Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Henri Galinié (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville. Quarante ans d’archéologie urbaine

Cécile Allinne
p. 321-324
Référence(s) :

Henri Galinié (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville. Quarante ans d’archéologie urbaine, FERACF, Tours, 2007, 440 p. (Supplément à la RACF, 30 ; Recherches sur Tours, n° spécial). ISBN 978-2-913272-15-6, prix : 39 €

Texte intégral

1Tours antique et médiéval est le catalogue de l’exposition du même nom, tenue au château de Tours du 14 octobre 2006 au 18 mars 2007. Le volume présente un bilan de l’archéologie tourangelle depuis 1968, réunissant un impressionnant travail collectif de présentation critique des moyens, des méthodes et des sources, de compilation et enfin d’interprétation des données. L’objectif est de dresser un état des lieux de la recherche (acteurs, méthodes et problématiques actuelles, inventaire des découvertes archéologiques) aboutissant à l’élaboration d’une synthèse sur l’évolution de la ville depuis l’Antiquité jusqu’à la fin du Moyen Âge. Pas moins de 69 auteurs ont apporté, sous forme d’articles, leur contribution à cette monographie, coordonnée par Henri Galinié. Sur le plan formel, le livre, d’un format original quasi carré (26,5 x 24,5 cm), adopte une mise en pages agréable. Un sommaire détaillé guide efficacement le lecteur dans la masse compacte des 159 notices et encarts, répartis en 3 principaux chapitres, qui composent le volume. Chaque grande partie fait par ailleurs l’objet d’un résumé en anglais. On saluera l’insertion astucieuse, sur un rabat rajouté à la couverture, d’un plan de localisation des principaux sites mentionnés qui facilite grandement la lecture. La pertinence et l’excellente qualité des nombreuses illustrations, photographies, plans et restitutions méritent d’être soulignées. Le volume est enfin accompagné d’un CD-Rom, proposant les reconstitutions en 3D animées de 8 édifices antiques et médiévaux, la bibliographie générale de l’ouvrage et un diaporama de l’exposition.

2À la suite des traditionnels préface, préambule et remerciements, un résumé historique et archéologique sert d’introduction à l’ouvrage proprement dit. Henri Galinié y récapitule en trois pages les grandes phases d’évolution de la ville telles qu’elles sont connues par l’archéologie et les sources écrites, du iie s. av. J.-C. à la fin du xvie s.

3Le premier chapitre, intitulé « L’archéologie en actes », propose une historiographie de la recherche archéologique et historique tourangelle, de 1840 à nos jours. Il rassemble 15 articles assez éclectiques, tant du point de vue des sujets traités que du point de vue formel, qui peuvent toutefois être regroupés autour de trois thématiques. Les quatre premiers sont consacrés à la naissance de l’archéologie tourangelle entre 1840 et 1960, structurée autour de la Société Archéologique de Touraine. Les quatre contributions suivantes retracent les étapes de la prise en compte, très progressive, des problématiques archéologiques dans les politiques publiques d’aménagement urbain et de conservation du patrimoine, entre 1919 et nos jours. Interrompue par les destructions engendrées par les deux bombardements de la deuxième guerre mondiale et les nécessités de la reconstruction, l’intégration de la dimension archéologique aux plans d’aménagement et d’urbanisme s’est faite lentement, mais a atteint à l’heure actuelle un point d’équilibre permettant un dialogue constructif entre urbanistes, archéologues et aménageurs. Le bilan de l’histoire de l’archéologie tourangelle s’achève par une chronique consacrée aux principaux organismes acteurs de l’archéologie depuis 1968. Une attention particulière est accordée aux activités du Laboratoire « Archéologie et Territoires » (UMR 6173 CITERES, université de Tours/CNRS), de l’INRAP et du SRA. L’archéologie urbaine est devenue depuis les années 1970 un champ original de la recherche archéologique à Tours. Le dernier groupe d’articles présente les fondements, les méthodes, les acquis et les axes en cours de développement de cette spécialité. Le système d’information géographique ToTopi (« Topographie de Tours Préindustrielle ») est le moteur de ces recherches. Comme tous les SIG, il s’agit à la base d’un outil de classement d’informations, ici celles concernant la nature, l’emprise planimétrique et l’épaisseur naturelle, conservée et fouillée, des dépôts archéologiques du sol urbain de Tours. Ces informations sont exploitées pour permettre une évaluation correcte du potentiel archéologique dans une perspective de protection et de gestion du patrimoine. Ce premier chapitre se clôt par un article rappelant que le point commun de l’ensemble des notices de ce chapitre est de nourrir une réflexion globale sur le thème de la relation des sociétés urbaines aux espaces dans lesquels elles évoluent, et qui sont eux-mêmes en mutation permanente. La ville de Tours se conçoit ainsi comme une synthèse de processus sociaux interagissant avec l’évolution naturelle du site fluvial. Le résultat se concrétise physiquement par un ensemble de réalisations architecturales et urbanistiques, qui se superposent et s’imbriquent avec le temps. La complexité de ces mécanismes est traduite par l’expression employée par l’auteur de « fabrique urbaine ».

4Le second chapitre de l’ouvrage, « Fragments de ville, l’archéologue et ses sources », est bâti en trois parties. La première, intitulée « Le sol », concerne évidemment les sources archéologiques enfouies. Elle rassemble une série de contributions consacrées aux 20 chantiers de fouille les plus significatifs réalisés à Tours depuis 1968. Chacun d’entre eux fait l’objet d’un développement plus ou moins long : de 2 pages pour le plus court (la fouille du 10, rue Gambetta) à 21 pour le plus long (la fouille du site du « Château »). Les notices de site rassemblent au minimum les informations suivantes : description des conditions de l’intervention, histoire des fouilles et description des principales phases d’évolution du secteur étudié. Un ou plusieurs exposé(s) thématique(s) sur des aspects particuliers des découvertes (le travail des bronziers, l’étude d’une peau d’ours, l’identification de la lèpre…) accompagne(nt) les synthèses consacrées aux opérations les plus importantes. Une liste des sites présentés est établie ci-après, assortie d’une énumération sommaire des principales formes de l’occupation rencontrées sur chacune des interventions.

51. Saint-Pierre-le-Puellier : berge antique de la Loire, îlot artisanal et résidentiel gallo-romain, cimetière paroissial médiéval et moderne.

62. Château de Tours : thermes romains (vers 70-vers 400), enceinte du ive siècle, résidence aristocratique des ve-xie siècle, résidence des comtes d’Anjou (xie-xiie siècles), château fort (xiiie-xviiie siècles).

73. Les Archives, rue des Ursulines : abords de l’amphithéâtre romain, fortifications du castrum et nécropole du haut Moyen Âge.

84. Saint-Martin : occupation gauloise (mal définie), maisons romaines, nécropole des ive-ixe siècles, atelier de mosaïste du ve siècle, maison de chanoines et cloître à galerie des xiie-xviiie siècles.

95. Rue de la Victoire/rue de Chanteloup : rive antique de la Loire, maisons successives des ier et iie siècles, habitats et nécropole des ve-xe siècles, friche urbaine jusqu’au xive siècle, atelier d’épinglier du xve siècle.

106. Nos 20-24, rue de Clocheville : bâtiment en bois des ier-iie siècles ; bâtiment en petit appareil des iie-iiie siècles ; cimetière occupé du viiie/ixe siècles au xve/xvie siècles.

117. La « Nouvelle République » : paléochenal de la Loire, carrière de sables et quartier artisanal des ier-iie siècles, traces d’habitat des xe-xie siècles et habitations de la fin du xviie siècle.

128. Hôtel de Police-Sud : îlot résidentiel aisé desservi par deux venelles des ier et iie siècles, quartier artisanal du xvie siècle.

139. Rue du Petit-Soleil/rue de la Monnaie : voie et occupation du ier siècle apr. J.-C., bas foyer métallurgique de la fin du viiie siècle ou du ixe siècle, système défensif de l’enceinte du castrum, du xe siècle.

1410. Le « Vinci » : paléochenal de la Loire, dont les couches supérieures du comblement datent de l’époque gallo-romaine, indice de la présence d’une maison fin ier-iie siècle, fosses dépotoirs fin xviie-fin xviiie siècle Place du général Leclerc : zone de rejet d’une aire de crémation du ier siècle, tronçon de l’aqueduc du xvie siècle, mur de soutènement du bastion fin xvie-xviie siècles.

1511. Nos 40-44 bis, rue de la Victoire : enceinte du xive siècle.

1612. Chapelle Saint-Lazare : étude de bâti sur la léproserie du xiie siècle, également documentée par les sources écrites (textes et iconographie) et fouille du cimetière de la maladrerie (xiie-xviie siècles).

1713. Abords de la cathédrale, place François Sicard : quartier résidentiel et commerçant bordé d’une rue (début ier siècle-début ive siècle), occupation restreinte des ive-ve siècles, nécropole des viie et viiie siècles, indice d’occupation domestique entre le ve et le xe siècle, quartier d’habitation médiéval et moderne (xie-xive siècle, puis xve-xvie siècle).

1814. N°10, rue Gambetta : paléochenal de la Loire, secteur artisanal et résidentiel des ier-iiie siècles, ocupation lâche puis friche urbaine entre le ive et les xe-xie siècles, maison et jardin du xiiie siècle

1915. Lycée Descartes : paléochenal de la Loire, occupation ténue protohistorique (vers 900-vers 600 av. J.-C.), secteur résidentiel et artisanal du ier siècle apr. J.-C., thermes (ier-ive siècle), sépultures et silos de la fin de l’Antiquité et du haut Moyen Âge.

2016. Square Prosper Mérimée : mur de renfort de berge, pont, aqueduc et noria du ier siècle, traces d’activité agricole, aire de circulation et zone de travail des ive-viiie siècles, activités domestiques et agricoles (viie-xe siècle), monastère médiéval (xie-xive siècle).

2117. Hôtel de Police-Nord : quartier résidentiel gallo-romain cossu (ier-iiie siècle), occupation lâche et zone d’inhumation du haut Moyen Âge puis fosses et fossé médiévaux.

2218. Temple de la rue Nationale : substructions d’un temple gallo-romain (fin ier siècle-début iie siècle) à cella circulaire, pronaos et emmarchement monumental, bordé d’une voie, et fondé sur pieux à l’emplacement d’un complexe monumental antérieur tibéro-claudien.

2319. Hôpital de Clocheville : importante occupation gauloise (espace artisanal, résidentiel et funéraire du iie siècle av. J.-C.), mur monumental du iie siècle apr. J.-C., sépultures isolées du viiie siècle et fosses dépotoirs du ixe siècle

2420. Parking Anatole France : important dépotoir gallo-romain constitué dans le lit de la Loire, sur la grève sud, aménagement de la berge médiévale (talus et fossé – digue ? – puis murs) antérieur au xive siècle, rempart et fossé du xive siècle, enceinte et quais du xvie siècle, quartier portuaire des xviie et xviiie siècles

25La partie consacrée aux sources archéologiques de l’histoire de Tours s’achève avec une réflexion intitulée « la règle ou l’exception ? » dont l’objectif est de s’interroger sur la représentativité en termes d’information des découvertes rares, ponctuelles ou insolites réalisées lors des fouilles (par exemple le squelette de camélidé du dépotoir antique du parking Anatole France). Onze courtes notices portant sur des découvertes de ce type sont ainsi présentées, dédiées à des objets particuliers ou bien couvrant des thèmes aussi divers que la consommation du cheval dans la cité ou encore l’usage du verre à vitre aux époques romaine et médiévale.

26La seconde partie du deuxième chapitre est consacrée à la documentation architecturale. Il s’agit en fait de la présentation des monuments antiques ou médiévaux connus uniquement par leurs vestiges en élévation, sans contexte stratigraphique conservé. Les premiers édifices traités sont les trois ponts antiques sur la Loire, qui se succèdent entre le ier et le ive siècle et dont les pieux des palées supportant les tabliers de bois apparaissent en période de basses eaux : le pont de Fondettes, en aval de Tours (début du iie siècle) ; le pont de l’île Saint-Jacques (1re moitié du ier siècle) ; enfin le pont de l’île Aucard, dont l’aboutissement à une porte principale du castrum du Bas-Empire suggère une datation tardive. La forme et l’évolution de l’amphithéâtre, qui ne subsiste actuellement que par son plan arrondi fossilisé dans le parcellaire, sont pour leur part restituées à partir des élévations conservées dans les caves des maisons actuelles. Édifié sur des proportions modestes au ier siècle, il est agrandi au iie siècle puis fortifié et intégré au ive siècle au rempart du nouveau castrum. Le plan et l’élévation de cette dernière enceinte sont quant à eux restitués à partir des vestiges de tours, courtines, portes et poternes conservés en pointillés dans le bâti actuel. Dans le même quartier, une étude réalisée sur la maison d’un chanoine du xive a permis de restituer l’état initial des volumes et le magnifique décor peint de la salle principale. À l’ouest de la ville, un ensemble d’éléments décoratifs attribués à la première basilique funéraire de Saint-Martin, érigée au ve siècle, permettent d’envisager le luxe de l’ornementation du monument disparu. Deux développements rapides sur le parti-pris architectural du chevet de la collégiale Saint-Martin et sur l’enceinte du xe siècle du castrum de Saint-Martin succèdent à cette notice. Une importante synthèse présente ensuite l’état des connaissances sur l’architecture domestique des xiie-xive siècles du même quartier ouest (Châteauneuf), à partir des élévations conservées dans le bâti actuel, dans les caves, et d’après les études anciennes. Les 87 édifices recensés permettent d’établir des typologies à la base d’une réflexion sur les techniques de construction, le plan des maisons, leur agencement en quartiers ou encore le statut de leurs propriétaires. Une dernière contribution fait enfin le point sur les vestiges conservés de l’ancienne église Saint-Clément, détruite en 1883.

27La troisième et dernière partie du deuxième chapitre, baptisée « l’écrit et l’image », est dédiée aux sources textuelles, épigraphiques et iconographiques de l’histoire de Tours. La documentation est inégalement répartie dans le temps. Quasi-inexistants pour l’époque romaine, les textes sont peu nombreux jusqu’au ixe-xe siècle, existants mais lacunaires aux xie-xiiie siècles, abondants et diversifiés à partir du xive siècle Les documents iconographiques ne concernent quant à eux que les périodes postérieures au Moyen Âge. Les 22 contributions qui composent cette partie peuvent être réparties en trois groupes en fonction des thématiques qu’elles abordent. Le premier groupe rassemble une série de réflexions sur la nature des sources. Plusieurs articles sont consacrés à la description des types de textes et de témoignages iconographiques disponibles sur Tours (chroniques, actes publics et privés, comptes de la ville, registres de délibérations, chartes, vues et plans) et à une réflexion sur l’usage qui peut en être fait, assortis de différentes analyses sur des points de vocabulaire. Un second groupe d’articles éclaire la question de la topographie de Tours, abordée à travers la présentation de divers réalisations ou projets urbanistiques documentés par les textes, l’iconographie et l’archéologie. La notice dédiée à la tour de la rue Chièvre constitue un bon exemple d’une utilisation complémentaire des sources : la fouille a matérialisé le plan et l’élévation de l’édifice, dont plusieurs aspects du chantier de construction, aussi précis que le calendrier et le coût des travaux, étaient documentés par les registres de comptes et de délibérations de la ville. Le dernier groupe d’articles réunit des sujets illustrant l’évolution du tissu urbain de Tours. La structure du plan de la ville est détaillée à partir des sources écrites et archéologiques et richement illustrée, d’abord par une miniature du xve siècle, ensuite par des vues et des plans de la ville du xvie siècle au xixe siècle, enfin par le cadastre ancien numérisé. Une attention particulière est portée à la place de l’amphithéâtre dans les plans de la ville de l’époque moderne.

28Le dernier chapitre du livre est intitulé « De Caesarodunum à Tours » et se présente comme une synthèse historique et thématique élaborée à partir de l’ensemble des informations disponibles sur la ville, c’est-à-dire s’appuyant sur les notices des deux précédents chapitres. Cette 3e partie adopte un découpage chronologique, classique pour une synthèse consacrée à la naissance et au développement de la ville de l’Antiquité à nos jours. Neuf étapes de développement, synthétisées par neuf plans représentant l’espace urbain à chaque phase de son évolution de la protohistoire au xve siècle, ont été distinguées. Ces différentes parties sont composées, comme le reste de l’ouvrage, de séries de contributions (48 au total) relevant de thématiques diverses. La question de l’existence d’une implantation antérieure à la fondation de Caesarodunum, au tout début du ier siècle, est examinée à la lumière des découvertes récentes dans la périphérie ouest de l’agglomération, qui attestent la présence d’un établissement gaulois du iie siècle av. J.-C. L’hypothèse d’une première agglomération préromaine est lancée. Les grands traits de l’urbanisme de la ville du ier au iiie siècle, de son statut et des relations avec son territoire sont présentés en 17 contributions. Le développement urbain est traité à travers la présentation des infrastructures publiques monumentales (temple, amphithéâtre, ponts, aqueduc) et des constructions privées (domus), de l’artisanat local et de la gestion des déchets. Différentes questions relatives au territoire de Caesarodunum et aux rapports entre le chef-lieu de cité et la campagne qui l’environne sont également abordées, en terme d’approvisionnement (en eau, en pierre de construction, en céramique sigillée) mais aussi en terme de dépendance économique et administrative. S’il est difficile d’identifier une rupture nette dans l’histoire urbaine entre la fin du iiie et la fin du ive siècle, la situation vers 400 fait pour le moins état d’une ville considérablement transformée : le centre est transféré vers l’est au ive siècle, entre la Loire et l’amphithéâtre, tandis que les monuments publics sont abandonnés et démantelés pour servir à la construction d’une enceinte réduite enserrant un nouvel espace urbain : la Cité. Hors les murs, les habitats de l’époque précédente sont abandonnés ou radicalement réorganisés. Les édifices chrétiens se développent dès le ive siècle, intra et extra muros, ainsi que sur l’autre rive de la Loire, comme le monastère de Marmoutier. L’ensemble des indices archéologiques témoignent d’un abandon définitif des manières de vivre prévalant à la période précédente, des modes de construction aux pratiques alimentaires, funéraires et religieuses. Ces mutations à l’échelle de la ville ont des répercussions administratives et économiques au niveau territorial, mais il est encore difficile de préciser lesquelles. En 471, l’évêque Perpet fait construire une basilique funéraire monumentale à l’emplacement de la tombe de Martin. L’attraction du culte du saint engendre l’apparition au cours du vie siècle d’un nouveau quartier organisé autour de la basilique Saint-Martin, à environ 1 km à l’ouest de la Cité. Constitué d’établissements satellites, de maisons et d’édifices liés à l’accueil des pèlerins, l’ensemble forme un tissu lâche s’étendant jusqu’à la Loire, qui se structure et se densifie progressivement jusqu’à former au ixe siècle un véritable bourg. Au début du xe siècle, en réponse aux invasions normandes, le secteur de la basilique est fortifié. Il prend alors le nom de castrum, tandis que la plus grande partie de la bourgade, qui demeure hors les murs, devient le suburbium sancti Martini. La création du castrum marque le début d’une partition de la ville entre les deux espaces de Saint-Martin et de la Cité. L’espace intercalaire est aussi occupé et structuré par l’église Saint-Julien. Cette bipolarisation, achevée vers 950, reste une particularité de Tours jusqu’au xive siècle La Cité constitue le cœur du pouvoir politique, matérialisé par la résidence des comtes d’Anjou, édifiée au milieu du xie siècle Même si la cathédrale se trouve dans la Cité, la vie religieuse et funéraire, pour sa part, se cristallise principalement autour du complexe martinien, nommé Châteauneuf (castrum novum) à partir du xie siècle L’habitat civil et les activités artisanales et commerciales se répartissent régulièrement dans et entre les deux espaces. Cette situation se caractérise aussi par la superposition des maillages territoriaux des paroisses et des fiefs, créant une imbrication complexe des propriétés, pouvoirs et prérogatives ecclésiastiques et seigneuriales. L’espace urbain connaît entre le xie et le xiiie siècle un accroissement et une densification manifestes. Dans la Cité, la résidence des comtes d’Anjou est transformée en château après l’annexion de la Touraine au domaine royal. À Châteauneuf, la multiplication des constructions entraîne la disparition de l’enceinte du xe siècle C’est toutefois l’espace intercalaire qui bénéficie du développement le plus important : quatre ordres mendiants y sont installés tandis qu’à l’est, contre la Cité, le bourg des Arcis est fortifié. L’occupation se densifie alors autour de la Grand-Rue, axe est-ouest privilégié reliant les Arcis à Châteauneuf. Au xive siècle, la construction d’une puissante enceinte englobant Châteauneuf, centre et Cité concrétise la réunion des trois espaces construits et de l’ensemble de la population. À partir de ce moment, la ville ne comprend plus qu’un seul pôle urbain. Une série de notices consacrées aux activités artisanales et aux échanges ainsi qu’à l’organisation du territoire de Tours jusqu’à l’époque moderne achèvent ce panorama de la ville médiévale. Trois articles diachroniques complètent notre appréhension des mutations de l’espace urbain depuis l’Antiquité. Le premier concerne l’évolution de la topographie funéraire du ier au xiie siècle, marquée par les transformations des pratiques et l’intégration progressives des nécropoles dans les zones d’habitat. Le second, s’appuyant sur l’étude anthropologique, dresse un bilan comparé, physique et sanitaire, de la population antique et médiévale. Le dernier propose une analyse sur la longue durée des mouvements du Cher et de la Loire dans l’interfluve où Tours s’est développée, en mettant en évidence la participation croissante des sociétés dans l’évolution des hydrosystèmes, depuis les aménagements réalisés dans l’Antiquité en bord de Loire, sur les terres gagnées sur le fleuve, jusqu’aux levées médiévales, qui ont dès lors enserré le chenal bien au-delà de son parcours urbain. Cette contribution a cela d’original qu’elle apporte un éclairage nouveau sur l’évolution de l’espace urbain, entendu ici comme l’espace naturel sur lequel la ville est née et avec lequel elle interagit.

29La conclusion de l’ouvrage est une réflexion sur les processus de construction de la ville de Tours et sur les limites des méthodes actuelles d’exploitation des sources pour appréhender les nuances de son évolution. L’histoire de la ville ne nous parvient en effet que sous la forme d’informations fragmentaires et décousues, dont la valeur d’interprétation oscille entre la généralité et le cas particulier. La difficulté est alors de rassembler judicieusement ces éléments – connaissances, hypothèses et propositions – pour reconstruire une réalité dont les arguments reposent pour tout ou partie sur des postulats modifiables.

30Il n’a pas été simple de proposer un résumé fluide de cet ouvrage extrêmement morcelé et éclectique, composé de 159 contributions émanant d’auteurs de rattachement institutionnel et de formation très divers. De fait, les grandes parties de l’ouvrage réunissent des articles de style et de thématiques très variables dont l’enchaînement, parfois un peu artificiel, rappelle que l’ouvrage est à la base un catalogue d’exposition. Cette disposition particulière entraîne également des redites entre notices dont les sujets se recoupent, à l’exemple des différents développements relatifs à l’amphithéâtre.

31En dépit de ces critiques strictement formelles, inhérentes à la difficulté à coordonner tant de contributions, l’ouvrage traduit bien la grande richesse de l’archéologie tourangelle. Le caractère un peu fragmenté du volume illustre surtout le foisonnement des travaux sur Tours et le dynamisme des recherches tant archéologiques qu’historiques. Les remarques formulées n’enlèvent donc rien à la qualité scientifique de cette monographie, qui constitue dorénavant une synthèse de référence sur l’histoire antique et médiévale de Tours et une base de travail incontournable pour les recherches archéologiques à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Allinne, « Henri Galinié (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville. Quarante ans d’archéologie urbaine », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 321-324.

Référence électronique

Cécile Allinne, « Henri Galinié (dir.), Tours antique et médiéval. Lieux de vie, temps de la ville. Quarante ans d’archéologie urbaine », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22981

Haut de page

Auteur

Cécile Allinne

Centre Michel de Boüard, CRAHAM, FRE 3119 CNRS/université de Caen Basse-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals