne se développe qu’à partir du xiiie s., comme le laissent penser la création de nouvelles rues un peu avant 1250 et un accroissement de la surface bâtie dans ce secteur entre 1275 et 1300. Toutefois, même dans les zones densément loties, subsistent des espaces libres d’habitations : plusieurs « chéseaux », « manses », vignes et jardins y sont mentionnés. Au xve s., ces quartiers de la rive droite apparaissent comme les plus peuplés de la ville.

2La fouille a confirmé le fait que le secteur est abandonné durant une très longue période, jusqu’au xiiie s. Dès lors, et à l’occasion d’un nivellement de la zone ayant entraîné un décaissement partiel des couches antiques, un mur de soutènement d’époque romaine, qui devait être encore visible dans le paysage, est remplacé par un mur de même fonction. Un mur antique voisin semble avoir subi le même traitement. Ces éléments indiquent une réappropriation urbaine du secteur appuyée sur certains éléments antiques.

3Dans la moitié sud de l’emprise, côté rue Battant, la première occupation médiévale attestée est matérialisée par les vestiges d’une grande cave semi-enterrée. De plan allongé, typique d’un parcellaire en lanières, elle présente une largeur intérieure de 3,65 m pour une longueur conservée de 11 m. Sa limite sud est marquée par un angle de maçonnerie en décalage, correspondant sans doute aux vestiges d’une descente de cave. Son parement interne était encore partiellement couvert d’un enduit de mortier de tuileau. Le roc, entaillé et aplani, constituait le sol, sur lequel une fine couche d’occupation a livré du mobilier datable du xve s. La cave remblayée, le bâtiment qui la surmontait semble avoir perduré au moins jusqu’au siècle suivant. La largeur de l’ensemble, hors tout, serait d’environ 5,30 m pour une profondeur de parcelle dépassant sans doute les 50 m, dimensions confirmées par celles, similaires (4,50 à 6,50 m x 55 m), de la parcelle immédiatement voisine (au n° 83), assurément d’origine médiévale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Gaston, « Besançon (Doubs). 85 bis, rue Battant », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 170.

Référence électronique

Christophe Gaston, « Besançon (Doubs). 85 bis, rue Battant » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22468

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Gaston

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals