Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Sites fouillés

Dijon (Côte-d’Or). Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie

Responsable d’opération : Claudine Munier
p. 175

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1La restructuration du musée de Dijon, installé dans l’aile orientale du palais des ducs de Bourgogne, a entraîné la réalisation de quatre sondages archéologiques (réduits en raison de contraintes techniques), creusés à 2 m de profondeur au droit des bâtiments : trois dans la cour de Bar et un dans l’actuel square à l’extérieur du palais, à l’emplacement des anciens jardins (sondage 1). Ce dernier est accolé au Logis du Roi, daté du xve s. Le mobilier découvert dans les remblais comblant la tranchée de construction de ce bâtiment a livré quelques fragments de céramique et des éléments de carreaux de sols glaçurés attribués au bas Moyen Âge. Un contrefort, sans doute édifié au xviiie s. avant d’être écrêté au xixe s., a été partiellement observé contre la maçonnerie médiévale. Sur la façade ouest de la cour de Bar, deux sondages ont été réalisés : le sondage 2, creusé au droit d’un bâtiment daté du début du xviiie s., n’a livré que quelques éléments mobiliers de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne. Le sondage 3 se trouve à l’emplacement de la tranchée de construction du bâtiment SO, daté de la fin du xviiie s. Celle-ci a perturbé des niveaux antiques : les remblais ont livré plus de 300 fragments de céramique antique, contre 28 fragments de céramique médiévale ou moderne. La céramique fine gallo-romaine présente une proportion importante de sigillée de production homogène datée de 60 apr. J.-C., attestant la présence d’une occupation du Haut-Empire encore mal cernée à Dijon.

2Le sondage 4, percé au pied de la tour de Bar construite en 1365, a été beaucoup plus riche en structures anciennes et a permis de retracer l’évolution du secteur depuis le Bas-Empire. D’après les archives, les fondations de la tour s’appuieraient contre le mur du castrum. La profondeur du sondage n’a pas permis d’atteindre d’éventuels niveaux antérieurs au castrum, mais l’Antiquité tardive est bien représentée par plusieurs aménagements d’une voie peut-être encore en activité au début du haut Moyen Âge. Divers remblais allant de la période mérovingienne jusqu’au début du bas Moyen Âge marquent l’abandon de cette voie et la transformation du secteur, sans doute en liaison avec l’installation d’une résidence seigneuriale, puis du palais. Les niveaux contemporains de la construction de la tour ont disparu lors des remaniements de la cour à la période moderne.

3Deux maçonneries modernes recoupent ensuite les niveaux médiévaux, un premier mur perpendiculaire au mur sud de la tour de Bar, et un autre, qui s’appuie dessus, parallèlement. Ce dernier limite un passage couvert vers la Sainte-Chapelle attenante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Munier, « Dijon (Côte-d’Or). Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 175.

Référence électronique

Claudine Munier, « Dijon (Côte-d’Or). Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22556

Haut de page

Auteur

Claudine Munier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Claudine Munier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals