Navigation – Plan du site
Bulletin critique

Marnix Pieters, Frans Verhaeghe et Glenn Gevaert (éd.), Fishery, trade and piracy, Fishermen and fishermen’s settlements in and around the North Sea in the Middle Ages and later

Cyrille Billard
p. 337-338
Référence(s) :

Marnix Pieters, Frans Verhaeghe et Glenn Gevaert (éd.), Fishery, trade and piracy, Fishermen and fishermen’s settlements in and around the North Sea in the Middle Ages and later, I, Papers from the colloquium at Oostende Raversijde Provincial Museum Walraversijde, Belgium, 21-23 novembre 2003, Vlaams Instituut voor het Onroerend Erfgoed (Archeologie in Vlaanderen-Monografie 6), Bruxelles, 2006, 219 p., ISBN : 90-7523-0192, prix non communiqué.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le compte-rendu d’un colloque qui s’est tenu en Belgique en 2003, au musée provincial de Walraversijde près d’Ostende. Cette initiative fait suite à l’ouverture de ce musée, qui présente les fouilles menées sur ce site pendant de longues années par l’équipe de M. Pieters, lesquelles ont inspiré une grande partie des articles de ce volume.

2L’essentiel des communications traite des communautés de pêcheurs à la fin du Moyen âge autour de la mer de la Nord et de la Baltique, au travers d’approches aussi multiples que l’étude de leur habitat, leurs ressources et leur culture matérielle, leurs croyances et leur religion, leurs techniques de pêche et leur alimentation.

3Le premier article (D. Tys) est une analyse régressive de la structure spatiale du village de Walraversjide à partir des données cadastrales, cartographiques, historiques et archéologiques. Attesté entre le xiiie et la fin du xve siècle, ce site est en effet l’archétype du village de pêcheurs, sans véritable statut officiel et construit dans un contexte florissant de processus de formation des états, de développement capitaliste, urbain et commercial. Constitué à l’origine d’un petit village, probablement créé au xiiie siècle, auquel était adjoint un camp de pêche saisonnier, il se recentre sur une vaste communauté spécialisée (près de 500 habitants) qui connaît son apogée au xve siècle, grâce aux ressources fournies principalement par la pêche au hareng.

4M. Pieters revient sur les données archéologiques fournies par le même site et montre que cette approche est capable d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche pour des périodes bien documentées par les textes. Il nous décrit une population de pêcheurs resserrée autour d’un habitat dense et groupé, aux revenus variés, pratiquant l’élevage des cochons, la chasse des oiseaux marins, exploitant la tourbe pour le fumage des poissons. Cette population lettrée se caractérise également par un niveau de vie élevé illustré par certains mobiliers (vitres, jouets, monture de lunette…). La culture de cette communauté de pêcheurs tient à plusieurs éléments essentiels : des ressources naturelles abondantes, un certain isolement géographique contredit par l’accès au commerce maritime à distance (présence de céramique majolique espagnole), un fonctionnement collectif généré par la nécessité de survivre dans un environnement hostile.

5Une approche isotopique tout à fait nouvelle a été engagée par L. Schietecatte et J. Sealy à partir d’échantillons provenant à la fois d’ossements animaux et de sédiments extraits des latrines du village. Les principaux résultats en sont que les habitants consomment probablement moins de nourriture d’origine marine que les cochons élevés sur place. Ces derniers sont introduits à un jeune âge pour y être engraissés grâce aux poissons et à leurs sous-produits, comme en témoigne l’élévation progressive du d15N. Du point de vue de la consommation humaine, les sols de latrines offrent un meilleur indicateur du régime alimentaire que le collagène de l’os.

6C. Kightly évoque la démarche qui a prévalu dans la ­reconstruction du site (4 maisons sont présentées sur le site) à partir des données archéologiques et des sources illustrées ou écrites.

7À partir des données archéozoologiques enregistrées principalement en Belgique et aux Pays-Bas, W. Van Neer et A. Ervynck dressent un bilan de l’apport de cette discipline à notre connaissance des modes d’exploitation des ressources maritimes, depuis la protohistoire jusqu’à l’époque moderne. Avant le milieu du Moyen âge, on ne note pas un grand intérêt pour les poissons marins de la part des autochtones. Les premiers contextes d’exploitation du milieu marin n’apparaissent en effet qu’au milieu du xe siècle et la pêche en pleine mer ne semble se développer qu’à partir de l’an Mil. Le hareng ne fait l’objet d’une consommation abondante et tardive qu’à partir de la fin du Moyen âge grâce à l’apparition de filets flottants. Le niveau le plus élevé de consommation de poissons marins est atteint à la fin du Moyen âge.

8G. Van Buck traite des comportements spirituels des populations côtières de la fin du Moyen âge. Invoquer l’aide céleste pour lutter contre les éléments naturels représente en effet un élément culturel des communautés traditionnelles de pêcheurs, comme celle de Walraversjide, où furent trouvés des objets de dévotion tels que de petites croix en étain au plomb ainsi qu’un plat portant la représentation de la tête de Saint-Jean. L’article inventorie les armes des chrétiens (aussi bien à l’intérieur de l’église qu’en dehors) pour résister à la mer, considérée comme résidence des démons.

9D. Caluwé rassemble une large synthèse sur les productions de verre à Walraversjide et sur d’autres sites de la côte flamande et de la Zélande. Ces productions comportent des gobelets, des bouteilles, des perles et des vitres. À partir de ce large inventaire, l’introduction de la vaisselle en verre apparaît précoce et importante. Sa diversité se manifeste aussi bien dans les sites urbains et religieux que dans des contextes sociaux moins élevés, en particulier dans les campagnes, où sont présentes des importations de verres italiens et français de haute qualité.

10K. Vlierman évoque la situation préoccupante des épaves de bâteaux de pêche de la fin du Moyen âge et de l’époque moderne dans le Zuyderzee (Pays-Bas). Dans cette zone largement polderisée, plusieurs centaines d’épaves ont été fouillées par le NISA (Netherlands Institute for Ship and underwater Archaeologie) au sein d’un corpus impressionnant et semble-t-il facilement accessible. L’auteur s’inquiète des problèmes de conservation et du manque de moyens consacrés aux travaux de publication et à la valorisation de ces découvertes.

11De son côté, I. Riddler dresse un inventaire des instruments de pêche en os et en bois de cerf utilisés durant le haut Moyen âge autour de la mer du Nord, principalement à partir des sources britanniques. Ces instruments couvrent aussi bien la pêche (hameçons droits bipointes, phalanges perforées et lestées, poids de filet ou leurres) que la fabrication des filets ou des cordages.

12L’article de H. Fox traite de l’économie de la pêche dans le Sud Devon à l’exclusion des grands ports. Il y décrit un processus global d’évolution des sites de pêche durant les xive et xve siècles : les campements de pêche saisonniers appelés cellars et tenus par des fishing farmers sont progressivement transformés en habitats permanents (cottages puis villages) dans un contexte de forte croissance démographique. L’estimation des revenus de la dîme du poisson permet d’aborder la question du rendement de la pêche au xve siècle en comparaison des revenus de la terre. Si les prises sont modestes individuellement, la multiplicité des équipages autorise des revenus considérables.

13M. Busch décrit un processus voisin en traitant du peuplement côtier au Danemark (mer de Wadden et nord de l’île de Seeland). Au xiiie siècle, les habitats sont situés sur de petites buttes morainiques puis, vers la fin du Moyen âge, sur des tertres construits par l’homme. Malgré la raréfaction du hareng à la fin du xve siècle, les installations saisonnières se transforment en habitats permanents et les pêcheurs recherchent toutes les opportunités de pêche tout au long de l’année. À partir de 1570, le déclin est perceptible dans l’île de Seeland pour ce qui concerne l’exploitation du hareng et de la morue et la plupart des hameaux côtiers disparaissent.

14Le dernier article (T. Alenius, G. Haggrén, H. Jansson et A. Miettinen) porte sur le peuplement côtier du sud de la Finlande et sur les difficultés de prospection de nombreux villages côtiers désertés ayant conservé leur parcellaire agricole.

15Les thèmes abordés sont donc très larges, même si le site de Walraversjide occupe une place de choix dans ce volume : organisation spatiale et typologie de l’habitat, évolution du peuplement, méthodes de pêche et équipement, contexte économique (émergence d’entreprises de pêche, ouverture de nouvelles zones d’exploitation), échanges et comportements spirituels, culture matérielle. La plupart des présentations mettent en lumière l’apogée des « communautés rurales de pêcheurs » avant la disparition de la ressource et l’avènement de la grande pêche. Elles décrivent un processus complexe d’évolution qui, de sociétés fortement ancrées dans le tissu rural local et dont les activités sont mixtes, vont progressivement se spécialiser et s’intégrer dans des réseaux économiques d’échange beaucoup plus lointains. L’objectif de cette rencontre était en premier lieu de diriger l’attention vers une documentation archéologique encore partiellement publiée. Mais il en ressort également un indiscutable apport méthodologique pour l’étude des sociétés littorales récentes mais mal documentées par les sources : en quoi les caractères matériels et les traits comportementaux de ces communautés sont-ils spécifiques et différents des autres sociétés rurales ou urbaines ? Il semble clair que l’intérêt de poursuivre cette démarche sur un plan international portera ses fruits. Outre la culture matérielle extrêmement mal documentée par les travaux archéologiques, ces travaux montrent également le déficit de travaux portant sur les techniques de pêche et l’évolution de la ressource. La question de la surpêche, peu abordée dans cet ouvrage, est au cœur de ces problématiques et il convient aujourd’hui d’accéder à des données que les contextes archéologiques et en particulier urbains ne manqueront pas de livrer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Billard, « Marnix Pieters, Frans Verhaeghe et Glenn Gevaert (éd.), Fishery, trade and piracy, Fishermen and fishermen’s settlements in and around the North Sea in the Middle Ages and later », Archéologie médiévale, 38 | 2008, 337-338.

Référence électronique

Cyrille Billard, « Marnix Pieters, Frans Verhaeghe et Glenn Gevaert (éd.), Fishery, trade and piracy, Fishermen and fishermen’s settlements in and around the North Sea in the Middle Ages and later », Archéologie médiévale [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 24 avril 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/23060

Haut de page

Auteur

Cyrille Billard

Service régional de l’archéologie de Basse-Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals