Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Sites fouillés

Rouen (Seine-Maritime). Les Terrasses des Capucins

Responsable d’opération : Thomas Guérin
p. 193

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1Les « Terrasses des Capucins » sont un monument qui a longtemps été considéré comme l’un des vestiges les plus impressionnants de l’enceinte fortifiée de Rouen. Situé dans la partie septentrionale de l’enclos urbain de la fin du Moyen Âge, il s’agissait d’un important massif maçonné en grand appareil calcaire s’élevant à plus de 16,30 m au-dessus du niveau de la chaussée contemporaine et soutenant un important remblai de terre côté ville. Le sommet du monument était occupé par un petit oratoire de style néo-classique. En février 2006, une partie des maçonneries s’est effondrée, déstabilisant le monument. Une étude architecturale a été prescrite afin de mesurer le risque archéologique lié à son démontage partiel. Pour des raisons de sécurité, la majeure partie des investigations furent menées sans contact direct avec l’édifice, au moyen de relevés laser ou de dessins pierre à pierre par photo-redressement.

2Au terme de l’opération, l’appartenance du monument aux fortifications rouennaises de la fin du xve s. a pu être remise en question. Il est apparu que l’édifice se situait en réalité à plus de 10 m en arrière du front des remparts urbains. L’ensemble a vraisemblablement été bâti dans la première moitié du xviiie s., à l’occasion du raccordement de la voirie intra-muros aux promenades des boulevards périphériques, ce qui nécessitait le percement de la fortification des xve et xvie s. Le massif en grand appareil était donc destiné à soutenir, parallèlement à la chaussée, les remblais des terrasses d’artillerie et des rampes d’accès aménagées en gradins successifs derrière le front de la muraille de pierre. En outre, l’épaisseur de remblais observée en coupe a démontré que ceux-ci avaient été fortement perturbés durant le dernier tiers du xxe s. (présence pêle-mêle de gaines de câbles électriques et de résidus de ciment gris). Les données collectées durant l’étude du monument ont par conséquent permis de rectifier le tracé de cette portion des fortifications urbaines de Rouen et d’envisager le démontage des parties supérieures de l’ensemble, maçonneries et terrassement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Guérin, « Rouen (Seine-Maritime). Les Terrasses des Capucins », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 193.

Référence électronique

Thomas Guérin, « Rouen (Seine-Maritime). Les Terrasses des Capucins » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22788

Haut de page

Auteur

Thomas Guérin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Thomas Guérin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals