Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Sites fouillés

Castellet (Le) (Var). La Roche Redonne

Responsable d’opération : Sylvain Burri
p. 171-172

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1La fouille programmée du site de La Roche Redonne a révélé un habitat temporaire et une aire d’activité artisanale dédiée à la distillation du bois afin de produire soit de la poix (issue du pinus halepensis) soit de l’huile de cade (Juniperus oxycedrus), soit les deux.

2Le mobilier céramique trouvé dans l’habitat temporaire a d’abord permis de dater son occupation du xviie s. (anse de gourde aux passants ornés d’une glacure marbrée vert et brun). La cabane a été construite contre une paroi rocheuse verticale servant de mur est. Aucune trace de construction délimitant la cabane sur ses côtés nord et est n’a été découverte. Ce mur est donc le seul élément bâti en pierre, et il correspond au mur pignon ouest de la cabane. Construit en pierre sèche, il est fait de gros blocs de calcaire, provenant sans doute des nombreux affleurements alentours, non équarris et grossièrement assisés sur une hauteur maximum conservée d’environ 0,7 m. Le mur est constitué de deux parements bloqués par une fourrure de cailloutis. Au vu de l’éboulement, la hauteur du mur ne devait pas excéder 1 m. Cela correspond à ce que l’on observe sur les autres structures d’habitats temporaires. Les murs gouttereaux devaient être construits en matériaux périssables. Malheureusement, ils n’ont laissé aucune trace archéologique. L’entrée de la cabane devait être percée soit dans le mur gouttereau nord, soit dans le mur gouttereau sud, et de préférence en contact avec le mur pignon ouest pour plus de solidité. Plusieurs éléments étayent l’hypothèse d’une porte au sud : l’artisan peut, en cas d’intempéries, surveiller l’avancée de la distillation à l’abri depuis l’intérieur de la cabane. Une banquette est aménagée à l’extérieur contre le mur pignon ouest. La cabane semble n’avoir fait l’objet que d’une seule occupation. Cependant, étant donné le caractère saisonnier et cyclique de la production de poix, elle a pu être réoccupée plusieurs fois, mais dans un laps de temps assez court pour qu’aucune sédimentation n’ait scellé les niveaux, à moins qu’ils n’aient été nettoyés après chaque occupation. L’espace domestique interne est structuré par l’aménagement d’un foyer contre la paroi interne du mur ouest. Une fois en ruines, la cabane a servi d’abri pour un forestier qui y a aménagé une banquette contre la paroi rocheuse. Le plan de la cabane peut être restitué ainsi : oblong, d’environ 3 m de long sur 2 m de large (mesures internes), pour une surface habitable d’environ 6 m².

3La fouille a mis en évidence une occupation antérieure (fin xve-xvie s.) qui a glissé du plateau lors d’un fort épisode de colluvionnement. Une prochaine fouille aura pour objectif d’en identifier la nature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Burri, « Castellet (Le) (Var). La Roche Redonne », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 171-172.

Référence électronique

Sylvain Burri, « Castellet (Le) (Var). La Roche Redonne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22504

Haut de page

Auteur

Sylvain Burri

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvain Burri

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals