Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie : évolution des techniques et des structures de charpenterie aux xiie-xiiie siècles

Jean-Yves Hunot
p. 317-320
Référence(s) :

Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie : évolution des techniques et des structures de charpenterie aux xiie-xiiie siècles, Publications du CRAHM, Caen, 2007, 613 p., 614 illustrations en noir et en couleur, ISBN : 978-2-902685-39-4, prix : 47,70 €

Texte intégral

1L’archéologie du bâti connaît depuis quelques années un engouement et un développement dans de nombreuses régions mais reste généralement cantonnée aux parties maçonnées. Malgré quelques approches telles celles présentées dans les colloques sur « le bois dans l’architecture », abordant « le bois dans le château » ou encore l’examen des façades en pan-de-bois souvent regardées par leur seule organisation, la charpente reste encore un parent pauvre au sein de l’histoire de l’architecture et des techniques de construction. Cet imposant ouvrage dépasse la simple publication de la thèse de Frédéric Épaud, soutenue en 2002 et faisant suite à sa maîtrise en 1997 sur la charpente de la cathédrale de Rouen, car la majorité des structures présentées ont pu faire l’objet d’une datation dendrochronologique.

2Le tableau, exposé ici, répond au cadre de la définition proposée dans l’Encyclopédie des métiers des Compagnons du Devoir ; tout ensemble de bois composant l’ossature de constructions fixes et mobiles, définitives ou non et destinées à soutenir des surfaces appartient à la charpente. Ainsi le champ de cette étude dépasse les seuls combles et croupes pour évoquer également les beffrois, les granges et halles ainsi que les pans-de-bois et les chaînages dans les maçonneries. La fenêtre chronologique choisie couvre les xiie et xiiie siècles à un moment clef de l’architecture médiévale : l’avènement du gothique. Ce travail est établi sur un corpus de quarante-neuf structures réparties sur trente sites de Haute et Basse-Normandie qui constituent l’essentiel des charpentes antérieures au xive siècle connues lors de la réalisation de cette étude. On note à ce propos leur absence à l’ouest de Bayeux et au nord de Rouen, hormis Fécamp.

3L’ouvrage se divise en deux grandes sections dont la première se subdivise en trois parties qui sont le reflet de la méthode d’analyse employée, appuyée sur un véritable regard archéologique. Le relevé des structures s’accompagne d’une analyse critique destinée à mettre en évidence les phases de construction au sein des charpentes et leur liaison avec les bâtiments, les reprises, les éléments en réemploi ainsi que l’enregistrement des indices de mise en œuvre : assemblages, trace d’outils, marques, traces ­d’établissage, etc. Ces relevés et surtout l’analyse les accompagnant apparaissent un préalable nécessaire avant les datations dendrochronologiques.

4La première partie, écrite en collaboration avec Vincent Bernard et Yannick Le Digol, souligne l’intérêt de la dendro­chronologie qui, au-delà de la simple datation, permet d’aborder la gestion sylvicole par la mesure des largeurs de cernes, les modes de débitage, la morphologie des bois et, en y associant les observations faites sur les structures, la reconstitution des étapes amenant de l’arbre au chantier. C’est ainsi que sur les 49 charpentes appartenant à 30 sites différents, 40 ont bénéficié d’une datation dendrochronologique. C’est un point important au regard des connaissances antérieures qui auraient attribué aux xve et xvie siècles des charpentes du xiiie siècle comme celles de l’abbatiale de Fécamp. En effet, le recours aux textes n’a pu servir à dater précisément une charpente mais a seulement contribué à orienter vers une fourchette chronologique.

5Le chêne, qui entre comme seul constituant de ces charpentes, est employé sous forme de bois de brin uniquement, si l’on excepte le cas particulier du bras sud du transept de la cathédrale de Bayeux (1223-1226) où quelques bois ont été débités à la scie. Les billes sont mises en forme par un simple équarrissage après avoir été sélectionnées au plus près des mesures de la pièce à façonner. L’estimation du nombre de grumes et de leur section souligne la forte représentation d’un même diamètre. Sur la cathédrale de Lisieux (1183-1208), la charpente à chevrons-formant-fermes a consommé 937 grumes dont 97 % ont un diamètre de 20 à 22 cm. Des proportions équivalentes ont été notées pour la cathédrale de Rouen (1227-1232). Dans le cas des charpentes à fermes et à pannes, le moindre nombre de grumes consommées est tempéré par leur plus forte section : en moyenne 30 cm. L’estimation des surfaces forestières nécessaires reste entachée de nombreux facteurs tels que l’intensité du pâturage, la densité ou les conditions de station. En se référant à des abaques actuels, considérés comme un optimum pour la période médiévale, la surface nécessaire à la réalisation de la charpente de la cathédrale de Lisieux varie, suivant le mode de gestion forestière, de 33 à 47 ha qui ont été abattus au rythme des phases de construction sur environ 23 ans. Pour nombre de sites présentés dans cet ouvrage, comme l’abbatiale de Fécamp (1217-1223), les bois relativement jeunes, 60 à 80 ans, sont issus de la régénération de futaie après une coupe à blanc. À Saint-Georges de Boscherville, les bois de la phase ancienne (1112-1123) sont issus d’une futaie âgée alors que ceux utilisés pour la reconstruction (1124-1127) proviennent de sa régénération. Les bois employés sont relativement rectilignes même si quelques pièces présentent de l’aubier sur les arêtes. Ce n’est pas le cas du déambulatoire de la cathédrale de Bayeux (1224-1225) qui comporte des bois tors issus d’un milieu forestier ouvert. Dans le beffroi à cloches de Bayeux (vers 1194), les bois ont subi des émondages répétés. Ce choix serait dû à leur meilleure résistance mécanique. Par ailleurs, à l’église de Sainte-Marie-aux-Anglais (vers 1144) c’est leur forme qui a été le critère retenu : les entraits sont confectionnés à partir de bois naturellement courbes pour passer au-dessus de la voûte. Dans tous les cas, le chêne est employé vert après un abattage au cours de la période de repos végétatif. Le stockage des bois reste anecdotique comme sur le bras nord du transept de Bayeux où des bois coupés en 1218, reliquats d’un chantier, sont utilisés en 1250. De même pour les réemplois, si l’on excepte la nef de la cathédrale de Rouen ou la porterie de la commanderie de Chanu (bois de 1170-1209 remployés vers 1197-1214), ils seront plus présents dans les charpentes plus tardives. L’absence de marque de flottage ou d’usure liées au transport amène Frédéric Épaud à proposer l’hypothèse d’un transport préalable à l’équarrissage, cette opération se faisant sur l’aire de travail du charpentier, à proximité du lieu d’édification.

6Faisant suite à l’évocation du matériau et de ses sources, la seconde partie nous restitue les différentes étapes qui, après l’abattage, vont aboutir à la charpente. Pour ce faire, l’auteur a confronté ses observations de terrain à des données historiques et ethnographiques pour retrouver les gestes et les procédés. Ainsi les grumes de chêne sont équarries à la hache : après avoir réalisé des entailles à espace régulier jusqu’à la profondeur souhaitée, de grands éclats sont soulevés. L’herminette n’est pas employée. L’usage de la scie reste ponctuel, ainsi, quelques bois du déambulatoire de la cathédrale de Bayeux portent les traces sur une seule face. De même le fendage, utilisé pour mettre à la section désirée des grumes de forte section, n’a été constaté que sur la commanderie de Chanu (1183-1192). Les bois sont ensuite lignés avant la présentation sur l’épure pour la taille des assemblages. Ce lignage, fait au cordeau battu enduit de noir, peut être à trait unique latéral pour matérialiser le fond des entailles des assemblages à mi-bois, axial ou double pour positionner les mortaises et tenons voire, plus rarement, matérialisé par trois lignes. Le premier aura tendance à disparaître assez tôt tandis que le double trait est le plus courant au xiiie siècle. Une fois préparées, les pièces équarries sont posées sur l’épure. Cette dernière, transposition au sol d’un tracé préparatoire, reste assez élémentaire, surtout pour les charpentes sans contreventement longitudinal. Les croupes sont composées de demi-fermes calquées sur les fermes. Dans le cas du beffroi à cloches de la cathédrale de Bayeux (vers 1194), chaque pan présente un dessin propre. L’auteur a pu ainsi restituer des tracés préparatoires, qualifiés de tracés régulateurs, qui suivent deux principes distincts. Le premier, mis en évidence, entre autres, sur l’église de Neuf-Marché (1127-1133), sur la cathédrale de Lisieux (1183-1206) ou encore sur la façade de la maison du 6, rue Saint-Amand à Rouen (1248-1270), est basé sur un carroyage orthogonal ou losangique. Les différents combles de la cathédrale de Lisieux ont été réalisés avec le même tracé bien qu’ils soient réalisés sur plus de vingt ans. Cette technique d’épure romane est abandonnée pour un repérage des points par des arcs de cercle en utilisant une mesure et des sous-multiples. Si ce nouveau procédé est moins perméable, il autorise une plus grande diversité de structures et simplifie sa transcription grandeur nature sur l’aire de travail. La localisation de cette dernière est logiquement au pied de l’édifice mais rien ne le confirme ; il faut attendre la fin du Moyen Âge pour qu’apparaissent les premières mentions en milieu urbain. La chambre aux traits dans le comble de la salle du Trésor de Bayeux (1224-1225), si elle a servi à des dessins préparatoires ou à des travaux de faible ampleur, n’a pu permettre la réalisation des grandes charpentes. Après les différentes opérations de taille, le charpentier procède au marquage des pièces, qui permet leur localisation lors du levage. Ces marques sont portées à proximité des assemblages et plus rarement dans l’assemblage comme au dortoir de l’abbaye de Bonport (Pont-de-l’Arche, 1221). Deux systèmes transparaissent dont le plus ancien, dit libre ou semi-gradué, a été relevé sur les charpentes romanes. Sur la nef de Boscherville (1120-1130), les séries de signes qui sont parfois très divers ne dépassent pas quatre. Ainsi, sur la grange du Val-de-la-Haye (1216-1220), les signes ne servent qu’à identifier une pièce au sein d’une ferme et chaque ferme a le sien propre. Le second système qui apparaît dans la seconde moitié du xiie siècle devient gradué, soit par une série de bâtonnets, soit avec le symbole V pour le 5 et le X pour le 10. Ce dernier principe s’est très vite répandu et perdure encore. Le principe d’une numérotation des fermes se développe parallèlement aux charpentes tramées. Il se décline dans les charpentes à chevrons-formant-fermes en une série continue ou, comme au manoir Saint-Amand de Boos (milieu du xiiie siècle), en deux séries : l’une pour les fermes principales, l’autre pour les fermes secondaires. Ces marques peuvent être matérialisées au moyen d’une entaille faite au ciseau, d’une griffure au traceret, à la rouanne pour les cercles, sous forme d’encoche sur l’arête et surtout à la rainette. Ce marquage aide à comprendre l’organisation du chantier comme à Rouen sur la nef de la cathédrale (1227-1232) où plusieurs séries indiquent un levage de la charpente en tranches liées, en toute probabilité, à l’approvisionnement en bois. En s’aidant des marques, du sens de chevillage, des engins subsistant ainsi que d’une iconographie ancienne, l’auteur restitue les difficultés ainsi que le déroulement du levage ; cette dernière étape précédant la mise en place des matériaux de couverture.

7La fonction première d’une charpente est de porter une couverture qui influence, dans une certaine mesure, la structure. Les matériaux végétaux, chaume ou essentes, ont sans doute été les plus fréquemment employés. Seule la grange de Heurteauville (1237-1243) est encore couverte de chaume. L’ardoise, provenant du Massif armoricain, est attestée au xiiie siècle à Bayeux, mais son développement date du xive siècle. Les vestiges attestent une pose à pureau décroissant avec une fixation par cheville et joint de mortier. La tuile plate glaçurée est employée sur la nef de Lisieux (1183). La tuile est également utilisée à Rouen dès 1265 avec une fixation au crochet ou par des chevilles, mais son expansion se fait au xive siècle. Enfin, les sources textuelles indiquent une couverture en plomb sur la nef de l’abbatiale de Fécamp en 1110. Des témoins montrent son emploi pour couvrir la nef de Rouen dans les années 1200 sous la forme de plaques verticales de 2 x 0,6 m clouées sur un voligeage.

8Après avoir traité du matériau et des étapes nécessaires à la fabrication des charpentes, la troisième partie est plus particulièrement consacrée à leur évolution architecturale. Deux grands ensembles, découlant de principes très différents, ressortent de cette analyse : la charpente dite romane à laquelle succédera la charpente qualifiée de gothique. La charpente romane, dont les exemples présentés dans cette étude sont tous datés du xiie siècle et dont des exemples plus anciens sont connus au nord du Massif Central jusqu’en Belgique, répond à plusieurs critères. La structure à chevrons-formant-fermes se compose de fermes indépendantes toutes identiques et pourvues d’un entrait. Le réseau interne de raidisseurs reporte les charges sur l’entrait. Leur espacement d’environ 1 m induit une répartition des charges homogène sur la longueur des murs. La pente de toit, en moyenne de 44°, va progressivement augmenter pour avoisiner 52° à la fin du xiie siècle. Dans les plus anciennes, l’assemblage à mi-bois en demi-queue d’aronde, qui est le seul utilisé dans la première moitié du xiie siècle, va être ensuite doté d’un ergot au milieu du xiie siècle. Au même moment, l’assemblage à tenon et mortaise apparaît mais reste réservé au pied de chevron. Il se caractérise par une mortaise carrée peu profonde et l’absence de cheville. Les entraits sont bloqués sur les sablières par une simple languette. Pour compenser la transmission des charges sur l’entrait dans ces charpentes, ce dernier présente une forte section souvent rectangulaire : pour le chœur de l’église de Neuf-Marché (1127-1133), l’entrait mesure 26 x 17 cm tandis que les autres bois ont une section de 10 x 11 cm. L’église de Neuf-Marché ou l’état ancien de l’église Saint-Georges à Saint-Martin-de-Boscherville (1120-1130) sont des exemples caractéristiques de ces charpentes romanes. La première, avec deux poteaux et un faux-entrait que complètent deux jambes de forces obliques, est représentative des épures basées sur une maille orthogonale. La seconde est encore plus sobre avec deux potelets et un faux-entrait très haut. L’état ancien de la nef de la cathédrale de Rouen (1195) montre un aboutissement avec une triangulation par le biais d’un poinçon et du réseau secondaire. Ces charpentes étaient masquées au regard par un plafond, dont seules subsistent les rainures d’insertion du lattis hourdé, comme par exemple sur la chapelle Saint-Lazare de Gisors (1224), l’abbatiale de Boscherville (1112-1130) ou l’église Saint-Maurice à Gaillefontaine. Aucun couvrement de bois n’a été observé en Normandie pour cette période.

9Avant l’abandon progressif de la charpente romane dans la seconde moitié du xiie siècle, un système différent apparaît dès le milieu de ce siècle : la charpente gothique. Les deux modes constructifs vont cohabiter durant plus d’un demi-siècle. Aucune forme de transition ne permet trouver une filiation entre les deux principes. La gestation de la charpente gothique semble à mettre en liaison avec la nouvelle architecture qui tend à concentrer les charges sur des supports et libérer les murs pour créer des ouvertures. Ainsi, la charpente gothique n’est plus la juxtaposition de fermes identiques mais constitue des structures tramées. Seules les fermes principales, espacées de 4 à 6 m, sont dotées d’un entrait. Dans les travées ainsi formées, des fermes secondaires sont régulièrement réparties. Il existe toutefois quelques exceptions ; des charpentes non tramées ont été relevées sur la maison rue Malpalu à Rouen (fin du xiie siècle-début du xiiie siècle) ou à la commanderie templière de Voismer (2e moitié du xiie siècle) en raison d’une voûte. Le rythme des travées peut être parfaitement adapté au voûtement comme à la chapelle Notre-Dame-du-Temple de Chanu (1183-1192). Dans ces premières charpentes à chevrons-formant-fermes tramées, il n’y a pas de contreventement longitudinal comme pour les charpentes romanes. Les versants, qui se sont redressés au cours du xiie siècle, vont progressivement passer de 52° à 60° à la fin du xiiie siècle. Les fermes secondaires sont plus rapprochées avec un entraxe moyen de 62 cm qui masque une variabilité avec guère plus de 53,5 cm dans la maison de l’impasse Prud’homme à Bayeux (1225-1226) contre 73 cm à Sainte-Marie-aux-Anglais (vers 1144). La demi-queue d’aronde de l’assemblage à mi-bois laisse place à un simple ergot dont l’utilisation, réservée aux pièces secondaires, disparaît en même temps que l’emploi des écharpes vers 1250. L’assemblage à tenon et mortaise devient de plus en plus présent. L’embrèvement simple apparaît avec la charpente voûtée autorisant l’insertion des jambettes et les aisseliers après la mise en place des éléments essentiels de la structure. Toutefois, on note une adaptation du tenon-mortaise à la base de certains poinçons où le tenon en demi-queue d’aronde, bloqué par un rossignol, permet de reprendre les efforts de traction. Avec ces charpentes gothiques apparaît la charpente voûtée de profil polygonal, en plein cintre ou en arc brisé qui, pour l’auteur, est une solution technique face aux ressources locales et non une « voûte du pauvre ». Dans ces charpentes gothiques, des écharpes, destinées à reporter les charges vers les murs, sont installées. L’entrait de forte section dans la charpente romane le reste dans les premiers temps comme à Lisieux sur la nef (1182-1183). Pour limiter sa section et son fléchissement, les charpentiers tentent très tôt, dès le milieu du xiie siècle, de le suspendre au milieu. Ces faux-poinçons perdurent encore au début du xiiie siècle comme à Bayeux (1224-1225). Des fermes parfaitement triangulées sont déjà connues depuis la fin du xiie siècle telle celle la nef de Rouen (1195). Jusqu’au début du siècle suivant, toutes les structures sont dépourvues de pièces longitudinales. À Gisors, en 1224, les poteaux des fermes principales reliés en tête par des liernes sont censés reporter les charges sur les fermes principales, ce dispositif se retrouve au sein du comble de la nef de Rouen (1227-1232). Ces liernes, dans le second quart du xiie siècle, vont passer au-dessus des faux-entraits et des liens obliques les contreventent. La chapelle de la Vierge de la cathédrale de Rouen (1315-1316) est un témoin de l’apparition de la faîtière dans les premières décennies du xive siècle dans les charpentes à chevrons-formant-fermes.

10Dans un second volet du chapitre consacré à la charpente gothique, Frédéric Épaud aborde la question posée par les pannes et leur origine, genèse régionale ou héritage antique ? Les premières pannes sont introduites dans les charpentes à chevrons-formant-fermes des granges de la commanderie Sainte-Vaubourg (1216-1220), du prieuré Saint-Michel de Crouttes (vers 1222) ou sur les halles de Saint-Pierre-sur-Dives (vers 1220-1230). Posées sur les faux-entraits, et maintenues par des entretoises voire des échantignolles, elles s’accompagnent d’une meilleure triangulation au sein des fermes. À la même période, les premières charpentes à fermes et à pannes sont attestées sur la grange abbatiale de Bonport (1228) ou celle de Heurteauville (1237-1243). Il est difficile de voir un éventuel lien entre ces charpentes et les charpentes à chevrons-formant-fermes dotées de pannes. Ainsi sur la grange de Bonport, la triangulation bien pensée ne se retrouve pas sur les charpentes antérieures. De même, il n’y a aucun élément de filiation avec les charpentes à fermes et à pannes de modèle antique qui auraient perduré dans le sud de la France ou sur de grandes basiliques romaines comme Saint-Paul-hors-les-Murs. Ces formes déjà suffisamment évoluées vont persister en Normandie jusqu’au xviie siècle. Le contreventement y est maîtrisé avec une faîtière et de grands liens. Sans l’apport de la dendrochronologie, ces charpentes médiévales auraient été attribuées au xvie siècle. Il en est de même de ces granges et halles sur poteaux dont la structure diffère de celles notées sur les autres combles contemporains. C’est dans cette partie que la façade en pan-de-bois du logis abbatial Saint-Amand de Rouen (1248-1270) fait l’objet d’un développement. Cette façade, dont la structure à bois long sans encorbellement est organisée suivant une grille orthogonale, est limitée par deux pignons maçonnés. Le troisième niveau est couvert d’une charpente voûtée.

11Au-delà de l’évolution formelle, Frédéric Épaud aborde la question des facteurs d’économie des bois qui ont pu influencer le choix des structures et plus particulièrement entre le système à chevrons-formant-fermes roman puis gothique et celui à fermes et à pannes. La charpente romane utilise une grande part de bois dont le diamètre est d’environ 16 cm contre un moindre nombre de grumes de grosse section. Dans la charpente à chevrons-formant-fermes gothique, la proportion de grosses sections passe de 15 à 4 % tandis que le reste des pièces est obtenu à partir de billes de 22 à 25 cm. La quantité en linéaire de bois consommé pour la réalisation des charpentes à fermes et à pannes varie énormément ; les sections supérieures à 25 cm peuvent atteindre 34 % à la grange de Heurteauville. Ces éléments, comme le souligne l’auteur, incitent à rester prudent quant aux ­déterminismes économiques qui auraient favorisé la diffusion des fermes et pannes. C’est peut-être dans l’environnement forestier où la quantité disponible de bois de même section est moindre qu’il faut trouver l’explication du choix du système constructif.

12Les comparaisons avec l’Angleterre permettent de souligner nombre de points communs entre les charpentes des deux côtés de la Manche au cours des xie, xiie et xiiie siècles. La charpente anglaise va évoluer spécifiquement au xive siècle avec des structures à poteau supportant une lierne et des liens de contreventement placés sur les versants ainsi que par l’utilisation de « cruck » (arbalétrier courbe se prolongeant en poteau). Ces similitudes se retrouvent, à cette période, dans une aire englobant l’Angleterre et le nord de la France en incluant la Belgique.

13Dans la seconde section, constituant plus de la moitié du volume, Frédéric Épaud apporte, avec les monographies détaillées de presque 49 charpentes disséminées sur 27 sites normands, tout l’appareil critique ayant servi à l’analyse développée dans la troisième partie. Très détaillées, comme celles, par exemple, de la cathédrale de Bayeux ou de Fécamp, elles permettent de faire le lien avec l’édifice. Dans cette partie, les études ont été regroupées par grands ensembles architecturaux : églises et chapelles, abbatiales et cathédrales, et les édifices résidentiels ou à vocations économiques. Elles amènent un nouveau regard sur l’histoire propre à chaque édifice. Les formes et les techniques de charpentes se renouvellent, accompagnant l’évolution de l’architecture de pierre gothique.

14Il faut signaler l’abondante iconographie dont bénéficie cet ouvrage. De plus, l’auteur a inclus de nombreuses charpentes d’Île-de France pour la plupart inédites qu’il a pu étudier et citer dans le corps du texte. Ces sites extérieurs à la Normandie ne font pas l’objet de monographies détaillées. Toutefois, ces éléments renforcent la portée de cet exposé.

15Par ailleurs, chaque chapitre débute par une mise en perspective technique permettant au lecteur peu averti sur l’art de la charpenterie de mieux replacer l’intérêt et la portée des données issues de l’étude des charpentes normandes. De plus, un glossaire complète utilement l’ouvrage.

16Si, comme l’écrit Frédéric Épaud, le bilan peut paraître prématuré, il est loin d’être nul ; l’inventaire des charpentes médiévales n’est pas clos et leur étude encore moins. La représentativité du corpus étudié reste en l’état difficile à apprécier, faute d’étude comparable sur le reste du territoire français. Ce travail met en évidence la complexité de cette évolution avec l’apparition précoce des charpentes à fermes et à pannes. Il faut souligner, au-delà des résultats purement typologiques, l’intérêt des méthodes d’analyse développées dans ce cadre. Accompagnée de nombreuses datations dendrochronologiques, cette étude renouvelle l’approche des bâtiments en cernant mieux les étapes de leur chronologie propre. Son apport à l’histoire des techniques et de l’architecture pour cette période en pleine effervescence reste indéniable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Hunot, « Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie : évolution des techniques et des structures de charpenterie aux xiie-xiiie siècles », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 317-320.

Référence électronique

Jean-Yves Hunot, « Frédéric Épaud, De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie : évolution des techniques et des structures de charpenterie aux xiie-xiiie siècles », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22972

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Hunot

Conseil général du Maine-et-Loire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals