Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Guillaume Huot-Marchand, La céramique de poêle en Lorraine au Moyen Âge et au début de l’époque moderne

Charles Kraemer
p. 331-332
Référence(s) :

Guillaume Huot-Marchand, La céramique de poêle en Lorraine au Moyen Âge et au début de l’époque moderne, Haroué, Gérard Louis, 2006, 228 p., nombreuses illustrations noir et blanc et couleur, ISBN : 2-914554-71-0, prix : 39 €

Texte intégral

1Fruit d’une thèse préparée dans le cadre du Laboratoire d’Archéologie médiévale de l’Est de la France (UMR 7002 « Moyen Âge »), soutenue en juin 2004 et dont la qualité a été soulignée par une mention très honorable assortie des félicitations, l’ouvrage de Guillaume Huot-Marchand, sur La céramique de poêle en Lorraine au Moyen Âge et au début de l’époque moderne, répond au souhait du jury de publier rapidement la synthèse que l’auteur a défendue en s’appuyant sur un corpus riche de onze mille fragments conservés dans tous les dépôts de fouille et les réserves de musées de Lorraine, ou provenant de quelques fouilles préventives.

2La première partie, consacrée au « cadre et source de l’étude », offre, successivement, des repères historiographiques – sorte de bibliographie critique des travaux majeurs qui jalonnent un siècle de recherche – et les cadres historiques du haut Moyen Âge aux premières décennies du xviie siècle terminus post quem que l’auteur justifie par la rupture socio-économique brutale qu’impose la guerre de Trente Ans, mais aussi et surtout par l’introduction ou l’utilisation, dès cette époque, de nouveaux matériaux (faïence, métal) dans la structure des fourneaux. L’étude s’inscrit dans le cadre large de la Lorraine actuelle mais l’origine des collections étudiées la concentre surtout le long des principaux axes de communications, notamment la Moselle et la Sarre.

3Les méthodes d’investigation, deuxième chapitre de cette première partie, sont fondées sur des approches statistiques (bien connues des céramologues) que l’auteur passe au crible de la critique pour ne retenir que celles qu’il juge les plus pertinentes et les mieux appropriées à son corpus. Ainsi, ce livre ne regorge pas de calculs stériles ni de diagrammes illisibles auxquels de nombreuses publications nous avaient habitués, mais ne présente pas non plus d’analyses physico-chimiques ni de tentatives de datation scientifique appuyées sur la thermoluminescence, le radio-carbone, l’archéomagnétisme, ce qui peut être déploré. En fait, la démonstration s’appuie sur une réelle confrontation de la documentation archéologique avec les sources historiques, lesquelles affinent la chronologie, précisent le vocabulaire (claque, quelocque, cloque, fourneau, poêle, colonne, couronne, corniche…) et replacent l’objet dans ses contextes sociaux, culturels et économiques. Autant de choix qui ont permis d’élaborer une grille d’analyse nécessaire à la définition des types sans multiplier à l’infini des groupes techniques, mais en facilitant l’appréhension, voire la compréhension des savoir-faire et de leur évolution.

4La partie centrale du livre s’attache à l’étude des formes et des techniques avant de proposer une synthèse typo-chronologique. Y sont successivement décrits les différents éléments constitutifs du fourneau que l’auteur a organisé dans un classement hiérarchisé. Ainsi, parmi les pots de poêle, ceux à ouverture circulaire sont déclinés en cinq groupes ; ceux à ouverture quadrangulaire en trois ; alors que les types de pots à ouverture en étrier et ceux à ouverture polylobée ne comptent chacun qu’un seul groupe. S’inspirant du classement de J.-P. Minne, Guillaume Huot-Marchand met l’accent sur les « poteries mitres », groupe difficile à classer mais qui procède d’une innovation technologique dans la mesure où leur forme fermée améliore le rendement calorifique. Rare en Lorraine, cette forme pourrait correspondre à un type de transition entre les pots et les carreaux. Ces derniers représentent 85 % du corpus ; ils se composent d’un corps d’ancrage de taille et de formes variables (semi-cylindrique, droit ou en col quadrangulaire, ovoïdal ou à goulot) qui permet de les fixer à la paroi du fourneau. Et du carreau proprement dit, plaques d’argile moulées ornant les façades de poêle, que l’auteur a réparti en en plusieurs sous-groupes : les carreaux niches droits, de couronnement ou d’angle, les carreaux plats droits ou d’angle, les carreaux d’amortissement, les carreaux colonnes, les carreaux plats curvilignes, les carreaux plinthes et les carreaux corniches indifféremment droits, d’angle ou curvilignes.

5Le chapitre suivant traite de la question des argiles employées et de la nature des inclusions et dégraissants (silice, chamotte, calcaire) qu’elles contiennent naturellement ou qui furent ajoutés, des modes de cuisson – réductrice ou oxydante – et, quand ils existent, des revêtements : engobe, glaçure stannifère ou plombifère appliquée avant cuisson par trempage ou aspersion, ou, quand il s’agit d’enduit à base de chaux, de plombagine imitant le fer ou de minium. Enfin, l’auteur traite des différentes techniques de façonnage : au colombin tournassé (technique mixte) et au tour pour les pots et corps d’ancrage, et, pour les carreaux, selon des modes de fabrication associant technique mixte, tournage ou moulage. Concernant cette dernière technique, l’auteur distingue, dans une leçon de vocabulaire appréciable, les paratypes des allotypes, à savoir les carreaux façonnés à partir d’un même moule des carreaux représentant le même motif mais fabriqués dans des moules différents.

6En dépit des incertitudes relatives à la prise en compte partielle, et donc partiale, des objets étudiés, G. Huot-Marchand propose une typo-chronologie « lorraine » qu’il sait susceptible d’être remise en cause par de nouvelles découvertes bien documentées, mais qu’un croisement matriciel aurait sans doute conforté. Il distingue 7 phases qui se succèdent du haut Moyen Âge carolingien au début de la guerre de Trente Ans. Les gobelets tronconiques antérieurs à 820, retrouvés sur le site monastique du Saint-Mont (Vosges) appartiennent à la première phase ; les pots coniques montés en technique mixte caractérisent les xiie et xiiie siècles ; le xive siècle semble connaître une multiplication des formes, notamment avec l’apparition des pots à ouverture quadrangulaire et polylobée, des poteries « mitres » et des premiers carreaux niches ; avec le xve siècle, certains types disparaissent au profit des carreaux de poêle qui se généralisent et se diversifient : les formes s’enrichissent, la palette des couleurs s’élargit avec l’emploi de la glaçure plombifère appliquée ou non sur un engobe blanc, sporadiquement, d’émail stannifère d’influence helvétique au début du xvie siècle, ou de carreaux frottés au graphite, imitant ainsi les premiers poêle en fonte, au début du xviie siècle.

7Enfin, la troisième partie, « un élément de chauffage ostentatoire et largement diffusé », dépasse l’objet céramique constitutif du poêle en s’intéressant au moyen de chauffage proprement dit, c’est-à-dire à sa structure, ses décors, sa diffusion géographique et sociale. D’entrée de jeu, l’auteur reconnaît que son étude n’apporte pas d’informations sur la structure des poêles en céramique qui ne soient déjà connues grâce aux textes et à l’iconographie, germaniques notamment, mais propose, à partir de collections homogènes, des essais de restitutions graphiques vraisemblables. On découvre ainsi des images de fourneaux tous composés d’un socle, d’un foyer ou corps principal et d’un corps de chauffe, réalisés à l’aide de gobelets tronconiques, d’après un lot du xive siècle conservé à Sarrebourg (Moselle), de pots à ouverture quadrangulaire d’après une collection des xive-xve siècles exhumée à Schweyen (Moselle), de carreaux à niche des xive-xve siècles, de carreaux historiés du xve siècle et de carreaux décorés en pointe de diamant des xve-xvie siècles de Pompey (Meurthe-et-Moselle) ou encore de carreaux polychromes en émail stannifère blanc et bleu et glaçure plombifère verte, brune et jaune provenant d’une des salles du château de Beaufremont (Vosges). S’ensuivent des descriptions – inspirées de travaux antérieurs – des modes de chargement des poêles et des évacuations des fumées, de la mise en place, dans la structure, des pots ainsi que des carreaux dont l’auteur a pu déduire, à partir de 14 registres de comptes tenus entre les années 1493 et 1608, qu’il en fallait selon la taille du poêle à réaliser ou à réparer entre 100 et 900, neufs ou récupérés.

8Les carreaux servent de support à une iconographie riche, soit plusieurs centaines de motifs qui se répartissent entre décors architecturaux, zoomorphes, historiés inspirés de scènes religieuses ou profanes. La remarquable série de carreaux trouvée au château de Pompey témoigne de cette diversité dans le milieu aristocratique des xve et xvie siècles, ainsi que de la diffusion d’une véritable iconographie propre à la région.

9À partir d’un dépouillement non exhaustif des sources écrites et des observations forcément aléatoires faites à partir du mobilier archéologique répertorié, l’auteur tente prudemment une cartographie de la diffusion de ce moyen de chauffage en Lorraine, du haut Moyen Âge à l’époque moderne. En faisant abstraction de la première phase chronologique qui ne compte qu’un site fouillé – le monastère mérovingien de Remiremont – on constate que la Moselle, véritable cordon ombilical qui traverse la Lorraine de sud en nord, constitue longtemps une limite occidentale du phénomène, qui ne sera transgressée qu’au xive siècle, mais de façon ponctuelle et anecdotique seulement. Aux xvie et xviie siècles, le phénomène s’étend à l’ensemble de la région, même si la majorité des 49 sites ayant livré de la céramique de poêle reste groupée dans un espace restreint, entre Seille et Moselle.

10Ce moyen de chauffage, dont tout laisse à penser qu’il est d’influence germanique et qu’il fut introduit par les cols vosgiens et les cours d’eau qui mettent la région en relation avec l’Alsace, l’Allemagne ou la Suisse, était pourtant fabriqué en Lorraine dès la fin du Moyen Âge et surtout à l’époque moderne. Les ateliers avérés par les fouilles ou déduits de l’examen des archives en témoignent. Certes, les noms et prénoms de quelques artisans rencontrés, claquiers ou simples potiers de terre fabriquant surtout de la poterie culinaire, semblent indiquer qu’ils sont originaires d’outre-Rhin, au mieux d’Alsace. Manifestement, ils équipaient de poêle les châteaux ruraux et palais urbains de l’aristocratie, sans doute quelques établissements religieux de même que des maisons de ville appartenant à la bourgeoisie aisée. C’est du moins la déduction qui s’impose des sources historiques et des sites archéologiques fouillés, déduction que l’on doit immédiatement pondérer au vu de l’iconographie, germanique notamment, qui présente le poêle dans des environnements populaires : Winstübe et lieux de production artisanale en particulier.

11L‘utilisation du poêle comme moyen de chauffage en Lorraine n’est pas un épiphénomène. Elle s’observe dès le haut Moyen Âge, comme en Alsace, et se diffuse lentement en évoluant, comme ailleurs, pour atteindre un rendement calorifique de loin meilleur que la traditionnelle cheminée. Au xviie siècle, on le trouve partout dans la région y compris à l’ouest de la Moselle puis de la Meuse, rivières qui apparaissent un temps comme des limites successivement, mais tardivement, transgressées.

12Sorti en 2006, dans une maison d’édition régionale, ce livre, pour ne pas dire ce beau livre, de 228 pages est amplement et heureusement agrémenté de dessins d’une rare qualité graphique et de photographies dont de nombreuses en couleur. Cette publication d’un haut niveau scientifique vient en contre point de bon nombre d’idées reçues. Il s’adresse autant aux archéologues qu’à tous ceux qui s’intéressent à la culture matérielle et artistique du Moyen Âge et de l’époque moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Kraemer, « Guillaume Huot-Marchand, La céramique de poêle en Lorraine au Moyen Âge et au début de l’époque moderne », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 331-332.

Référence électronique

Charles Kraemer, « Guillaume Huot-Marchand, La céramique de poêle en Lorraine au Moyen Âge et au début de l’époque moderne », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 18 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23016

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals