Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Sites fouillés

Rochelle (La) (Charente-Maritime). 9, rue Alcide d’Orbigny

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 192

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Une évaluation a concerné un espace situé dans une zone très sensible et susceptible de livrer de précieuses informations concernant l’urbanisation de cet îlot depuis le xiie s. Par ailleurs, quelques indices d’une occupation antique avaient été observés lors d’une précédente opération archéologique réalisée à l’ouest du projet (place Cacaud).

2Deux espaces semblent se distinguer à l’issue du diagnostic. Le premier a été très partiellement étudié aux abords de l’actuelle rue Alcide d’Orbigny. Il consiste en une succession de cinq niveaux de circulation depuis la période médiévale (xiiie s.) jusqu’à la période moderne (xviiie s.). Trois d’entre eux sont pavés. Le premier niveau de circulation paraît contemporain d’une maçonnerie orientée E-O, à l’instar de l’actuelle rue Alcide d’Orbigny. Cette occupation est assise sur une première installation, a priori résiduelle, observée au contact du substrat calcaire. L’ensemble est scellé par des remblais de démolition liés à la construction des bâtiments actuels (courant xixe s.).

3Le deuxième type d’occupation a été observé à l’arrière des bâtiments actuels de l’école (cour de l’école, jardin du Carmel), avec une première installation mise au jour tant sur le sommet du substrat rocheux que sur le calcaire détritique remanié. Elle apparaît pour la période médiévale et semble précédée par un décapage général de cette surface puisque le paléosol n’a pu être observé que très ponctuellement. Cet événement peut être lié à l’activité d’extraction des matériaux qui apparaît très régulièrement dans les six tranchées de diagnostic. Les niveaux d’occupation ponctuellement découverts présentent généralement des zones de foyers localisés auxquels sont associés des dépôts détritiques composés de nombreux coquillages. L’espace semble cloisonné par des maçonneries. Toutefois, aucune forme d’habitat n’a pu être observée pour cette période (xiiie s.).

4Cette première installation sur le plateau paraît scellée par des niveaux de jardin ayant nécessité un apport de sédiments très important. Ce jardin est régulièrement perturbé par des creusements divers et quelques aménagements sont perceptibles (allées, murets de clôture…). Si cette absence d’urbanisation semble se prolonger jusqu’à nos jours pour l’ancien jardin des Carmes, l’espace situé à l’emplacement de la cour d’école connaît une urbanisation légère, probablement un bâtiment ouvert (hangar). Une cour pavée paraît avoir été aménagée aux abords de ce bâtiment. Elle a été perturbée par des aménagements récents (vide sanitaire) partiellement condamnés lors de la pose du goudron. Par ailleurs, la présence éparse d’indices révélant une occupation plus ancienne (viiie-ixe s.) sur la partie NE de l’emprise est relativement inédite pour la ville de La Rochelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). 9, rue Alcide d’Orbigny », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 192.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). 9, rue Alcide d’Orbigny » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22780

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals