Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Jean-Pierre Legendre, Laurent Olivier et Bernadette Schnitzler (dir.), L’Archéologie nationale-socialiste dans les pays occupés à l’ouest du Reich

Joëlle Burnouf
p. 333-335
Référence(s) :

Jean-Pierre Legendre, Laurent Olivier et Bernadette Schnitzler (dir.), L’Archéologie nationale-socialiste dans les pays occupés à l’ouest du Reich, actes de la table-ronde internationale « blud und boden » tenue à Lyon dans le cadre du xe congrès de la « European Association of Archaeologists (EAA) » les 8 et 9 septembre 2004, préface de Daniel Lindenberg, Infolio Éditions, Gollion, 2007, 496 p., ISBN : 978-2884748049, prix : 28 €

Texte intégral

1Cet ouvrage paraît six ans après la publication (2001) ­accompagnant l’exposition « l’archéologie en Alsace et en Moselle au temps de l’annexion (1940-1944) », d’un livre-catalogue qui fit grand bruit, cinq après celle de la présentation de cette exposition à Trêves avec un « nouveau » livre-catalogue « Propaganda, macht, geschichte. Archäologie an Rhein und Mosel in Dienst des Nationalsozialismus » (2002) qui fit lui aussi grand remous. Ces travaux (expositions et publications) avaient marqué un tournant dans la prise en compte de cette période, tournant que signalait par ailleurs, et dans un tout autre registre, au public la revue régionale Saisons d’Alsace en titrant en 2006 « 1940-1945 : enfin on en parle » ce qui, 65 ans après les faits, aurait pu faire sourire un public peu au fait des silences d’outre Vosges.

2Ce n’est pas le fruit d’un hasard, les changements en Europe depuis 1989 ont accéléré la prise de conscience du poids des non-dits sur la tranche d’histoire 1933-1989, c’est-à-dire la période du national-socialisme et celle de la guerre froide.

3Après le choc que fut pour ma génération la sortie du Paxton en 1974, ainsi que de films traitant de cette période en France, après les tentatives des cinéastes allemands du début des années quatre-vingt de sortir de l’amnésie comme « Allemagne mère blafarde », « la fille offerte » et bien d’autres, le silence historiographique sur cette période dans les régions orientales de la France et en Europe moyenne devenait assourdissant. Le silence sur ce « temps aboli », la volonté de « reconstruction » en faisant comme si, la volonté d’oubli assortie des incantations commémoratives, les pesanteurs politiques et académiques rendaient les tentatives de travail de réflexion difficiles. Ce livre amorce avec force et originalité l’établissement des faits d’une part et les premières positions de thèses d’autre part.

4L’ouvrage qui fait aujourd’hui l’objet de cette recension est un jalon important pour ne pas dire une œuvre de salubrité républicaine et citoyenne dans le contexte des bouleversements que connaissent les milieux et institutions culturelles et celles de la recherche aujourd’hui. Il est un point de départ dans la réflexion historiographique, idéologique et épistémologique sur l’Europe. Il rassemble les premiers jalons d’un mouvement qui ne s’arrêtera pas. Il est aussi un des éléments qui participe du « changement de régime d’historicité » que plusieurs historiens ont commencé à explorer depuis quelques années.

5Le livre compte 496 pages, il est structuré en quatre parties, encadrées d’une préface (de D. Lindenberg) et d’une introduction (des auteurs J.-P. Legendre, L. Olivier et B. Schnitzler) au début et d’une postface (des mêmes auteurs).

6Outre un lexique et un index, il comprend les biographies des personnages mentionnés dans les textes, les résumés bilingues des articles (français et allemands) et les organigrammes des institutions (SS-Ahnenerbe…) ainsi que les équivalences des grades, outils de compréhension du fonctionnement du « système » mis en place.

7La longue préface de D. Lindenberg (p. 9-20) est bien plus que ce qu’elle annonce. Véritable panorama du milieu intellectuel et de la recherche des années 30-45, c’est aussi un projet, invitant les chercheurs à revisiter, hors de toute hagiographie, les itinéraires intellectuels et les actes de ceux qui ont mis en œuvre l’entreprise de perversion idéologique : les complicités, les collaborations idéologiques, les aveuglements et connivences de tous ces chercheurs avec les idéologues nazis et ceux de la France de Vichy. Le temps est venu de dépasser la phase de « blanchiment des recherches » (des concepts et des écrits) et celle de l’amnésie programmée et du recyclage des résultats de cet héritage controversé après 1945. Il ne s’agit pas de se livrer à une chasse aux sorcières, pas plus qu’au jugement péremptoire, mais de faire l’histoire de ces vingt années car les dérives de la discipline commencent dans les milieux intellectuels bien avant la mise en place du régime de Vichy et de l’occupation. C’est donc un véritable plan de travail que propose Daniel Lindenberg car il faut en premier lieu établir les faits et la circulation des idées, ce qui n’est pas une mince affaire tant la « neutralité », le silence et le brouillage ont été la règle depuis soixante ans. La tâche est difficile car dans ces dérives opère la « résilience » de processus sociaux et de pensée qui trouvent leur origine dans un passé plus lointain : le refus de 1789. Bien plus qu’une historiographie minutieuse, qui est bien entendu indispensable, c’est l’histoire des idéologies qui est ici mise en action, dont le temps de réaction et les effets-mémoire agissent à des pas de temps différents de l’histoire immédiate dont ce sont pourtant les fondements implicites.

8L’introduction des directeurs et directrice de la publication présente le contexte de cette publication et fait l’historique des recherches récentes sur cette question. Elle a connu trois phases : l’immédiate après-guerre, le début des années soixante-dix, les années quatre-vingt-dix avec un point tournant 1997 et les journées d’études de l’Université Humboldt de Berlin. En France, c’est l’exposition « l’archéologie en Alsace et en Moselle au temps de l’annexion (1940-1944) » (organisée en collaboration entre les Musées de Strasbourg et de Metz et le Service régional de l’archéologie de Lorraine) qui a lancé le mouvement de réflexion en 2001-2002 avec la publication concomitante d’un livre-catalogue qui fit grand bruit. L’exposition fut d’abord présentée au Musée Archéologique de Strasbourg en 2001 puis au Musée de la Cour d’Or à Metz. L’exposition fut ensuite accueillie par le Rheinisches Landesmuseum de Trêves, qui l’a augmentée d’une présentation sur l’archéologie trévire et a produit un « nouveau » livre-catalogue « Propaganda, macht, geschichte. Archäologie an Rhein und Mosel in Dienst des Nationalsozialismus » (Kuhnen 2002). Les auteurs examinent ensuite le rapport entre « l’idéologie nazie et le passé germanique » en particulier la naissance à la fin du xviiie siècle et la codification au xixe siècle de la pensée « völkisch » et sa relation avec le pangermanisme à partir du milieu du xixe siècle. Ils étudient également les fondements archéologiques de la « science raciale » et le rôle du philologue G. Kossinna (1858-1931) dans cette construction et son utilisation par les idéologues nazis.

9Ensuite, ils exposent le panorama de la recherche et des acteurs de l’archéologie nationale-socialiste. Dès 1932 apparaît dans le projet national-socialiste un courant idéologique qui réoriente les études « classiques » où les chercheurs allemands avaient la prééminence vers la pré- et protohistoire allemande. Il apparaît alors plusieurs courants qui vont se livrer « une féroce concurrence » non seulement dans les structures politiques mais aussi académiques en Allemagne et dans les pays occupés : l’ahnenerbe créé en 1935 par Himmler, l’Amt Rosenberg dont la section archéologique est confiée au protohistorien Hans Reinerth, l’institut archéologique allemand (créé en 1829) appuyé sur le RGK (Römisch-Germanische Kommission) de Francfort ; les universités et l’administration civile et l’engagement presque général des archéologues allemands (86 %) au nazisme.

10Enfin, ils exposent « la politique archéologique à l’échelle de l’Europe » conduite par les idéologues et les cadres nationaux-socialistes dans le cadre d’un véritable projet culturel qui touche toutes les institutions et pas seulement l’archéologie.

11L’ouvrage est construit en quatre parties : la première traite de « l’archéologie allemande sous le troisième Reich » avec cinq contributions : deux biographies, celles de Hans Reinerth et de Wolfram Sievers ; une étude du rôle des préhistoriens allemands en Europe de l’ouest occupée entre 1940 et 1945 et de l’action du SS-Ahnenerbe ; enfin la présentation d’un corpus photographique exceptionnel retrouvé.

12La deuxième partie traite de « l’archéologie dans les territoires occupés ou annexés à l’Ouest du Reich : France, Luxembourg, Autriche » avec la présentation de trois personnages et de leur rôle : Jean Fromols pour la Champagne, Jean-Jacques Thomasset et Gerhard von Tevenar, puis la présentation des grandes fouilles comme la nécropole mérovingienne d’Ennery en Lorraine, le Mont Sainte-Odile en Alsace, le site d’Alebourg à Beaufort au Luxembourg et enfin un point général sur l’archéologie en Carinthie, une analyse de la politique patrimoniale en Lorraine annexée, une étude du rôle du bureau « Préhistoire et archéologie » du Kuntschutz entre 1940 et 1944.

13La troisième partie examine « les cas de la Belgique et des Pays-Bas » selon le même protocole : biographie, état des connaissances sur la question et la période et l’usage de l’archéologie dans l’idéologie « locale ».

14La quatrième partie « en Scandinavie » examine le cas des pays scandinaves, en particulier la question du mythe des origines de la religion « indo-germanique ».

15Ce volumineux ouvrage présente donc 6 biographies, 10 synthèses régionales et/ou thématiques, 4 analyses des méthodes et interprétations de grandes fouilles conduites pendant cette période et deux dossiers retenus pour l’originalité des sources et de leur traitement. Ces articles sont l’œuvre de 18 contributeurs des différents pays européens.

16En postface, les directeurs et directrice de la publication réalisent ce qu’ils appellent modestement et prudemment « l’esquisse d’un bilan » de l’archéologie nationale-socialiste et de la germanisation de l’Europe de l’Ouest. Esquisse certes, car ce livre est le premier, il crée donc un mouvement, mouvement de curiosité d’abord – on cherche à savoir qui a agi et comment –, mouvement de réflexion ensuite. On peut espérer que cet ouvrage suscite le même choc sur les générations qui le lisent qu’en son temps celui qui est devenu « le Paxton », fasse naître des vocations de recherche sur ces questions, je pense en particulier au Moyen Âge abordé dans cet ouvrage, et faire réfléchir sur cet « espace de temps » trop longtemps occulté. Le premier travail est engagé, les auteurs nous fournissent les cadres idéologiques et épistémologiques au sein desquels inscrire de nouvelles recherches, établir les faits et les actes, exposer les données connues, car il ne fait aucun doute que les archives de fouilles et celles des archéologues devront être explorées en ce sens. Pas seulement des archéologues mais comme y invite D. Lindenberg, tout le courant des « arts et traditions populaires » et de l’ethnographie française, celui des musées et de leur politique d’acquisitions, d’expositions et de publications.

17Des critiques, cet ouvrage aura à en affronter, comme toute œuvre pionnière, il ne laissera aucun chercheur indifférent, critiques scientifiques, peut-être même polémiques qu’importe, tout vaut mieux que le consensus mou ou le scientisme techniciste : les idées et les concepts ont une histoire qu’il est salutaire de connaître comme celle du manuscrit d’Eizenberg est là pour le démontrer pour la physique.

18Générations « sans guerre » sur leur espace (territoire) depuis 62 ans, avons-nous tiré les leçons de l’Histoire du Temps Présent ? Nous sommes les héritiers de cette histoire « immédiate » dont les derniers témoins actifs deviennent rares. Et sans connaissance des « héritages » de ces moments forts, le risque d’amnésie est le plus grand danger qui puisse guetter les sociétés contemporaines. Il est un écho au travail de réflexion conduit par Gérard Noiriel dans « penser avec – penser contre » et « les origines républicaines de Vichy » mais aussi à celui sur les « régimes d’historicité » de François Hartog.

19Le refus de la théorie, de l’épistémologie et de l’idéologie et le refuge dans la (fausse) neutralité des données, des faits, des chiffres et du logicisme ont fait long feu. Les idées, les concepts ont une histoire, les mots aussi ont une histoire. Qui se souvient encore, tant son usage est quotidien et banal chez les spécialistes, que le « mot-concept » de romanisation est une « invention » de Maurice Barres (première occurrence) ? Si le rôle de l’archéologie dans les constructions identitaires n’est plus à démontrer – la bibliographie sur cette question est importante –, ce livre s’attaque à un sujet qui n’avait jusque-là guère été étudié dans nos disciplines.

20Démontrer que l’archéologie nazie comme projet a une permanence contemporaine dans la méthodologie comme dans la démarche, qu’il existe un « héritage » vivant de l’archéologie nationale-socialiste, et que l’entreprise de « perversion du passé » survit au-delà des dénazifications de l’après-guerre est une démarche « d’utilité sociale ». Comprendre, au-delà des trajectoires individuelles, le sens des engagements et des actes, passer de l’implicite à l’explicite et redonner toute leur valeur aux choix politiques est bien aujourd’hui d’une urgente actualité. Pour conclure : « un livre à mettre dans toutes les mains ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joëlle Burnouf, « Jean-Pierre Legendre, Laurent Olivier et Bernadette Schnitzler (dir.), L’Archéologie nationale-socialiste dans les pays occupés à l’ouest du Reich », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 333-335.

Référence électronique

Joëlle Burnouf, « Jean-Pierre Legendre, Laurent Olivier et Bernadette Schnitzler (dir.), L’Archéologie nationale-socialiste dans les pays occupés à l’ouest du Reich », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23025

Haut de page

Auteur

Joëlle Burnouf

UMR 7041 ArScAn, équipe archéologie environnementale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals