Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Hélène Noizet, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (ixe-xiiie siècle)

Iris Maer De Souza Taveira
p. 335-336
Référence(s) :

Hélène Noizet, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (ixe-xiiie siècle), Publications de la Sorbonne, Paris, 2007, 504 p. ISBN 978-2-85944-572-0, prix : 35 €.

Texte intégral

1L’ouvrage résulte d’une thèse réalisée sous la direction d’Henri Galinié. Hélène Noizet étudie le développement de la ville de Tours du ixe au xiiie siècle, période en général peu prise en compte par les recherches consacrées aux villes médiévales. Plus précisément, cette étude se concentre sur les quartiers Saint-Martin et Saint-Julien. L’objectif est d’analyser le rapport entre les pratiques sociales et le profil urbain que la ville a acquis tout au long de la période abordée. Pour cela, elle s’appuie sur les recherches archéologiques entamées à Tours, notamment les travaux d’Henri Galinié, mais l’essentiel de son corpus est constitué de documents diplomatiques, ce qui lui permet de présenter une lecture socio-spatiale de la ville. Le livre s’organise en cinq parties, chacune se terminant par une analyse du vocabulaire spatial rencontré dans les sources de la période considérée.

2La première, composée de quatre chapitres, est consacrée à la période qui va de la fin du viie au début du ixe siècle, c’est-à-dire au cadre carolingien. Retraçant l’histoire du complexe basilical de Saint-Martin du ve au xe siècle, l’auteur évoque le changement d’organisation religieuse avec la présence de moines dans un premier temps puis l’occupation du complexe par les chanoines. Hélène Noizet identifie ensuite, à partir de sa documentation, les possessions, la composition et les fonctions des espaces attachés à Saint-Martin. Elle tente de comprendre le rapport de l’espace urbain à ses dépendances périphériques, mais aussi de saisir l’effet qu’ont eu ces lieux périphériques sur l’organisation urbaine. L’examen des différents postes et fonctions occupés par les chanoines permet ensuite d’analyser les rapports de pouvoir à l’intérieur du chapitre de Saint-Martin afin de présenter, en particulier, les différents espaces et bâtiments de la communauté.

3La deuxième partie de l’ouvrage couvre la période allant du xe au xiie siècle. La création du castellum Sancti Martini et la refondation du monastère de Saint-Julien ont entraîné une redistribution spatiale et politique dans le paysage urbain. Utilisant les recherches archéologiques pour reconstituer l’espace du castrum, Hélène Noizet effectue en parallèle un examen des sources écrites afin d’essayer d’en préciser le territoire. Le même procédé est employé pour aborder le monastère Saint-Julien. L’auteur souligne que la règle de Saint Benoît, en particulier le précepte concernant l’éloignement des laïcs, a joué un rôle fondamental dans l’organisation urbaine autour du monastère. Tandis que, pour le chapitre de Saint-Martin, les chanoines vivaient à proximité des laïcs, à Saint-Julien, une volonté de séparation a été marquée, avec la matérialisation des éléments délimitant l’espace occupé par les moines. Cependant, en étudiant le cas de Marmoutier, Hélène Noizet démontre que même si la vie monacale, selon ses propres préceptes, devait se dérouler à l’écart des centres urbains, des rapports complexes s’établissaient entre les moines et la ville de Tours. En effet, le développement, à partir du xie siècle, des activités financières et commerciales dans l’espace qui entourait Châteauneuf (castrum novum) a attiré l’intérêt des moines de Marmoutier. Quoique hors de la ville, la communauté de Marmoutier a su et pu tirer profit de cet essor économique. Dans le chapitre huit, la présence du roi et d’autres seigneurs à l’intérieur de la ville est étudiée. On y trouve un examen du rapport de force établi entre le roi et les seigneurs possessionnés à Saint-Martin. À travers la création et la concession de fiefs dans cette partie de la ville, le roi a cherché à limiter l’influence des comtes d’Anjou et celle de Blois en y plaçant des seigneurs qui, même attachés à ceux-ci, entraient également, avec les fiefs reçus, dans la dépendance royale. Le cas de la famille Sainte-Maure illustre cette situation. La création de plusieurs paroisses à Tours entre le xie et le xiie siècle est traitée dans le chapitre neuf. Selon l’auteur, le déplacement des communautés monastiques à l’extérieur de la ville est en partie dû à ces créations. Le développement urbain et économique de Châteauneuf a intensifié la rivalité entre l’archevêque et le chapitre de Saint-Martin. Les chanoines, ayant l’intention de sortir de la juridiction de l’archevêque, ont cherché une protection directe auprès du pape. L’organisation d’un réseau liturgique avec d’autres communautés tourangelles a été mise en place à ce moment.

4Le sujet qui occupe toute la troisième partie est l’apparition des bourgeois dans ce contexte à partir de la fin du xiie siècle. Le développement particulier des deux bourgs, Saint-Pierre-le-Puellier et Saint-Michel-de-la-Guerche, serait lié à la rivalité entre l’archevêque et les chanoines. Les rapports de force entre la monarchie française et les comtes d’Anjou ont, eux aussi, largement influencé la géographie du pouvoir à Tours : le champ d’action de chacun des deux seigneurs, flou durant la première partie du xiie siècle (moment où les chanoines, afin d’équilibrer le pouvoir du roi français, cherchent la protection du comte Geoffroi), a acquis des contours plus précis durant la seconde partie du siècle, avec l’accession au pouvoir d’Henri II, comte d’Anjou, mais aussi duc de Normandie et roi d’Angleterre. Henri II revendique son droit sur Saint-Julien pendant que le souverain français cherche à exercer un contrôle plus effectif sur Saint-Martin à travers la position du trésorier du chapitre et les négociations avec les bourgeois. Nouveaux acteurs sociaux grâce à leur activité commerciale en pleine croissance, les bourgeois commencent en effet à s’imposer et attirent l’attention du roi, du pape et de l’archevêque dans les enjeux politiques de la ville. L’importance prise par les bourgeois dans Châteauneuf est étudiée dans le chapitre quatorze.

5Dans le chapitre seize, qui ouvre la quatrième partie, l’auteur poursuit l’étude de la dispute entre Capétiens et Plantagenêts à Tours à la fin du xiie siècle. L’analyse d’un acte de 1190, scellant un accord entre Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion, montre la continuité et le renforcement des limites des aires de pouvoir des deux seigneurs : les Capétiens détenant Saint-Martin, le Plantagenêt contrôlant la Cité en tant que comte. Les réformes menées dans le chapitre au cours du xiiie siècle permettent d’aborder le style de vie et l’intention des réformateurs par rapport à la communauté canoniale. Le contrôle total de Tours par Philippe Auguste, au tout début du xiiie siècle, après les conflits avec les Plantagenêts, est le sujet du chapitre dix-huit. L’occupation du claustrum de Saint-Martin attire l’attention de l’auteur dans le chapitre dix-neuf. La documentation écrite laisse voir la présence de laïcs à l’intérieur de l’espace associé à la vie des chanoines. Cependant, les réformes menées par les agents pontificaux mettent fin à cette situation avec la fermeture de l’enclos ecclésial au milieu du xiiie siècle. Les diverses portes qui permettaient la communication avec l’extérieur sont alors fermées, excepté une issue unique avec gardien.

6La cinquième et dernière partie de l’ouvrage se compose de deux chapitres. Dans le chapitre vingt et un, Hélène Noizet utilise le cadastre napoléonien afin de présenter une description de l’espace. Trois espaces urbains, composant la ville, sont examinés, chaque ensemble ayant des caractéristiques physiques liées à l’usage et à l’évolution de l’espace. Saint-Julien, en raison d’une pratique continue de l’agriculture tout au long de la période étudiée par l’auteur, a conservé de grandes parcelles et un réseau routier peu développé. Le « cloître », caractérisé par la présence de résidences de l’élite urbaine, est doté d’un réseau « viaire » un peu plus développé que celui de Saint-Julien. Châteauneuf, grâce à ses fonctions commerciales et artisanales, se caractérise par un réseau « viaire » assez développé et une dense fragmentation du parcellaire.

7Le dernier chapitre consiste en une synthèse des questions traitées dans les chapitres précédents. Hélène Noizet suit le développement urbain dans une perspective diachronique, en montrant comment les divers éléments sociaux se sont matérialisés et ont influencé les directions et fonctions des espaces qui composaient la ville.

8Soulignant le rôle des acteurs sociaux, l’auteur conclut en affirmant le caractère « impensé » de la ville : la « fabrique de la ville » est le résultat de la somme de différents éléments provenant de diverses instances. Le travail d’Hélène Noizet montre bien la complexité de l’étude de la construction et de l’occupation de l’espace. Son travail met également en évidence les diverses questions que l’on doit considérer dans une recherche consacrée à ce thème, qu’elle soit faite dans une approche historique ou archéologique, afin d’aborder la question dans une perspective moins déterministe. En outre, l’analyse des différents « faits sociaux » ayant influencé le développement de Tours ajoutée à l’examen du vocabulaire spatial présent dans la documentation, par un très fin exercice d’interprétation sémantique, permettent de saisir les représentations de l’ordre social, parfois même des manipulations de certains acteurs afin de garantir leur contrôle sur l’espace. La lecture des chapitres consacrés à l’analyse du vocabulaire montre encore la complexité de l’usage des termes faisant référence aux lieux de pouvoir dans les sources médiévales.

9Le livre est bien structuré ; les chapitres suivent de façon cohérente l’argumentation de l’auteur. Des cartes (en noir et blanc et en couleurs) et des diagrammes réalisés par l’auteur enrichissent l’ouvrage. Cette étude ouvre de nouvelles perspectives pour les recherches consacrées à la ville médiévale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Iris Maer De Souza Taveira, « Hélène Noizet, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (ixe-xiiie siècle) », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 335-336.

Référence électronique

Iris Maer De Souza Taveira, « Hélène Noizet, La fabrique de la ville. Espaces et sociétés à Tours (ixe-xiiie siècle) », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23048

Haut de page

Auteur

Iris Maer De Souza Taveira

Doctorant, EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals