Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Gérard Giuliato (dir.), Le « Château des Armoises » à Richardménil (xive-xviie siècle). Archéologie d’une maison forte lorraine

Charles Kraemer
p. 325-326
Référence(s) :

Gérard Giuliato (dir.), Le « Château des Armoises » à Richardménil (xive-xviie siècle). Archéologie d’une maison forte lorraine, Nancy, PUN, 2007, 368 p. ISBN 978-286480-754-4, prix : 39 €

Texte intégral

1La recherche sur la maison forte au Moyen Âge, initiée dans les pays anglo-saxons au cours des années 1960, s’élargit, au travers d’inventaires nombreux, à l’ensemble de l’Europe occidentale durant la décennie suivante. Mais ce n’est que dans les années quatre-vingt que ce type d’habitat de la noblesse rurale, le plus souvent édifié sur une terrasse fossoyée, quadrangulaire et de faible hauteur par rapport au sol environnant, est réellement distingué du château sur motte et basse cour des xie-xiie siècles. En 1984, il fait l’objet d’un colloque international, à Pont-à-Mousson, qui pose alors plus de questions qu’il n’en résout sur son apparition liée, à partir de la fin du xiie siècle, à l’éclatement d’anciens lignages, sur sa place dans le réseau des pouvoirs existants, mais aussi sur la diversité du vocabulaire qui le désigne, et des types en fonction des régions, des époques et du degré de fortification : simple maison de bois entourée d’une palissade et de fossés, tours d’habitation au plan resserré ou véritables châteaux.

2Les inventaires de ce type de vestiges sont nombreux, mais leurs fouilles encore trop rares. Le livre de Gérard Giuliato et de son équipe, Le « Château des Armoises » à Richardménil (xive-xviie siècle). Archéologie d’une maison forte lorraine, premier de la nouvelle collection « Archéologie, Espaces, Patrimoines » des Presses universitaires de Nancy, contribue donc à combler cette lacune. Une première partie (p. 13 à 86) traite, tour à tour, d’histoire, d’archéologie et d’architecture tandis que la seconde, et la plus importante (p. 87 à 357), s’attache exclusivement à l’étude, comme reflet de la vie quotidienne, de l’abondant mobilier exhumé des différentes unités stratigraphiques. L’ensemble est illustré d’une riche iconographie faite de plans anciens, des minutes de fouilles qui constituent la base de la réflexion archéologique, et de tous les dessins d’objets.

3Construite au sud de l’église de Richardménil, immédiatement à l’ouest d’un premier habitat noble mentionné au xiiie siècle, la maison forte dite « des Armoises » pourrait avoir été édifiée par Renaud de Nancy, à la fin de ce même siècle. L’étude détaillée de la généalogie de ce lignage appartenant à la petite noblesse urbaine, peu ou prou associé à la famille ducale, montre comment cette résidence de campagne passe par mariage, vers 1450, dans le giron des sires des Armoises. Ces derniers s’en séparent en 1613, la cédant, avec ses 90 ha de terrain, à leur voisin Henri de Ludres. Celui-ci réunifie ainsi l’alleu seigneurial de Richardménil fractionné depuis le xiiie siècle, mais il démolit de fond en comble la maison, en mauvais état, et remploie ses matériaux dans le réaménagement de son château (chap. 1). Située en bordure de la Moselle, en contrebas du plateau lorrain et à l’écart des principales routes reliant Nancy à Épinal et Neufchâteau, dans une région aux multiples ressources naturelles (sable, argile, pierre, bois, pâturages, vignes et céréaliculture), cette maison forte occupait une ­plateforme quadrangulaire d’une vingtaine de mètres de côté, détachée du terrain environnant par un fossé de 12 mètres de largeur au plus (chap. 2). Détruite en 1443 par les Messins, à l’occasion d’un règlement de comptes, la maison forte est rapidement réparée puis fait l’objet, au milieu du xvie siècle, d’importants aménagements et de travaux de consolidation comme en témoignent trois registres comptables de la période 1545-1549, mis en annexes. Tout en renseignant sur la topographie ambiante du château, ces documents offrent de précieuses informations sur l’économie et l’organisation du chantier : origine, mise en œuvre des matériaux, corps de métiers ; nature, chronologie et coûts des travaux (chap. 3).

4Après l’histoire, la synthèse des fouilles stratigraphiques (chap. 4) conduites, chaque été, de 1984 à 1988, permet d’aborder concrètement l’organisation et la distribution des espaces de la maison forte dont la perception globale résulte de la combinaison des deux méthodes d’investigation (en carrés et en aire ouverte), de l’analyse détaillée de deux coupes stratigraphiques perpendiculaires et d’un plan d’ensemble des structures dégagées. Gérard Giuliato distingue ainsi quatre phases chronologiques qui, de la première construction posée sur le terrain naturel à l’abandon du site et sa transformation en pâture, en passant par les phases de construction, de reconstruction et de démantèlement favorisant l’accumulation de couches de destruction, résument, d’un point de vue archéologique au moins, l’histoire du site et son évolution architecturale.

5La mise en perspective de l’ensemble des données, historiques et archéologiques, a conduit à proposer, en conclusion, trois états successifs de cette résidence noble : avant 1443, avant 1547 et en 1548-1549. Le logis-tour initial, entouré de dépendances agricoles adossées à une enceinte quadrangulaire de 22 m sur 26 doublée d’un fossé, voit ses défenses renforcées par deux fois. Une première série de travaux permet l’adjonction d’une tour circulaire à chacun des angles nord-est et nord-ouest de l’enceinte et l’aménagement de deux fossés maçonnés au sud et au nord. La seconde série, au milieu du xvie siècle, consiste à creuser des fossés à l’est, au sud et à l’ouest, auxquels on associe un mur de contrescarpe, à doubler les murs de l’enceinte et des tours existantes et en construire deux nouvelles sur le flanc sud qui renforcent la symétrie de la maison forte tout en l’adaptant à l’artillerie.

6Fruit d’un travail collectif en laboratoire, la deuxième partie détaille, dans une présentation qui aurait pu être ordonnée par matériaux (pierre, métal, céramique, verre, faune), l’ensemble du mobilier, lequel provient des couches de destruction modernes, à l’exception de rares artefacts scellés à la surface des couches naturelles. Douze monnaies du xie au xixe siècle, cinq jetons des xve-xvie siècles et une médaille, trois fragments lapidaires dont deux éléments d’architecture et un éclat de boulet (G. Giuliato), 90 tuiles – plates, canal ou faîtières –, trois briques et quelques fragments de canalisation, plus de 400 tessons de pots et de carreaux de poêles céramiques dont une belle série de vingt carreaux à décor gothique flamboyant de la fin du xve ou du début du xvie siècle (G. Huot-Marchand), 1 704 objets métalliques dont 75 % en fer et 18 % en cuivre, classés par usage – armement, équipements de cavalerie, accessoires de vêtements, récipients, outillage, fers d’architecture et fixations (E. Guarascio et G. Giuliato)–, quelques 5 600 fragments de céramique culinaire commune, glaçurée ou non, ainsi qu’une belle collection de grès de table et de « confort » tels que des lampes à huile, des albarelles, des pipes et des jouets divers (G. Huot-Marchand), plus de 1 500 fragments de verre plat triangulaire ou losangique provenant de verrières et près de 1 200 tessons de verres à boire de formes diverses (A. Gelé), ou encore 7 300 fragments fauniques répartis en seize espèces sauvages et domestiques ainsi qu’une petite statuette en os de 13 mm (L. Nori) et une perle de jais (G. Huot-Marchand), illustrent ce catalogue raisonné de 270 pages, dont 230 planches graphiques normalisées qui constituent un véritable outil de comparaison typologique pour l’archéologue.

7Cet ouvrage dirigé par Gérard Giuliato, professeur d’Histoire et d’Archéologie médiévales à l’université de Nancy 2, responsable du LAMEST et auteur d’une première étude sur les Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale, s’inscrit dans une tradition pluri-décennale de la recherche sur les types d’habitat de la noblesse rurale du Moyen Âge occidental ; il répond, une fois encore, aux problématiques de recherches posées, depuis près de trente ans, par le Laboratoire d’archéologie médiévale de l’université de Nancy 2. élément constitutif de son habilitation à diriger des travaux, cette publication collective traite d’un type d’habitat de la noblesse rurale qui se développe dans l’Ouest européen à partir de la fin du xiie siècle mais qui, à l’inverse des habitats aristocratiques antérieurs du xe au début du xiiie siècles associant motte castrale et basse cour, a rarement fait l’objet d’études monographiques aussi riches en enseignements sur les cadres de vie et le mobilier du quotidien.

8Deuxième du genre à l’actif du Laboratoire d’archéologie médiévale de l’Est de la France (UMR 7002), après la belle synthèse collective sur le château d’Épinal (xiiie-xviie siècles) publiée en 2002, ce livre de 368 pages, soutenu par le CNRS, l’université Nancy 2, le ministère de la Culture, le département de la Meurthe-et-Moselle et la Fédération lorraine d’archéologie, est un coup d’essai habilement transformé de la nouvelle collection « Archéologie, Espaces, Patrimoines » des Presses universitaires de Nancy. Il en appelle naturellement d’autres !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Kraemer, « Gérard Giuliato (dir.), Le « Château des Armoises » à Richardménil (xive-xviie siècle). Archéologie d’une maison forte lorraine », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 325-326.

Référence électronique

Charles Kraemer, « Gérard Giuliato (dir.), Le « Château des Armoises » à Richardménil (xive-xviie siècle). Archéologie d’une maison forte lorraine », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 09 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/22992

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals