Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Rémy Guadagnin, Fosses – Vallée de l’Ysieux. Mille ans de production céramique en Île-de-France

François Fichet de Clairfontaine
p. 326-330
Référence(s) :

Rémy Guadagnin, Fosses – Vallée de l’Ysieux. Mille ans de production céramique en Île-de-France, vol. 2, Catalogue typo-chronologique des productions, Publications du CRAHM, Caen, 2007, 735 p. ISBN : 978-2-902685-41-7, prix : 70 €

Texte intégral

1Comme l’indique le titre, cet ouvrage de poids (3,5 kg !) constitue le second opus des recherches débutées en 1989 sur le centre potier de la vallée de l’Ysieux1. Elles ont déjà donné lieu à la publication en 2000 du volume 1 consacré aux quelques trente installations artisanales céramiques fouillées totalement ou partiellement, dans des cadres préventif et programmé. Ce premier ouvrage dont la richesse était à la mesure du potentiel archéologique du site ainsi que des apports d’une recherche menée avec passion et rigueur annonçait un second pour lequel on pouvait presque craindre… la démesure. R. Guadagnin se proposait en effet de livrer, dessins et photographies à l’appui, une somme devant constituer un véritable référentiel céramique pour le nord de l’Île-de-France, couvrant une large période comprise entre la fin du haut Moyen Âge (à partir du ixe siècle au plus tard) et le xviiie siècle. dès l’introduction du volume 2, l’auteur avoue souhaiter proposer le catalogue typo-chronologique le plus complet et le plus fiable possible. Vaste programme, reconnaît-il, que de vouloir présenter près de neuf siècles de productions céramiques à Fosses, Lassy et Bellefontaine, et pour lesquels le chercheur dispose d’environ cinquante petites tonnes de rebuts de cuisson ! Et l’on est très impressionné de la quantité de mobilier qu’il a fallu laver, trier, en partie recoller et dessiner, compter, soupeser, mesurer : 2 tonnes de rebuts provenant de la fosse 603 (p. 129), 18 fosses-tessonnières de l’atelier 18-300 (p. 342) ou encore 20 tonnes de tessons de l’atelier 10-10 (p. 447). Avec modestie, R. Guadagnin note qu’il lui reste encore un quart du matériel à traiter et que les hypothèses doivent encore être affinées. Du reste, à plusieurs reprises, il n’hésite pas à attirer l’attention du lecteur sur le caractère imparfait de telle ou telle analyse, sur la faible représentativité d’un lot ou les nuances à apporter au catalogue typologique qui, selon lui, ne retranscrit qu’une charge de cuisson et non la production globale d’un atelier. Car il faut d’emblée saluer un travail animé par la rigueur et la soif de démonstration, parfois d’un souci du détail poussé à l’extrême, et soutenu par un texte clair et agréable à lire. L’iconographie est à la hauteur de l’enjeu, portée par des photographies de grande qualité et des dessins de prime abord déroutants, car tentant de lier esthétique et pédagogie (ou démonstratif), mais qui au final, le lecteur s’y habituant, illustrent bien les aspects morphologiques et ornementaux des productions.

2La structure de l’ouvrage, constitué de cinq grandes parties historiques (du haut Moyen Âge à l’Ancien Régime), repose sur un développement chronologique qui ne comprend que très peu de lacunes ; l’auteur regrettant de ne pas disposer d’échantillonnage représentatif des productions du ixe siècle et cherchant toujours celles du xviiie siècle à Bellefontaine ! Chaque sous-chapitre, consacré à la production d’un atelier ou d’un four, débute toujours par une brève présentation du contexte archéologique, puis des éléments de datation, enfin d’un énoncé des tendances générales de la production et de son évolution. La partie qui suit procède invariablement d’une présentation de chaque type céramique dont on pourra décrire précisément forme, volume, décors, pâtes, etc. Des tableaux typo-chronologiques (par exemple fig. 67 et 67 bis, p. 124-125 ou fig. 192 et 192 bis, p. 318-319) viennent enrichir le discours pour présenter, au sein d’un même atelier (lorsque plusieurs séquences ont été déterminées) ou entre ateliers, les types de vases produits et leur évolution. On aurait apprécié que ces tableaux synthétiques soient plus fréquents, tant est riche et variée la matière abordée, et surtout d’une plus grande échelle pour les rendre plus aisément consultables.

3Revenons à l’ouvrage même et ses résultats. Avec la fin du haut Moyen Âge (ixe siècle), apparaissent des productions réalisées à l’aide de l’argile « classique » d’Ysieux, toutefois uniquement recueillies en contexte d’habitat. Connues à Saint-Denis, elles étonnent par leur qualité, dite « haut de gamme », cruches, poêlons, coupes ou luminaires étant recouverts d’une belle glaçure. Les premières données concrètes d’une activité potière proviennent des officines de La Renarde à Lassy (xe-xie siècles) qui produisent des oules, des cruches à bec verseur ou tubulaire, souvent ornées, associées à des jattes, bassins et plus rarement des bols et des écuelles (p. 20-37). Le contexte est celui du catalogue vaisselier de l’Europe du Nord-Ouest, caractéristique des xe-xiie siècles, et la gamme des produits ne diffère guère de celle d’autres régions, dont la Normandie. Cette production évolue qualitativement au cours de la seconde moitié du xe siècle et on note aussi une extension de la gamme des produits.

4Avec le Moyen Âge classique, l’activité potière d’abord concentrée sur Fosses se développe aussi sur Bellefontaine. Son dynamisme est attesté jusqu’à la fin du xiiie siècle avec une dizaine d’ateliers à Fosses et deux à Bellefontaine. L’atelier 10-21 (2e moitié xie-début xiie) pour lequel trois séquences de production ont été différenciées (fig. 35) offre à l’origine une gamme de produits utilitaires encore peu variée (oules en majorité, cruches, pichets dont la forme évolue avec la lèvre…). C’est au cours de la 2e moitié du xie que s’élabore la forme caractéristique des pichets (type A) à haut col cannelé, pourvus d’une anse ronde à poucier. Cette catégorie de vase s’individualise bien et paraît être un marqueur chronologique fiable pour R. Guadagnin. Les formes ouvertes restent, elles, peu abondantes, représentées essentiellement par des bassins à forme presque tronconique, des jattes et quelques écuelles. La dernière séquence (1re moitié xiie) révèle une nette standardisation des productions au moment même où l’activité potière connaît un important essor avec une large diffusion de cette production sur le nord de l’Île-de-France. Cette standardisation attesterait selon l’auteur l’existence d’étalons ou de normes de mesure (dont celles de Paris ?) imposant des vases de mêmes capacités (p. 98). Le calibrage de formes sera aussi suggéré pour des cruchons d’un atelier de la première moitié du xiie siècle(p. 134, fig. 72). Durant cette longue phase, on note l’apparition de nouvelles formes dont les mortiers, les creusets et les cornes d’appel. De même on remarque des formes exceptionnelles, comme les vases à anse de panier que R. Guadagnin suggère être peut-être des « seaux à eau bénite » ? (fig. 61, p. 112) que l’on retrouvera plus tard dans l’atelier nord de la seconde moitié du xiie siècle, et des gourdes-tonnelets. Parallèlement, si la glaçure devient plus courante, la peinture rouge à la barbotine se généralise, caractérisée par un décor de « flammes » tracé par d’épaisses applications sur le vase qui est retourné au préalable.

5Les officines du 6e secteur de production au Chemin d’Hérivaux permettent de suivre l’évolution des productions entre le milieu du xiie et le début du xiiie siècle. Si tout le matériel n’a encore pu être entièrement traité, l’étude exhaustive de 4 grandes fosses-tessonnières offre la possibilité de suivre assez finement l’évolution des formes réparties en trois séquences chronologiques (cf. fig. 67 et 67 bis, p. 124-125). D’emblée, il apparaît que les catalogues céramiques offrent la possibilité de constituer des gammes de référence pour le nord de l’Île-de-France comme pour le sud de la Picardie. Pour l’atelier nord de la première moitié du xiie siècle (séquence A), on note la présence de deux types de oules, le premier assez standardisé à lèvre en bandeau et décor de « flammes » et un second plus soigné, souvent décoré de pastilles et de bandes rapportées pouvant l’insérer dans le groupe des céramiques très décorées. Selon R. Guadagnin, ce type B pourrait répondre à des commandes particulières et plus exigeantes. On verra qu’il ne perdure pas après le 1er tiers du xiiie siècle. Les cruches, cruchons et pichets (trois types) révèlent aussi des formes plus décorées, ornées d’animaux stylisés pour les pichets (fig. 77, p.142) ou décorées d’un estampage à la molette sur des bandes rapportées. La gamme des formes ouvertes est enfin plus étendue durant cette période, associant aux grands vases – bassins jattes, plats, poêlons, terrines – un ensemble très particulier et quelque peu exceptionnel de petites pièces de table comme des bols, des petites coupelles et des tasses. L’auteur se demande s’il ne répond pas aussi à des commandes particulières. Il est par ailleurs intéressant de noter la présence d’un mortier morphologiquement proche de ceux normands et mayennais à oeil de perdrix (bien plus tardifs il est vrai) par l’utilisation de petites figures anthropomorphes (p. 158-160). La céramique provenant de l’atelier sud et datable de la seconde moitié du xiie et du tout début xiiie siècle (séquence B) poursuit l’évolution constatée dans celui nord avec une production de oules globulaires à lèvre à bandeau constituant 50 à 60 % du contenu des tessonnières. Il est en fait difficile de distinguer nombre de formes produites dans cet atelier de celles de l’atelier antérieur, signe que les changements sont encore trop lents pour être mesurés sur la petite durée. Au sein de cet atelier où la gamme des formes ouvertes apparaît plus restreinte, il faut toutefois noter le développement de la tèle pourvue de tenons, dite terrine à crémer ou tèle à lait, des égouttoirs ou faisselles, et même de la tirelire. On signalera enfin la production de creusets qui paraissent avoir été utilisés sur le site même, à en juger par la présence de glaçure plombifère.

6Par plusieurs aspects, l’archéologie suggère l’arrivée peut-être temporaire d’artisans venus d’autres sites (Saint-Denis, Paris, etc.) et la page 195 débute justement par « les mystères de la tessonnière 660 B ». Peut-être ne faut-il pas attacher trop d’importance à un fait sans doute intéressant mais n’ayant au final eu que peu de poids sur l’histoire d’une production. Quelle importance accorder ainsi à cette tessonnière qui livre, au début du xiiie siècle, une série atypique de vases réalisés dans une pâte sableuse, avec un tour de main différent, les oules n’étant pas peintes et les cruches l’étant différemment de la normale ! Un ouvrier formé ailleurs ? Mais passé le mystère de la fosse 660 B, il n’y a guère de différences entre les productions de l’unité 300 de l’îlot du prieuré (fin du xiie-1re moitié du xiiie siècle) et celles des ateliers du xiie. L’examen du catalogue vaisselier confirme la standardisation des produits et il est même suggéré que la taille des cruchons fut vraisemblablement adaptée aux normes des débits de boissons (p. 212 et fig. 130, p. 213). Parallèlement, la production de pichets décorés à la molette (type B) atteint son apogée. Les formes ouvertes offrent un catalogue réduit composé de bassins, jattes, faisselles, écuelles et poêlons. Vers la fin du xiie siècle, on observe toutefois (séquence C de l’unité 300) une régression qualitative de la production qui apparaît moins diversifiée, moins soignée et plus stéréotypée. Ainsi la taille des oules bien proportionnées originellement a tendance à se réduire. Le décor des cruches est moins soigné. Les pichets de type B se raréfient progressivement et sont peu à peu supplantés par les pichets de type C à parement étroit qui apparaissent alors. On constate aussi la raréfaction des lampes à appendice. Cette régression « qualitative » traduirait peut-être une normalisation des formes dans le cadre d’une commercialisation extensive de produits voulus simplement utilitaires, laissant peu de place à des productions plus fines, peut-être initialement liées à des commandes privilégiées.

7Pour le début du bas Moyen Âge (chapitre III, p. 241), l’archéologie constate une diminution des ateliers qui se concentreront dans les limites de Fosses. Seules quatre officines des xiie-xiiie siècles poursuivent leur activité aux xive et xve siècles, tout en produisant une poterie usuelle et quelques belles pièces glaçurées. La présence de productions parisiennes sur les ateliers fosséens suggère à l’auteur des relations professionnelles entre artisans établis à Paris, Saint-Denis et Fosses. Mais peut-être les relations se sont-elles limitées à la simple acquisition puis l’imitation de vases, ce qui pourrait expliquer la présence de pièces parisiennes ou même de Beauvais plus tard ? Il constate en tout cas de mêmes techniques de fabrication, d’ornementation et de cuisson. En ce début de xiiie siècle, les ateliers présentent donc de grandes analogies de production, suggérant sinon une entente interne au secteur de l’Ysieux, du moins la réalisation de produits destinés à être commercialisés à grande échelle sur un vaste marché régional (p. 255). Grâce aux ­productions des ateliers du 10e secteur et du 18e secteur entre la 1re moitié du xiiie et le début du xvie siècle, on perçoit assez finement l’évolution, séquence par séquence, du catalogue céramique. En ne traitant que des données générales, on remarque, à l’instar de ce qu’avait suggéré J. Nicourt sur Paris, d’importantes modifications des types, avec en premier lieu l’apparition et la propagation des coquemars dès le xiiie siècle au détriment des oules qu’ils supplanteront totalement au xve siècle. On note aussi l’apparition des pots ou marmites tripodes à une anse qui se généralisent vers le milieu du xive siècle, avant de se métamorphoser en marmites à deux anses coudées (p. 246). Cette période apparaît aussi essentielle pour nombre de formes ouvertes. On constate une augmentation de la production des poêlons et poêles vers la fin du xiiie siècle, ainsi que des tèles à crémer à bec verseur. Les tasses, d’abord à col droit puis polylobées au xive, se développent avant d’être sérieusement concurrencées par les productions du Beauvaisis au xve siècle. La forme des lèchefrites, rares au début du xiiie, d’abord en bateau puis rectangulaire à deux anses latérales et verseur en canal, évolue rapidement au xive siècle avant de se stabiliser et de se standardiser au xve siècle (cf. fig. 149, p. 245 et 192-192 bis, p. 318-319). Ainsi, vers la fin du xiiie siècle et au début du xive siècle, la gamme des formes ouvertes est-elle devenue plus importante et plus variée qu’avant, avec poêles, poêlons, terrines, petites jattes ou écuelles, lèchefrites, grandes tèles à épaisse glaçure, bassins, couvre-braises à anse en panier… (voir par exemple l’atelier 10-30, p. 307-313). Visiblement cette variété pose question à R. Guadagnin qui a choisi de classer les formes à l’aide d’une typologie fonctionnelle et non morphologique. Il n’est pas toujours aisé de distinguer la grande jatte du bassin (cf. fig. 188, p. 311) qu’il semble aussi appeler grande terrine (p. 367). L’auteur s’interroge à raison sur la terminologie et les différences essentielles entre, par exemple, cruche et pichet de grande taille, choisissant au final d’appeler « cruches sans bec verseur » les plus grands récipients et « pichets de type B » les vases de taille plus modeste (p. 322). Les formes usuelles héritées du Moyen Âge classique perdurent aussi tout en évoluant, parfois de manière importante. La forme des oules devient plus ovale avec le décor classique de flammes rouges apposées à l’envers. Les cruches deviennent plus élancées au xive siècle, un nouveau modèle à col tronconique apparaissant vers le milieu du xive, dépourvu de bec verseur. La faible épaisseur de sa paroi étonne et suggère un service de table (pour le vin ? cf. p. 248). Les pichets, dont beaucoup paraissent calibrés, connaissent aussi d’importantes et nombreuses modifications qui touchent la forme qui s’ovalise et devient plus élancée pour certains types. À noter qu’apparaissent, au milieu du xiiie siècle, les pichets en balustre qui deviendront courants vers le milieu du xive. Mais l’un des aspects les plus significatifs concerne aussi le décor, riche de variétés plastiques (donnant ses caractères au groupe dit « très décoré » : voir par exemple les pichets de l’atelier 10-30), du milieu du xiiie au milieu du xive siècle, avant une raréfaction et un appauvrissement de la glaçure dans la seconde moitié du xive. Il ne peut être question ici de revenir plus précisément sur cette évolution des productions, savamment détaillées, atelier après atelier, séquence chronologique après séquence chronologique, par R. Guadagnin. La matière est trop abondante. Poussons toutefois jusqu’à l’atelier 18-300 (vers le milieu ou la seconde moitié du xive siècle), riche de quelques 18 fosses-tessonnières, au sein duquel apparaît un nouveau décor avec les « flammules » obtenues au pinceau multiple (fig. 208, p. 343). Pour R. Guadagnin, ce changement de technique décorative serait lié à la venue de potiers parisiens, après une crise sociale et démographique dans l’Ysieux. Rien n’est moins sûr et l’hypothèse paraît hardie, qu’il reconnaît devoir confirmer. Terminons enfin avec la production de l’atelier 18-700 (vers la fin du xive-début du xve siècle). Ce dernier offre les indices d’une nette récession de la production et il peut être constaté une économie de moyens présidant la production de formes usuelles, utilitaires, sans doute destinées à des marchés locaux. La période de trouble, au contexte socio-économique difficile, semble avoir limité l’aire de diffusion des produits ou rendu difficile celle-ci sur Paris, Senlis et Pontoise. Marmites et coquemars constituent à eux seuls près des deux tiers de la production en volume qui parallèlement ne révèle pas d’innovation technique ou de recherche artistique, l’accent semblant mis sur une relative pérennité des formes. L’atelier 10-500 (première moitié du xve siècle) renforce l’impression et, pour R. Guadagnin, le processus de récession économique paraît s’être accentué, sans pour autant que l’on doive noter une perte du savoir-faire. L’ensemble artisanal, qui produit à près de 85 % coquemars et marmites, comprend des formes quasi exclusivement ornées de « flammules », très peu d’entre elles étant glaçurées. On constate l’absence des pichets décorés de type A, des cruchons, tasses et coupelles – peut-être du fait de la concurrence des grès du Beauvaisis pour ces dernières. La morphologie générale des coquemars et pots tripodes classiques ou marmites tend à se confondre et les différenciations ne se font qu’avec les éléments de préhension et le pied, voire les verseurs. C’est durant cette phase qu’apparaît la marmite à anses coudées, proche morphologiquement du chaudron en cuivre ou en fer, du reste recouverte d’un engobe rouge vif sous une glaçure jaune comme pour imiter le métal (p. 428-432 et fig. 273-274).

8Tout semble changer dans la seconde moitié du xve siècle et davantage à la fin de ce siècle. La production du 10e secteur de Fosses présente au final plus de pièces glaçurées et de meilleure qualité, parfois polychromes, et un catalogue vaisselier plus varié qu’au milieu du xve siècle, avec la production de douze types de formes en nette majorité culinaires et en premier lieu les coquemars, marmites et pots tripodes, poêles, poêlons, terrines, tèles et couvre-braises à collerette festonnée, qui s’associent toutefois en fin de siècle avec la vaisselle plate qui apparaît. Sans doute la concurrence des grès du Beauvaisis pourrait-elle expliquer l’absence des pichets et des cruchons, et la faible abondance des oules et des cruches.

9Avec le début de la Renaissance (p. 445), l’archéologie livre les témoignages d’une nouvelle époque de prospérité économique et sociale dans la vallée de l’Ysieux, matérialisée entre autre par la multiplication des ateliers sur Fosses et ses alentours, et l’émergence de véritables « manufactures » ou de grands ateliers (tel l’atelier 10-10A et B) désormais pourvus de fours longitudinaux en remplacement des anciens fours piriformes. La production diffusée dans le nord de l’Île-de-France, entre Paris et Senlis, révèle une diversification des formes préexistantes qui coexistent avec de nouveaux types. Les ateliers 10-10A et 10B (p. 449 et ss, fig. 284 à 285 ter) présentent encore une production très similaire au « faciès culturel parisien » et contrastée durant les deux premiers tiers du xvie siècle. On note la persistance, bien que de plus en plus exceptionnelle, de productions archaïsantes, « flammulées » ou non glaçurées et les oules, coquemars et marmites rappellent encore le xve siècle. Les pièces dont la paroi paraît plus solide et qui semblent assez standardisées sont glaçurées pour un quart d’entre elles. La céramique utilitaire est représentée à 70-80 % environ par des coquemars (ustensile polyvalent qui prédomine jusqu’au milieu du xviie siècle), puis, par ordre décroissant : par les marmites, les tèles pour lesquelles apparaît un nouveau modèle de forme tronconique ouverte à fond plat, lèvre bandeau et pourvu d’un dispositif verseur large (production importante vers le milieu du xvie siècle, souvent en proportion égale avec les coquemars), les oules, terrines, jattes et enfin les formes ouvertes dont la vaisselle plate. Cette dernière est composée de nouveaux types dont les plats, assiettes et écuelles que R. Guadagnin différencie en fonction du diamètre. Accompagnée d’écuelles à tenons ou oreilles et des coupelles à bord rentrant, cette production offre une grande variété de formes souvent engobées et recouvertes d’une belle glaçure, parfois décorées a sgraffiato (p. 486) ou de motifs incisés. Les cruches et les cruchons sont rares et les pichets rarissimes. À leur côté, les innovations les plus marquantes sont liées à l’apparition d’élégants réchauffoirs de table très décorés (floraux ou animaux) et appliques zoomorphes, et d’aquamaniles à anse panier qui semblent bien inspirés de pièces d’orfèvrerie (fig. 341 et 342, p. 524-525). Enfin, outre les pots de poêles dont la production ne semble pas dépasser les années 1570-1580, se diffuse une production de céramiques à usage artisanal dont des réchauds de cardeurs à large ouverture latérale, des alambics, mais aussi des « pots à pigeons » comme des pots de fleur. Signe des temps, le potier produit aussi bien des sifflets-appeaux zoomorphes, des lampes à réservoir à l’antique que des pots à cuire et griller les châtaignes (?), ou des jouets comme des pièces de dînettes et enfin de petites figurines anthropomorphes ou zoomorphes, l’oeuvre la plus étonnante étant représentée par une plaque sur laquelle a été figurée la scène de l’Annonciation à Marie (p. 589-591).

10Cette prospérité qui aura duré 60 ans s’achève dans le dernier tiers du xvie siècle (guerres de Religion, blocus de Paris, bataille de Saint-Denis…) avec l’arrêt brutal de l’activité de plusieurs secteurs artisanaux de l’Ysieux. La production de l’atelier 900 révèle alors une simplification de la gamme des produits, avec, par volume décroissant, les coquemars, puis les marmites, les pots à verseur tubulaire, les cruches et cruchons, les pichets… La proportion des pièces glaçurées est en diminution, les formes fermées plus trapues, plus lourdes et produites avec une économie de moyens. À juste titre, R. Guadagnin constate une évidente uniformisation qui conduit le potier à tourner les pots de la même façon et à les différencier par leur habillage soit avec l’anse (une ou deux différenciant le coquemar de la marmite, celle en panier pour les pots « porte-dîner »), soit avec le verseur pour les pots à verseur tubulaire (fig. 398, p. 599). Parallèlement on remarque une nette simplification de la gamme des formes ouvertes (plats et assiettes quasi inexistants) marquée par une proportion importante de tèles à laits ou à crémer, les écuelles, bassins et jattes étant plus faiblement représentés. L’atelier 400 de Fosses, vers la fin du xvie siècle, offre un même catalogue de formes dont l’examen confirme l’importante production de tèles à lait (50 % des formes ouvertes).

11Le déclin de l’activité sur Fosses semble irrémédiable, malgré une légère reprise au début du xviie siècle, avec toutefois un catalogue plus pauvre de formes lourdes et peu glaçurées : l’impression générale reste celle d’une certaine rusticité de la production sans doute destinée à une diffusion limitée. À la suite de la Fronde qui, selon R. Guadagnin a pu épuiser la vallée de l’Ysieux, la production céramique s’éteint en 1652 à Fosses, se poursuivant à Bellefontaine jusqu’au xviiie siècle. L’atelier du marchand potier Oudin Devouges illustre les derniers temps de l’activité potière à Fosses, entre 1600 et 1649. Comme le note l’auteur, force est de constater qu’il n’y a guère d’évolution marquante des types et formes par rapport aux ateliers antérieurs (ateliers 900 et 400), pour une production assez massive, plutôt standardisée, d’aspect rustique, peu glaçurée et d’usage essentiellement domestique, destinée à la cuisine et au stockage : coquemars, marmites, pots verseurs tubulaires et jattes côtoient les lèchefrites, poêlons, écuelles, terrines et saloirs à deux anses ainsi que des formes destinées au traitement des produits laitiers comme les tèles à laits, les pots à crémer, les faisselles, et les moules à fromage.

12L’arrêt de la production à Fosses nous reporte 1500 m plus loin, à Bellefontaine, où ont été recueillies les productions de l’atelier B4 (p. 663-680), rue de Brenc (vers le milieu du xviie siècle). Paradoxalement, l’activité y semble en expansion avec la production de coquemars (46 %), de marmites, de tèles et de pots tripodes plus abondants. La vaisselle de table, peu variée, associe des plats et assiettes à des écuelles et quelques réchauds, peu de pièces étant glaçurées. Là s’arrête l’archéologie ou presque : les ateliers de Bellefontaine comme de la manufacture de Gascourt sont connus par les textes, mais les milliers de tessons récoltés lors de prospection proviennent de sites de consommation et il reste à mettre au jour les structures artisanales. Le dernier potier de Bellefontaine décède en 1827. L’ouvrage de R. Guadagnin s’achève par le recensement des sites d’Île-de-France et de Picardie qui permettent, avec quelques difficultés tant est parfois similaire la production de la vallée de l’Ysieux de celles d’autres ateliers, dont Saint-Denis et les sites parisiens, de reconnaître l’aire de diffusion des produits. Ce travail d’ampleur reste à affiner, afin de préciser l’origine encore imprécise de nombre de découvertes, mais aussi pour mieux faire ressortir les différents aspects de l’évolution de l’aire de diffusion entre le xe et le xviiie siècle.

13Sans doute faut-il reconnaître que le poids de l’ouvrage ne favorise guère sa lecture et on conseillera au lecteur de se munir d’un lutrin au préalable, s’il craint une défaillance musculaire. Sans doute la matière est-elle trop riche qui associe des synthèses atelier par atelier à l’analyse détaillée de chaque type de forme pour chacun d’entre eux. Sans doute aurait-on apprécié, je l’ai dit, de retrouver plus de grands tableaux de synthèse nous aidant à mieux embrasser une matière aussi riche et variée. Si c’est un ouvrage qui se consulte plus qu’il ne se lit, la consultation sera, elle, très bénéfique. Car il y a là le résultat d’un travail de forçat magnifique, se questionnant, interrogeant le vocabulaire, suivant avec rigueur et pas à pas ­l’évolution d’un groupe de production, de formes, tentant de comprendre, alors que les sources textuelles sont quasi inexistantes, les éventuelles relations entretenues entre les centres potiers du nord de l’île-de-France jusqu’au Beauvaisis. Le texte soutenu par une excellente iconographie ne nous propose rien moins qu’un nouvel ouvrage de référence sur la céramique du nord-ouest de l’Europe médiévale et moderne. Il n’était pas à notre sens utile que R. Guadagnin emploie la typologie de J. Nicourt2, laquelle nous paraît n’avoir guère complété son discours. À ce sujet, on attendra le cas échéant un travail chrono-typologique de comparaison entre les deux secteurs potiers. En tout cas, formule peut-être trop consacrée mais ici pleinement justifiée, je ne peux que conseiller à chacun l’emploi de ce nouveau référentiel qui porte si bien au demeurant la passion d’un chercheur et de son équipe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Fichet de Clairfontaine, « Rémy Guadagnin, Fosses – Vallée de l’Ysieux. Mille ans de production céramique en Île-de-France », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 326-330.

Référence électronique

François Fichet de Clairfontaine, « Rémy Guadagnin, Fosses – Vallée de l’Ysieux. Mille ans de production céramique en Île-de-France », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23004

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals