Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Sites fouillés

Loupiac (Gironde). Saint-Romain

Responsable d’opération : Jérôme Marian
p. 182-183

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Faisant suite à la fouille des différentes pièces de la pars urbana de la villa de Loupiac, la recherche a porté sur les pièces des secteurs 1, 4, 5 et 9 de l’aile SO de la galerie du péristyle, incluant l’étude architecturale des murs avoisinant le chevet plat du prieuré de Saint-Romain, au SE de la villa, et une fouille extensive de la partie NO de la villa, effectuée sur 180 m2. Cette extension a permis de dégager complètement les trois pièces déjà observées et de mettre au jour deux nouveaux espaces, la galerie SE du péristyle et l’aile SE du bassin d’agrément, avec deux sépultures.

2L’aile SE du péristyle comprend une succession de sept salles. L’examen des sols permet d’observer des constructions en opus signinum, en béton de tuileau, des mosaïques en opus tessellatum (avec notamment des éléments décoratifs de l’école d’Aquitaine, datés entre la fin du ive et le début du ve s. apr. J.-C). Ces sols sont perturbés par de nombreuses fosses et trous de poteau témoignant d’occupations tardives non datées pour l’instant. L’étude de la céramique permet d’avancer une phase d’abandon entre les vie et viie s. apr. J.-C. La villa connaît donc une phase d’abandon généralisée non seulement dans les ailes SE et SO du péristyle, mais aussi dans le bassin d’agrément du péristyle entre les vie et viie s. apr. J.-C.

3Le dégagement du remblai de nivellement a permis de mettre au jour au NNE, à la limite de la nouvelle emprise de la fouille, deux sépultures maçonnées et en bon état de conservation. Les défunts ont les bras croisés sur le bassin et sont orientés SO-NE, en position allongée dorsale. Les sépultures sont donc postérieures au remblai de nivellement, soit entre les vie et viie s. apr. J.-C., et elles seraient liées au prieuré du xiie s.

4La fouille des remblais dans la salle de réception (secteur 4) a permis de prélever 2 242 fragments d’enduit peint et d’observer une cloison en pierre, liée au mortier, décorée d’une plinthe blanche mouchetée de noir, de vert foncé et de rose saumon. La fouille de cette pièce n’a livré aucun sol apparent, seulement une succession de remblais. Le substrat ayant été atteint et les enduits peints ayant été prélevés, la fouille de cette pièce se termine donc cette année.

5Dans la salle de réception semi-circulaire (secteur 5), le remblai a été complètement fouillé, permettant de resserrer sa fourchette chronologique. La céramique permet d’avancer une datation comprise entre la seconde moitié du ier et la première moitié du iie s. Son dégagement a mis au jour un sol limoneux à base de cailloux sur lequel repose une recharge de remblai et une fondation de sol construit en mortier. Deux phases d’occupation ont été repérées : la première marquée par le sol limoneux, comblé entre la seconde moitié du ier s. et la première moitié du iie s. par le remblai sur lequel est installé le sol de terre rubéfiée, concrétisé par des tessons, qui correspond à la seconde phase d’occupation.

6La galerie SO du péristyle reçoit, dans une première phase d’occupation, un sol construit en mortier, non daté. Une seconde vient le recouvrir qui se caractérise par une fondation de sol construit en mortier très fragmentaire et par une recharge de remblai de sable. Une troisième phase d’occupation est caractérisée par un remblai de limon sableux, daté du ve s. apr. J.-C., qui noie complètement cette seconde phase et reçoit un sol construit en béton de tuileau. Cette troisième phase est comparable à celle observée dans la galerie SE.

7Dans le secteur du bassin d’agrément du péristyle de la villa, le dégagement du remblai de destruction a mis au jour deux remblais de destruction successifs et deux aménagements sur le mur : un sol construit en béton de tuileau et un seuil. Le remblai de destruction serait similaire à ceux dégagés dans l’aile SO. Leur datation se situe entre la fin du iie et le iiie s. Il reste à resserrer la fourchette chronologique de l’aile SO de la galerie et à confirmer l’abandon du bassin.

Loupiac. Saint-Romain.

Loupiac. Saint-Romain.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Loupiac. Saint-Romain.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/22644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Marian, « Loupiac (Gironde). Saint-Romain », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 182-183.

Référence électronique

Jérôme Marian, « Loupiac (Gironde). Saint-Romain » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22644

Haut de page

Responsable d’opération

Jérôme Marian

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals