Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Sites fouillés

Demange-aux-Eaux (Meuse). La Voie des Potiers

Responsable d’opération : Laurent Vermard
p. 174-175

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Demange-aux-Eaux se trouve entre Nasium et Gondrecourt-le-Château, dans les côtes de Meuse et plus particulièrement dans le sillon alluvial de l’Ornain. Un diagnostic a été effectué sur la rive droite de l’Ornain, dans le bas de la côte dite « Au Tombois ». Là, le relief s’incline vers l’ouest. L’histoire ancienne de Demange-aux-Eaux est informée par les découvertes d’une monnaie gauloise et de deux nécropoles du haut Moyen Âge à proximité du diagnostic, dont une au lieu-dit Sous-Tombois et l’autre « Au Cimetière aux Saints ».

2Un total de 25 sondages a été réalisé lors de ce diagnostic, dont 23 positifs, chacun présentant une importante densité de structures. Les vestiges observés appartiennent à au moins deux occupations distinctes : une phase mérovingienne (phase 1) et une phase postérieure (phase 2) ; cette dernière n’est représentée que par un axe de circulation, un chemin qui scelle la phase mérovingienne.

3Dans la partie orientale, les vestiges apparaissent directement sous la couche d’humus, alors qu’à l’ouest une épaisse couche de limons recouvre les vestiges. Ce phénomène révèle une importante érosion de la partie qui domine ce site probablement lié à l’agriculture. Cette hypothèse est corroborée par les vestiges de labours des anciennes parcelles laniérées qui ont la même orientation que la plus forte pente du terrain. Les colluvions ont eu pour effet de corriger le profil d’origine par l’accumulation de limons en bas de pente.

4La première phase présente une zone d’habitat juxtaposée à une zone de culture. Plusieurs fosses d’implantation de poteaux ont été mises au jour, qui correspondent à l’emplacement des poteaux entrant dans la construction de bâtiments. En raison de l’étroitesse des sondages, les plans de ces bâtiments n’ont pu être relevés. Ces bâtiments semblent souvent marqués par la présence d’une couche de limons brun foncé, charbonneux, mêlée à de nombreux cailloux et artefacts. Des fonds de cabane ainsi comblés ont également été observés. Plusieurs fosses apparemment remplies de limons ont été découvertes. L’une d’elle, coupée à la pelle mécanique, s’est révélée être un silo.

5Une grosse fosse sub-quadrangulaire, au remplissage charbonneux incluant de très nombreux cailloux rubéfiés, a également été fouillée. Cette structure était peu profonde et à fond concave. Aucune trace de rubéfaction alentour n’a été repérée. Il peut s’agir d’une fosse de rejets de foyer ou d’un petit four effondré.

6Une autre structure est assimilable à un puits. D’abord taillée dans les marnes calcaires sur 2 m, elle perce ensuite un banc de calcaire. Le fond n’a pas été atteint, ce malgré une profondeur de 2,6 m. Le remplissage homogène, constitué de marnes calcaires, laisse penser qu’après récupération des matériaux constitutifs de la construction du puits, son comblement a été rapide. D’où provient le calcaire ayant servi de remblai ? S’il vient du creusement du puits, cela signifierait un rebouchage effectué dans la foulée du creusement. Dans ce cas, le puits pourrait être interprété comme un essai avorté de recherche d’eau, ou alors comme un puits de mine rebouché sitôt achevée l’exploitation des matériaux. L’apparition relativement rapide de l’eau dans le sondage (vers 2,5 m) invite à considérer la première hypothèse comme plus vraisemblable.

7Plusieurs fossés ont également été découverts. Ils constituent trois groupes : les fossés rectilignes et en U, à fonction incertaine, et les fossés linéaires, vestiges d’un parcellaire agricole laniéré. Les premiers peuvent avoir servi pour le drainage ou encore témoigner de la présence d’une sablière basse entrant dans la construction de bâtiment. Des fossés en U similaires ont été dégagés sur le site altimédiéval des Trois Domaines à Mondrecourt. Leur caractéristique est une forme en U dont les extrémités libres des branches latérales sont orientées dans le sens de la pente descendante. À Demange-aux-Eaux, l’importante largeur et la faible profondeur de la partie centrale du U, ainsi que la différence de hauteur entre les parties les plus hautes et les plus basses, suggèrent qu’il s’agit de fossés destinés à drainer l’eau peut-être autour d’un habitat. Il faut donc les distinguer des fossés dont la fonction est de délimiter une propriété.

8Les fossés parcellaires, peu espacés, ne sont pas des tranchées creusées mais résultent du remontage des terres vers le centre de chaque parcelle. Ces champs laniérés, encore visibles sur le cadastre napoléonien, sont d’ordinaire attribués aux périodes médiévale et moderne. Ce diagnostic fournit un élément intéressant concernant la datation de ces structures. En effet, le plan montre qu’elles n’apparaissent que dans la partie est du site, par opposition à toutes les autres structures mises au jour et relatives à l’habitat proprement dit. Cette nette démarcation semble attester la division du terroir en deux activités (habitat/culture) pour une même occupation chronologique, comme à Vitry-sur-Orne.

9Postérieurement au haut Moyen Âge, un axe de circulation E-O est venu sceller les colluvions et les structures liées à l’occupation mérovingienne à une époque indéterminée, faute d’éléments datants. Plusieurs fragments de tuiles et des résidus vitrifiés de fours y ont néanmoins été découverts. Cet axe de circulation est perpendiculaire à la voie actuelle dite Voie des Potiers, présente sur le cadastre napoléonien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Vermard, « Demange-aux-Eaux (Meuse). La Voie des Potiers », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 174-175.

Référence électronique

Laurent Vermard, « Demange-aux-Eaux (Meuse). La Voie des Potiers » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 11 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22544

Haut de page

Auteur

Laurent Vermard

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laurent Vermard

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals