Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2007
I. – Constructions et habitats civils - environnement rural et urbain
I 1. – Sites fouillés

Villepinte (Seine-Saint-Denis). Route de Tremblay – avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny

Responsable d’opération : Élodie Perugini
p. 201-202

Entrées d’index

Année de l'opération :

2007
Haut de page

Texte intégral

1La plupart des structures fouillées lors de ce diagnostic (fonds de cabane, silos, fossés) sont datables du haut Moyen Âge et des xie-xiie s. Les deux fonds de cabane partiellement mis au jour s’intègrent tout à fait dans la typologie de ceux déjà étudiés à Tremblay-en-France. Il s’agit de fonds de cabane ayant des poteaux d’angles et des fosses d’ancrage de forme ovale situées dans l’axe médian, liés probablement à l’installation d’un métier à tisser.

2En tout, seize trous de poteau ont été identifiés, dont cinq dans les fonds de cabane. En ce qui concerne les dimensions, ceux du xiie s. ont majoritairement un diamètre de 0,4 m ; ceux du xie s. varient entre 0,3 et 0,5 m de diamètre.

3Quatre silos ont été fouillés, dont trois ont livré du mobilier du xe s., principalement des scories, et le quatrième du mobilier daté du xie-début xiie s. Le comblement de ces silos semble être en relation avec un artisanat de la métallurgie.

4Six fossés ont été en partie fouillés, et leur remplissage permet de les dater vers la fin du haut Moyen Âge. Dans une des tranchées, des structures plus tardives ont été découvertes. Il s’agit de fossés parcellaires très arasés, distants d’environ 5 m et présentant un comblement des xiiie-xve s. Une autre tranchée a permis de recueillir de nombreuses scories modernes liées probablement à une volonté d’assainissement d’une partie du terrain.

5À cela s’ajoute un ensemble funéraire : deux inhumations primaires qui semblent correspondre à des sépultures isolées telles que l’on en retrouve fréquemment pour le haut Moyen Âge et un ensemble funéraire observé au sud de l’emprise. Quatre individus ont été en partie dégagés, dans des sépultures primaires individuelles. La densité des inhumations et les relations stratigraphiques permettent d’envisager la présence d’une centaine de sépultures. En l’absence de mobilier associé, aucune datation ne peut être proposée.

Villepinte. Route de Tremblay, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny.

Villepinte. Route de Tremblay, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Villepinte. Route de Tremblay, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/22900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élodie Perugini, « Villepinte (Seine-Saint-Denis). Route de Tremblay – avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 201-202.

Référence électronique

Élodie Perugini, « Villepinte (Seine-Saint-Denis). Route de Tremblay – avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22900

Haut de page

Auteur

Élodie Perugini

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Élodie Perugini

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals