Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Sites fouillés

Castellet (Le) (Var). La Font de Mars

Responsable d’opération : Sylvain Burri
p. 171

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1La Font de Mars est un habitat temporaire construit à flanc de coteau, à proximité d’une source. La fouille programmée avait pour objectif d’examiner la totalité de la structure ainsi que ses abords immédiats afin de repérer une éventuelle zone de rejet domestique.

2La fouille a mis en évidence deux occupations successives : l’une de la première moitié du xve et l’autre du xviie s. L’organisation de la cabane reste inchangée pendant les deux occupations. Seul le mur sud semble avoir été en partie remonté avec de gros blocs de calcaire lors de la réoccupation moderne. La structure semi enterrée, creusée dans le substrat calcaire, présente un plan rectangulaire d’environ 4,30 m de long (SO/NE) sur environ 3,30 m de large (NE/SO). Seuls le mur pignon sud et le mur gouttereau ouest sont en pierre sèche avec des blocs de calcaire local, non équarris. Bien qu’aucun trou de poteau susceptible de correspondre au soutien d’une poutre faîtière n’ait été mis au jour, l’hypothèse privilégiée est celle d’une couverture végétale de branchages et feuillages reposant sur une armature de bois composée d’une poutre faîtière s’appuyant sur les murs pignons, et de chevrons attachés à cette dernière. Vu les dimensions de la cabane, il devait exister, dans la partie nord, à l’opposé du foyer, un espace de couchage. L’entrée est ouverte en chicane à l’angle SO de la cabane dans le mur gouttereau ouest, du fait de la localisation du foyer : les foyers domestiques successifs, lenticulaires, étant aménagés contre le mur pignon sud dans l’axe de la porte, ils étaient à l’abri des forts courants d’air tout en permettant une meilleure évacuation des fumées. Les résultats préliminaires de l’analyse anthracologique posent le problème de la sélection des essences : les foyers contenaient majoritairement du genévrier. Or, à la première occupation pourrait être rattaché l’emploi de jarres à cordons digités, retrouvées aux alentours, peut-être témoin d’une activité de distillation du bois, comme en témoignent les résidus encore présents sur les fragments de jarres. La seconde occupation pourrait être reliée à une charbonnière moderne, fouillée antérieurement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Burri, « Castellet (Le) (Var). La Font de Mars », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 171.

Référence électronique

Sylvain Burri, « Castellet (Le) (Var). La Font de Mars » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22500

Haut de page

Auteur

Sylvain Burri

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvain Burri

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals